Pascal, Pensées, S 254–328

The present reading of the Pensées of Pascal comprises the following sections, each consisting of the fragments given in the numberings of Sellier and Lafuma:

  1. RENDRE LA RELIGION AIMABLE (S 254–5, L 221–2)

  2. FONDEMENTS (S 256–77, L 223–44)

  3. LOI FIGURATIVE (S 278–307, L 245–76)

  4. RABBINAGE (S 308–10, L 277–8)

  5. PERPÉTUITÉ (S 311–21, L 279–89)

  6. PREUVES DE MOISE (S 322–8, L 290–7)

I attempt brief summaries of these sections.

  • Regardless of the title, “Rendre la religion aimable” says, by my reading, that Jesus

    • is for everybody,

    • saves only Christians.

    Then it refers to:

  • “Perpétuité,” a section that in turn ends with the word aimable, having argued that, since Adam, the true religion, expecting the true Savior, has always been around:

    The sole religion, which is against nature, common sense, and our pleasures, is the only one that ever existed (316–284–605).

    (In Trotter’s translation, “The only religion contrary to nature, to common sense, and to our pleasure, is that alone which has always existed.”)

  • According to “Fondements”:

    • “All faith consists in Adam and Jesus Christ; all morality, in concupiscence and grace” (258–226–523).

    • God is hidden (260–228–751); he blinds some and enlightens others (264–232–566 etc.); the true religion is just clear enough for those who are prepared to see it. “Verily thou art a God that hidest thyself,” says Isaiah (45:15, quoted in 275–242–585).

    • One has to be able to understand how death can be a triumph over death (273–241–765).

    • What distinguishes Muhammad from any other would-be prophet (276–243–601)?

  • “Loi figurative” takes up

    two errors: taking everything literally, and spiritually (284–252–648).

  • Having many references that I am not undertaking to track down, “Rabbinage” is a summary of a Jewish tradition wherein, according to Pascal, the notion of original sin can be found, even going back to Genesis, where

    the Lord said in his heart … the imagination of man’s heart is evil from his youth.

  • “Preuves de Moïse” is obscure, but contains praise for the Jewish tradition as being based on eyewitness accounts, which could be passed on easily to mature adults, since the patriarchs lived long and had little else to talk about.


XVII. RENDRE LA RELIGION AIMABLE

254–221–774 Jésus-Christ pour tous.

Moïse pour un peuple.

Les Juifs bénis en Abraham. Je bénirai ceux qui te béniront, mais toutes nations bénies en sa semence.

Parum est ut, etc. [“It is a light thing that thou shouldest be my servant to raise up the tribes of Jacob, and to restore the preserved of Israel: I will also give thee for a light to the Gentiles, that thou mayest be my salvation unto the end of the earth.”] Isaïe [49:6].

Lumen ad revelationem gentium [“A light to lighten the Gentiles” (Luke 2:32)].

Non fecit taliter omni nationi [“He hath not dealt so with any nation” (Psalm 147:20)] disait David, en parlant de la Loi. Mais en parlant de Jésus-Christ il faut dire : Fecit taliter omni nationi, Parum est ut etc. Isaïe.

Aussi c’est à Jésus-Christ d’être universel. L’Église même n’offre le sacrifice que pour les fidèles. Jésus-Christ a offert celui de la croix pour tous.


255–222–747 Les Juifs charnels et les païens ont des misères et les chrétiens aussi.

  • Il n’y a point de rédempteur pour les païens, car ils n’en espèrent pas seulement.

  • Il n’y a point de rédempteur pour les Juifs : ils l’espèrent en vain.

  • Il n’y a de rédempteur que pour les chrétiens.

Voyez Perpétuité.

XVIII. FONDEMENTS

256–223–570 Il faut mettre au chapitre des fondements ce qui est en celui des figuratifs touchant la cause des figures.

  • Pourquoi Jésus-Christ prophétisé en son premier avènement,

  • pourquoi prophétisé obscurément en la manière.


257–224–816 Incrédules les plus crédules, ils croient les miracles de Vespasien pour ne pas croire ceux de Moïse.

Accept the miracles of Vespasian (in Alexandria, on being declared son of Zeus-Ammon in 69), by way of denying anything special of Moses?


258–225–789 Comme Jésus-Christ est demeuré inconnu parmi les hommes,

  • ainsi sa vérité demeure parmi les opinions communes sans différence à l’extérieur.

  • Ainsi l’Eucharistie parmi le pain commun.

Pascal will mention bread several times, and the Eucharist and sacraments once ech:

  • 285–253–679, 299–268–683, and 301–270–670, (Loi Figurative), pain du ciel (John 6:32)).

  • 301–270–670 again: Et les chrétiens prennent même l’Eucharistie pour figure de la gloire où ils tendent.

  • 309–278–446 (Rabbinage), pain de la sagesse, Pascal’s interpretation of Proverbs 25:

    21 If thine enemy be hungry, give him bread to eat; and if he be thirsty, give him water to drink:

    22 For thou shalt heap coals of fire upon his head, and the Lord shall reward thee.

  • 319–287–607 (Perpétuité), Jésus-Christ selon les chrétiens charnels est venu … nous donner des sacrements qui opèrent tout sans nous.

——-

___–226–523 Toute la foi consiste

  • en Jésus-Christ et

  • en Adam et

toute la morale

  • en la concupiscence et

  • en la grâce.

Is our concupiscence controlled only through grace? It comes up in the second reading, notably in

  • 131–97–334, La concupiscence et la force sont les sources de toutes nos actions.

  • 151–119–423, je voudrais bien qu’il haît en soi la concupiscence qui le détermine d’elle-même, afin

    • qu’elle ne l’aveuglât point pour faire son choix, et

    • qu’elle ne l’arrêtât point quand il aura choisi.

  • 178–145–461, Les 3 concupiscences (desire for [1] sensual pleasure, [2] authority, [3] knowledge);

and in the third reading, in

  • 244–211–453, On a fondé et tiré de la concupiscence des règles admirables de police, de morale et de justice.

259–227–223 Qu’ont‑ils à dire contre la résurrection, et contre l’enfantement d’une vierge ? Qu’est‑il plus difficile de produire un homme ou un animal, que de le reproduire ? Et s’ils n’avaient jamais vu une espèce d’animaux pourraient‑ils deviner s’ils se produisent sans la compagnie les uns des autres ?

If God can make us in the first place, he can remake us. The rhetoric recalls Mark 2:

9 Whether is it easier to say to the sick of the palsy, Thy sins be forgiven thee; or to say, Arise, and take up thy bed, and walk?

10 But that ye may know that the Son of man hath power on earth to forgive sins, (he saith to the sick of the palsy,)

11 I say unto thee, Arise, and take up thy bed, and go thy way into thine house.

Matthew 9:5–7 is practically the same.


260–228–751 Que disent les prophètes de Jésus-Christ ? Qu’il sera évidemment Dieu ? Non, mais qu’il est un Dieu véritablement caché, qu’il sera méconnu, qu’on ne pensera point que ce soit lui, qu’il sera une pierre d’achoppement, à laquelle plusieurs heurteront, etc.

Qu’on ne nous reproche donc plus le manque de clarté puisque nous en faisons profession. Mais, dit-on, il y a des obscurités et sans cela on ne serait pas aheurté à Jésus-Christ. Et c’est un des desseins formels des prophètes : excaeca [“Make the heart of this people fat, and make their ears heavy, and shut their eyes; lest they see with their eyes, and hear with their ears, and understand with their heart, and convert, and be healed” (Isaiah 6:10)].


261–229–444 Ce que les hommes par leurs plus grandes lumières avaient pu connaître, cette religion l’enseignait à ses enfants.


262–230–430 bis Tout ce qui est incompréhensible ne laisse pas d’être.

Recall 200–169–812, Je ne serais pas chrétien sans les miracles, dit saint Augustin, from the third reading. There are things we cannot explain.

The verb is used in 168–136–139 Divertissement in the second reading, l’ennui, de son autorité privée, ne laisserait pas de sortir du fond du cœur.


263–231–511 Si on veut dire que l’homme est trop peu pour mériter la communication avec Dieu, il faut être bien grand pour en juger.

Only God gets to decide whom God will communicate with. And yet Pascal is able to decide that we are all wretches who ought to hate ourselves! See 271–239–510 below, L’homme n’est pas digne de Dieu …


264–232–566 On n’entend rien aux ouvrages de Dieu si on ne prend pour principe qu’il a voulu aveugler les uns et éclaircir les autres.

I think on ne prend pour principe que … could mean (but doesn’t here) “one takes as a principle only …”


265–233–796 Jésus-Christ ne dit pas qu’il n’est pas de Nazareth pour laisser les méchants dans l’aveuglement, ni qu’il n’est pas fils de Joseph.

Jesus is

  • from Bethlehem, not Nazareth,

  • the son of God, not of Joseph.

That the savior is to be from Bethlehem is suggested in Michah 5:

1 But thou, Bethlehem Ephratah, though thou be little among the thousands of Judah, yet out of thee shall he come forth unto me that is to be ruler in Israel; whose goings forth have been from of old, from everlasting.

2 Therefore will he give them up, until the time that she which travaileth hath brought forth: then the remnant of his brethren shall return unto the children of Israel.

Nonetheless Jesus allows himself to be understood as Nazarene, in John 18:

4 Jesus therefore, knowing all things that should come upon him, went forth, and said unto them, Whom seek ye?

5 They answered him, Jesus of Nazareth. Jesus saith unto them, I am he. And Judas also, which betrayed him, stood with them.

Jesus tacitly acknowledges being, but wants not to be known as, the Christ, in Mark 8:

27 And Jesus went out, and his disciples, into the towns of Caesarea Philippi: and by the way he asked his disciples, saying unto them, Whom do men say that I am?

28 And they answered, John the Baptist; but some say, Elias; and others, One of the prophets.

29 And he saith unto them, But whom say ye that I am? And Peter answereth and saith unto him, Thou art the Christ.

30 And he charged them that they should tell no man of him.


266–234–581 Dieu veut plus disposer la volonté que l’esprit, la clarté parfaite servirait à l’esprit et nuirait à la volonté.

Abaisser la superbe.


267–235–771 Jésus-Christ est venu

  • aveugler ceux qui voient clair et donner la vue aux aveugles,

  • guérir les malades, et laisser mourir les sains,

  • appeler à pénitence et justifier les pécheurs, et laisser les justes dans leurs péchés,

  • remplir les indigents et laisser les riches vides.


268–236–578

Aveugler, éclaircir.

Saint Augustin, Montaigne, Sebonde.

Il y a assez de clarté pour éclairer les élus et assez d’obscurité pour les humilier. Il y a assez d’obscurité pour aveugler les réprouvés et assez de clarté pour les condamner et les rendre inexcusables.

——-

La généalogie de Jésus-Christ dans l’Ancien Testament est mêlée parmi tant d’autres inutiles, qu’elle ne peut être discernée. Si Moïse n’eût tenu registre que des ancêtres de Jésus-Christ, cela eût été trop visible. S’il n’eût pas marqué celle de Jésus-Christ, cela n’eût pas été assez visible. Mais après tout, qui y regarde de près voit celle de Jésus-Christ bien discernée par Thamar, Ruth, etc.

——-

Ceux qui ordonnaient ces sacrifices en savaient l’inutilité et ceux qui en ont déclaré l’inutilité n’ont pas laissé de les pratiquer.

——-

Aveugler.

Si Dieu n’eût permis qu’une seule religion, elle eût été trop reconnaissable. Mais qu’on y regarde de près, on discerne bien la vraie dans cette confusion.

——-

Principe : Moïse était habile homme. Si donc il se gouvernait par son esprit, il ne devait rien mettre qui fût directement contre l’esprit.

Ainsi toutes les faiblesses très apparentes sont des forces. Exemple : les deux généalogies de saint Matthieu et saint Luc. Qu’y a-t-il de plus clair que cela n’a pas été fait de concert ?

That there are four gospels, not all agreeing, shows the need for reasoned interpretation.


269–237–795 Si Jésus-Christ n’était venu que pour sanctifier, toute l’Écriture et toutes choses y tendraient, et il serait bien aisé de convaincre les infidèles. Si Jésus-Christ n’était venu que pour aveugler, toute sa conduite serait confuse et nous n’aurions aucun moyen de convaincre les infidèles. Mais comme il est venu in sanctificationem et in scandalum, comme dit Isaïe, nous ne pouvons convaincre les infidèles et ils ne peuvent nous convaincre. Mais par là même nous les convainquons, puisque nous disons qu’il n’y a point de conviction dans toute sa conduite de part ni d’autre.

Isaiah 8:14,

et erit vobis in sanctificationem in lapidem autem offensionis et in petram scandali duabus domibus Israhel in laqueum et in ruinam habitantibus Hierusalem

And he shall be for a sanctuary; but for a stone of stumbling and for a rock of offence to both the houses of Israel, for a gin and for a snare to the inhabitants of Jerusalem.


270–238–645

Figures.

Dieu voulant priver les siens des biens périssables pour montrer que ce n’était pas par impuissance, il a fait le peuple juif.


271–239–510 L’homme n’est pas digne de Dieu mais il n’est pas incapable d’en être rendu digne.

Il est indigne de Dieu de se joindre à l’homme misérable mais il n’est pas indigne de Dieu de le tirer de sa misère.

See 263–231–511 above,

Si on veut dire que l’homme est trop peu pour mériter la communication avec Dieu, il faut être bien grand pour en juger.

How does God pull us from misery without sharing it?


272–240–705

Preuve

Prophétie avec l’accomplissement.

Ce qui a précédé et ce qui a suivi Jésus-Christ.


273–241–765

Source des contrariétés.

Un Dieu humilié, et jusqu’à la mort de la croix. Deux natures en Jésus-Christ. Deux avènements. Deux états de la nature de l’homme. Un Messie triomphant de la mort par sa mort.

A threat is disarmed when faced.


274-***-***

[Il a] tempéré sa connaissance en sorte qu’il a donné des marques de soi visibles à ceux qui le cherchent et non à ceux qui ne le cherchent pas.

Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que de voir et assez d’obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire.


275–242–585 Que Dieu s’est voulu cacher.

S’il n’y avait qu’une religion, Dieu y serait bien manifeste. S’il n’y avait des martyrs qu’en notre religion, de même.

——-

Dieu étant ainsi caché, toute religion qui ne dit pas que Dieu est caché n’est pas véritable, et toute religion qui n’en rend pas la raison n’est pas instruisante. La nôtre fait tout cela. Vere tu es deus absconditus [“Verily thou art a God that hidest thyself” (Isaiah 45:15)].

On a god who hides, deus absconditus, compare Heraclitus (Bywater 10, DK 22B123):

φύσις κρύπτεσθαι φιλεῖ.

The Loeb translation is “Nature is wont to hide herself”; others are considered in “Heraclitus, Fragment 10,” in another blog. In Pilgrim at Tinker Creek (1974), Annie Dillard

  • uses another Heraclitus fragment as epigraph,

  • seems to share Pascal’s thought of the infinities in 230–199–72 in our third reading,

  • does mention Pascal’s (and thus Isaiah’s) deus absconditus.

The epigraph is the latter part of Bywater fragment 20, DK 30, which reads in full,

κόσμον τόνδε, τόν αὐτόν ἁπάντων, οὔτε τις θεῶν οὔτε ἀνθρώπων ἐποίησε, ἀλλ’ ἦν αἰει καὶ ἔστί καὶ ἔσται πῦρ ἀείζωον, ἁπτόμενον μέτρα καὶ ἀποσβεννύμενον μέτρα.

This world, which is the same for all, was made neither by a god nor by a man, but it ever was, and is, and shall be, ever-living Fire, in measures being kindled and in measures going out.

In Chapter 1, after describing how a frog can be eaten alive by a giant water bug, Dillard says,

In the Koran, Allah asks, “The heaven and the earth and all in between, thinkest thou I made them in jest?” It’s a good question. What do we think of the created universe, spanning an unthinkable void with an unthinkable profusion of forms? Or what do we think of nothingness, those sickening reaches of time in either direction? If the giant water bug was not made in jest, was it then made in earnest? Pascal uses a nice term to describe the notion of the creator’s, once having called forth the universe, turning his back to it: Deus Absconditus.

This is literally a god who hides, not a god who absconds in the sense of stealing away; but the latter seems to be the understanding of Dillard as she continues:

Is this what we think happened? Was the sense of it there, and God absconded with it, ate it, like a wolf who disappears round the edge of the house with the Thanksgiving turkey? “God is subtle,” Einstein said, “but not malicious.” Again, Einstein said that “nature conceals her mystery by means of her essential grandeur, not by her cunning.” It could be that God has not absconded but spread, as our vision and understanding of the universe have spread, to a fabric of spirit and sense so grand and subtle, so powerful in a new way, that we can only feel blindly of its hem.

276–243–601

La religion païenne est sans fondement.

La religion mahométane a pour fondement l’Alcoran et Mahomet. Mais ce prophète qui devait être la dernière attente du monde a‑t‑il été prédit ? Et quelle marque a‑t‑il que n’ait aussi tout homme qui se voudra dire prophète ? Quels miracles dit‑il lui‑même avoir faits ? Quel mystère a‑t‑il enseigné selon sa tradition même ? Quelle morale et quelle félicité ?

La religion juive doit être regardée différemment dans la tradition des livres saints et dans la tradition du peuple. La morale et la félicité en est ridicule dans la tradition du peuple, mais elle est admirable dans celle de leurs saints. Le fondement en est admirable. C’est le plus ancien livre du monde et le plus authentique, et au lieu que Mahomet pour faire subsister le sien a défendu de le lire, Moïse pour faire subsister le sien a ordonné à tout le monde de le lire. Et toute religion est de même, car la chrétienne est bien différente dans les livres saints et dans les casuistes.

Notre religion est si divine qu’une autre religion divine n’en a que le fondement.


277–244–228

Objection des athées.

Mais nous n’avons nulle lumière.

XIX. LOI FIGURATIVE

278–245–647 Que la loi était figurative.

___-246–657

Figur.

Les peuples juif et égyptien visiblement prédits par ces deux particuliers que Moïse rencontra :

  • l’Égyptien battant le Juif,

  • Moïse le vengeant et tuant l’Égyptien, et

  • le Juif en étant ingrat.


279–247–674

Figuratives.

Fais toutes choses selon le patron qui t’a été montré en la montagne. Sur quoi saint Paul dit que les Juifs ont peint les choses célestes.


280–248–653

Figures.

Les prophètes prophétisaient par figures, de ceinture, de barbe et cheveux brûlés, etc.


281–249–681

Figuratives.

Clé du chiffre.

  • Veri adoratores [“But the hour cometh, and now is, when the true worshippers shall worship the Father in spirit and in truth: for the Father seeketh such to worship him” (John 4:23)].

  • Ecce agnus Dei qui tollit peccata mundi [“The next day John seeth Jesus coming unto him, and saith, Behold the Lamb of God, which taketh away the sin of the world” (John 1:29)].


282–250–667

Figurat.

Ces termes d’épée, d’écu, potentissime.


283–251–900 Qui veut donner le sens de l’Écriture et ne le prend point de l’Écriture est ennemi de l’Écriture. Aug. D. d. Ch. [De doctrina christiana]

Does this apply to people like us, who in principle are just reading?


284–252–648 Deux erreurs.

  1. prendre tout littéralement.

  2. prendre tout spirituellement.


285–253–679

Figures.

Jésus-Christ leur ouvrit l’esprit pour entendre les Écritures.

Deux grandes ouvertures sont celles‑là :

  1. Toutes choses leur arrivaient en figures.

    • Vere Israelita [“Jesus saw Nathanael coming to him, and saith of him, Behold an Israelite indeed, in whom is no guile!” (John 1:47)],

    • Vere liberi [“If the Son therefore shall make you free, ye shall be free indeed” (John 8:36)],

    • Vrai pain du ciel [“Then Jesus said unto them, Verily, verily, I say unto you, Moses gave you not that bread from heaven; but my Father giveth you the true bread from heaven” (John 6:32)].

  2. Un Dieu humilié jusqu’à la croix. Il a fallu que le Christ ait souffert pour entrer en sa gloire. Qu’il vaincrait la mort par sa mort. Deux avènements.


286–254–649 Parler contre les trop grands figuratifs.


287–255–758 Les prophéties qui ont prédit le temps sont claires, celles qui ont prédit la qualité du Messie sont obscures.

Dieu, pour rendre le Messie connaissable aux bons et méconnaissable aux méchants, l’a fait prédire en cette sorte. Si la manière du Messie eût été prédite clairement, il n’y eût point eu d’obscurité, même pour les méchants.

Si le temps eût été prédit obscurément, il y eût eu obscurité même pour les bons, car la bonté de leur cœur ne leur eût pas fait entendre que par exemple ם [mem] signifie 600 ans. Mais le temps a été prédit clairement et la manière en figures.

Par ce moyen les méchants, prenant les biens promis pour matériels, s’égarent malgré le temps prédit clairement, et les bons ne s’égarent pas.

Car l’intelligence des biens promis dépend du cœur qui appelle bien ce qu’il aime, mais l’intelligence du temps promis ne dépend point du cœur. Et ainsi la prédiction claire du temps et obscure des biens ne déçoit que les seuls méchants.


288–256–662 Les Juifs charnels n’entendaient

  • ni la grandeur

  • ni l’abaissement

du Messie prédit dans leurs prophéties. Ils l’ont méconnu dans sa grandeur prédite, comme quand il dit

  • que le Messie sera seigneur de David,

  • quoique son fils,

et

  • qu’il est devant qu’Abraham et

  • qu’il l’a vu.

  • Ils ne le croyaient pas si grand qu’il fût éternel, et

  • ils l’ont méconnu de même dans son abaissement et dans sa mort.

  • Le Messie, disaient-ils, demeure éternellement, et

  • celui‑ci dit qu’il mourra.

  • Ils ne le croyaient donc

    • ni mortel,

    • ni éternel ;

  • ils ne cherchaient en lui qu’une grandeur charnelle.


289–257–684

Contradiction.

On ne peut faire une bonne physionomie qu’en accordant toutes nos contrariétés et ne suffit pas de suivre une suite de qualités accordantes sans accorder les contraires ; pour entendre le sens d’un auteur il faut accorder tous les passages contraires.

Ainsi pour entendre l’Écriture il faut avoir un sens dans lequel tous les passages contraires s’accordent ; il ne suffit pas d’en avoir un qui convienne à plusieurs passages accordants, mais d’en avoir un qui accorde les passages même contraires.

Tout auteur a un sens auquel tous les passages contraires s’accordent ou il n’a point de sens du tout. On ne peut pas dire cela de l’Écriture et des prophètes : ils avaient assurément trop de bon sens. Il faut donc en chercher un qui accorde toutes les contrariétés.

Le véritable sens n’est donc pas celui des juifs, mais en Jésus-Christ toutes les contradictions sont accordées.

Les juifs ne sauraient accorder la cessation de la royauté et principauté prédite par Osée, avec la prophétie de Jacob.

Hosea 3 (reference also for 290–258–728 and 297–266–719 below):

4 For the children of Israel shall abide many days without a king, and without a prince, and without a sacrifice, and without an image, and without an ephod, and without teraphim:

5 Afterward shall the children of Israel return, and seek the Lord their God, and David their king; and shall fear the Lord and his goodness in the latter days.

Si on prend la loi, les sacrifices et le royaume pour réalités on ne peut accorder tous les passages ; il faut donc par nécessité qu’ils ne soient que figures. On ne saurait pas même accorder les passages d’un même auteur, ni d’un même livre, ni quelquefois d’un même chapitre, ce qui marque trop quel était le sens de l’auteur ; comme quand Ezéchiel, ch. 20 dit qu’on vivra dans les commandements de Dieu et qu’on n’y vivra pas.

Samples from Ezekiel 20 (which will be a reference also for 294–263–686):

30 Wherefore say unto the house of Israel, Thus saith the Lord God; Are ye polluted after the manner of your fathers? and commit ye whoredom after their abominations?

32 And that which cometh into your mind shall not be at all, that ye say, We will be as the heathen, as the families of the countries, to serve wood and stone.

41 I will accept you with your sweet savour, when I bring you out from the people, and gather you out of the countries wherein ye have been scattered; and I will be sanctified in you before the heathen.

43 And there shall ye remember your ways, and all your doings, wherein ye have been defiled; and ye shall lothe yourselves in your own sight for all your evils that ye have committed.


290–258–728 Il n’était point permis de sacrifier hors de Jérusalem, qui était le lieu que le Seigneur avait choisi, ni même de manger ailleurs les décimes. Deut. 12. 5, etc. – Deut. 14. 23, etc. – 15. 20 – 16. 2, 7, 11, 15.

Deuteronomy:

12:5 But unto the place which the Lord your God shall choose out of all your tribes to put his name there, even unto his habitation shall ye seek, and thither thou shalt come:

14:23 And thou shalt eat before the Lord thy God, in the place which he shall choose to place his name there, the tithe of thy corn, of thy wine, and of thine oil, and the firstlings of thy herds and of thy flocks; that thou mayest learn to fear the Lord thy God always.

15:20 Thou shalt eat it before the Lord thy God year by year in the place which the Lord shall choose, thou and thy household.

16:2 Thou shalt therefore sacrifice the passover unto the Lord thy God, of the flock and the herd, in the place which the Lord shall choose to place his name there.

7 And thou shalt roast and eat it in the place which the Lord thy God shall choose: and thou shalt turn in the morning, and go unto thy tents.

11 And thou shalt rejoice before the Lord thy God, thou, and thy son, and thy daughter, and thy manservant, and thy maidservant, and the Levite that is within thy gates, and the stranger, and the fatherless, and the widow, that are among you, in the place which the Lord thy God hath chosen to place his name there.

15 Seven days shalt thou keep a solemn feast unto the Lord thy God in the place which the Lord shall choose: because the Lord thy God shall bless thee in all thine increase, and in all the works of thine hands, therefore thou shalt surely rejoice.

——-

Osée a prédit qu’il serait sans roi, sans prince, sans sacrifice, etc., sans idole. Ce qui est accompli aujourd’hui, ne pouvant faire sacrifice légitime hors de Jérusalem.

See 289–257–684 above, Contradiction.

___–259–685

Figure.

Si la loi et les sacrifices sont la vérité, il faut qu’elle plaise à Dieu et qu’elle ne lui déplaise point. S’ils sont figures, il faut qu’ils plaisent et déplaisent.

Or dans toute l’Écriture ils plaisent et déplaisent. Il est dit que la loi sera changée, que le sacrifice sera changé, qu’ils seront sans roi, sans princes et sans sacrifices, qu’il sera fait une nouvelle alliance, que la loi sera renouvelée, que les préceptes qu’ils ont reçus ne sont pas bons, que leurs sacrifices sont abominables, que Dieu n’en a point demandé.

Il est dit au contraire que la loi durera éternellement, que cette alliance sera éternelle, que le sacrifice sera éternel, que le sceptre ne sortira jamais d’avec eux, puisqu’il n’en doit point sortir que le roi éternel n’arrive.

Tous ces passages marquent-ils que ce soit réalité ? Non. Marquent-ils aussi que ce soit figure ? Non, mais que c’est réalité ou figure. Mais les premiers excluant la réalité marquent que ce n’est que figure.

Tous ces passages ensemble ne peuvent être dits de la réalité. Tous peuvent être dits de la figure. Donc Ils ne sont pas dits de la réalité mais de la figure.

  • Agnus occisus est ab origine mundi [“And all that dwell upon the earth shall worship him, whose names are not written in the book of life of the Lamb slain from the foundation of the world” (Revelation 13:8)].

  • Juge sacrificium [“Yea, he magnified himself even to the prince of the host, and by him the daily sacrifice was taken away, and the place of his sanctuary was cast down” (Daniel 8:11)].


291–260–678 Un portrait porte absence et présence, plaisir et déplaisir. La réalité exclut absence et déplaisir.

——-

Figures.

Pour savoir si la loi et les sacrifices sont réalité ou figure il faut voir

  • si les prophètes en parlant de ces choses y arrêtaient leur vue et leur pensée, en sorte qu’ils n’y vissent que cette ancienne alliance, ou

  • s’ils y voient quelque autre chose dont elle fût la peinture.

Car dans un portrait on voit la chose figurée. Il ne faut pour cela qu’examiner ce qu’ils en disent.

Quand ils disent qu’elle sera éternelle entendent-ils parler de l’alliance de laquelle ils disent qu’elle sera changée et de même des sacrifices, etc.

——-

Le chiffre a deux sens. Quand on surprend une lettre importante où l’on trouve un sens clair, et où il est dit néanmoins que le sens en est voilé et obscurci, qu’il est caché en sorte qu’on verra cette lettre sans la voir et qu’on l’entendra sans l’entendre, que doit-on penser sinon que c’est un chiffre à double sens.

Les prophètes ont dit clairement qu’Israël serait toujours aimé de Dieu et que la loi serait éternelle et ils ont dit que l’on n’entendrait point leur sens et qu’il était voilé.

Et d’autant plus qu’on y trouve des contrariétés manifestes dans le sens littéral. Combien doit‑on donc estimer ceux qui nous découvrent le chiffre et nous apprennent à connaître le sens caché, et principalement quand les principes qu’ils en prennent sont tout à fait naturels et clairs ? C’est ce qu’a fait Jésus-Christ et les apôtres. Ils ont levé le sceau. Il a rompu le voile et a découvert l’esprit. Ils nous ont appris pour cela

  • que les ennemis de l’homme sont ses passions,

  • que le rédempteur serait spirituel et son règne spirituel,

  • qu’il y aurait deux avènements,

    • l’un de misère pour abaisser l’homme superbe,

    • l’autre de gloire pour élever l’homme humilié,

  • que Jésus-Christ serait Dieu et homme.


292–261–757

  • Le temps du premier avènement sciemment prédit,

  • le temps du second ne l’est point,

parce que

  • le premier devait être caché,

  • le second devait être éclatant, et tellement manifeste que ses ennemis mêmes le devaient reconnaître,

mais il ne devait venir

  • qu’obscurément et

  • que pour être connu de ceux qui sonderaient les Écritures …


293–262–762 Que pouvaient faire les Juifs, ses ennemis ?

  • S’ils le reçoivent ils le prouvent par leur réception,

car les dépositaires de l’attente du Messie le recevaient et

  • s’ils le renoncent ils le prouvent par leur renonciation.

294–263–686

Contrariétés.

Le sceptre jusqu’au Messie, Sans roi ni prince.

Loi éternelle, changée.

Alliance éternelle, alliance nouvelle.

Loi bonne, préceptes mauvais. Ézé. 20.

Ezekiel 20 was referred to above in 289–257–684, Contradiction.


295–264–746 Les Juifs étaient accoutumés aux grands et éclatants miracles et ainsi ayant eu les grands coups de la mer Rouge et la terre de Canaan comme un abrégé des grandes choses de leur Messie ils en attendaient donc de plus éclatants, dont ceux de Moïse n’étaient que l’échantillon.


296–265–677 Figure porte absence et présence, plaisir et déplaisir.

——-

Chiffre à double sens. Un clair et où il est dit que le sens est caché.

Summary of 291–260–678?


297–266–719 On pourrait peut-être penser que quand les prophètes ont prédit que le sceptre ne sortirait point de Juda jusqu’au roi éternel

  • ils auraient parlé pour flatter le peuple et que

  • leur prophétie se serait trouvée fausse à Hérode.

Mais pour montrer que ce n’est pas leur sens, et qu’ils savaient bien au contraire que ce royaume temporel devait cesser, ils disent qu’ils seront sans roi et sans prince. Et longtemps durant. Osée.

See 289–257–684 above, Contradiction.


298–267–680

Figures.

Dès qu’une fois on a ouvert ce secret il est impossible de ne le pas voir. Qu’on lise le Vieil Testament en cette vue et qu’on voie si les sacrifices étaient vrais, si la parenté d’Abraham était la vraie cause de l’amitié de Dieu, si la terre promise était le véritable lieu de repos ? Non, donc c’étaient des figures.

Qu’on voie de même toutes les cérémonies ordonnées et tous les commandements qui ne sont point pour la charité, on verra que c’en sont les figures.

——-

Tous ces sacrifices et cérémonies étaient donc figures ou sottises, or il y a des choses claires trop hautes pour les estimer des sottises.

——-

Savoir si les prophètes arrêtaient leur vue dans l’Ancien Testament

ou s’ils y voyaient d’autres choses.


299–268–683

Figures.

Voilà le chiffre que saint Paul nous donne.

La lettre tue.

Tout arrivait en figures.

Il fallait que le Christ souffrît.

Un Dieu humilié.

——-

Circoncision du cœur, vrai jeûne, vrai sacrifice, vrai temple. Les prophètes ont indiqué qu’il fallait que tout cela fût spirituel.

Non la viande qui périt, mais celle qui ne périt point.

——-

Vous seriez vraiment libres. Donc l’autre liberté n’est qu’une figure de liberté.

——-

Je suis le vrai pain du ciel.

Descotes and Proust detail the references. The circumcision of the heart is taken up in Perpétuité below.


300–269–692

Figures.

Quand David prédit que le Messie délivrera son peuple de ses ennemis, on peut croire charnellement que ce sera des Égyptiens, et alors je ne saurais montrer que la prophétie soit accomplie. Mais on peut bien croire aussi que ce sera des iniquités, car dans la vérité les Égyptiens ne sont point ennemis, mais les iniquités le sont.

Ce mot d’ennemis est donc équivoque. Mais, s’il dit ailleurs, comme il fait qu’il délivrera son peuple de ses péchés aussi bien qu’Isaïe et les autres, l’équivoque est ôtée, et le sens double des ennemis réduit au sens simple d’iniquités. Car s’il avait dans l’esprit les péchés, il les pouvait bien dénoter par ennemis, mais s’il pensait aux ennemis, il ne les pouvait pas désigner par iniquités.

Or Moïse et David et Isaïe usaient de mêmes termes. Qui dira donc qu’ils n’avaient pas même sens et que le sens de David, qui est manifestement d’iniquités lorsqu’il parlait d’ennemis, ne fût pas le même que Moïse en parlant d’ennemis.

——-

Daniel IX prie pour la délivrance du peuple de la captivité de leurs ennemis. Mais il pensait aux péchés, et pour le montrer, il dit que Gabriel lui vint dire qu’il était exaucé et qu’il n’y avait plus que soixante-dix semaines à attendre. Après quoi, le peuple serait délivré d’iniquité, le péché prendrait fin, et le libérateur, le saint des saints, amènerait la justice éternelle, non la légale mais l’éternelle.

Daniel 9:

16 O Lord, according to all thy righteousness, I beseech thee, let thine anger and thy fury be turned away from thy city Jerusalem, thy holy mountain: because for our sins, and for the iniquities of our fathers, Jerusalem and thy people are become a reproach to all that are about us.

21 Yea, whiles I was speaking in prayer, even the man Gabriel, whom I had seen in the vision at the beginning, being caused to fly swiftly, touched me about the time of the evening oblation.

22 And he informed me, and talked with me, and said, O Daniel, I am now come forth to give thee skill and understanding.

24 Seventy weeks are determined upon thy people and upon thy holy city, to finish the transgression, and to make an end of sins, and to make reconciliation for iniquity, and to bring in everlasting righteousness, and to seal up the vision and prophecy, and to anoint the most Holy.

——-

Il y en a qui voient bien qu’il n’y a pas d’autre ennemi de l’homme que la concupiscence qui les détourne de Dieu, et non pas des [iniquités], ni d’autre bien que Dieu, et non pas une terre grasse. Ceux qui croient que le bien de l’homme est en sa chair et le mal en ce qui le détourne des plaisirs des sens, qu’il[s] s’en soûle[nt] et qu’il[s] y meure[nt]. Mais ceux qui cherchent Dieu de tout leur cœur, qui n’ont de déplaisir que d’être privés de sa vue, qui n’ont de désir que pour le posséder et d’ennemis que ceux qui les en détournent, qui s’affligent de se voir environnés et dominés de tels ennemis, qu’ils se consolent. Je leur annonce une heureuse nouvelle : il y a un libérateur pour eux ; je le leur ferai voir ; je leur montrerai qu’il y a un Dieu pour eux ; je ne le ferai pas voir aux autres. Je ferai voir qu’un Messie a été promis pour délivrer des ennemis, et qu’il en est venu un pour délivrer des iniquités, mais non des ennemis.


301–270–670

Figures.

Les Juifs avaient vieilli dans ces pensées terrestres : que Dieu aimait leur père Abraham, sa chair et ce qui en sortait, que pour cela il les avait multipliés et distingués de tous les autres peuples sans souffrir qu’ils s’y mêlassent, que quand ils languissaient dans l’Égypte il les en retira avec tous ses grands signes en leur faveur, qu’il les nourrit de la manne dans le désert, qu’il les mena dans une terre bien grasse, qu’il leur donna des rois et un temple bien bâti pour y offrir des bêtes, et par le moyen de l’effusion de leur sang qu’ils seraient purifiés, et qu’il leur devait enfin envoyer le Messie pour les rendre maîtres de tout le monde, et il a prédit le temps de sa venue.

Le monde ayant vieilli dans ces erreurs charnelles. Jésus-Christ est venu dans le temps prédit, mais non pas dans l’éclat attendu, et ainsi ils n’ont pas pensé que ce fût lui. Après sa mort, saint Paul est venu apprendre aux hommes que toutes ces choses étaient arrivées en figure, que le royaume de Dieu ne consistait pas en la chair mais en l’esprit, que les ennemis des hommes n’étaient pas les Babyloniens mais leurs passions, que Dieu ne se plaisait pas aux temples faits de main mais en un cœur pur et humilié, que la circoncision du corps était inutile mais qu’il fallait celle du cœur, que Moïse ne leur avait pas donné le pain du ciel, etc.

——-

Mais Dieu n’ayant pas voulu découvrir ces choses à ce peuple qui en était indigne et ayant voulu néanmoins les produire afin qu’elles fussent crues, il en a prédit le temps clairement et les a quelquefois exprimées clairement, mais abondamment en figures, afin que ceux qui aimaient les choses figurantes s’y arrêtassent (je ne dis pas bien) et que ceux qui aimaient les figurées les y vissent

——-

Tout ce qui ne va point à la charité est figure.

——-

L’unique objet de l’Écriture est la charité.

——-

Tout ce qui ne va point à l’unique bien en est la figure. Car puisqu’il n’y a qu’un but tout ce qui n’y va point en mots propres est figure.

——-

Dieu diversifie ainsi cet unique précepte de charité pour satisfaire notre curiosité qui recherche la diversité, par cette diversité qui nous mène toujours à notre unique nécessaire. Car une seule chose est nécessaire et nous aimons la diversité, et Dieu satisfait à l’un et à l’autre par ces diversités qui mènent à ce seul nécessaire.

——-

Les Juifs ont tant aimé les choses figurantes et les ont si bien attendues qu’ils ont méconnu la réalité quand elle est venue dans le temps et en la manière prédite.

——-

Les rabbins prennent pour figure les mamelles de l’épouse et tout ce qui n’exprime pas l’unique but qu’ils ont des biens temporels.

——-

Et les chrétiens prennent même l’Eucharistie pour figure de la gloire où ils tendent.


302–271–545 Jésus-Christ n’a fait autre chose qu’apprendre aux hommes

  • qu’ils s’aimaient eux‑mêmes,

  • qu’ils étaient esclaves, aveugles, malades, malheureux et pécheurs ;

  • qu’il fallait qu’il les délivrât, éclairât, béatifiât et guérît,

  • que cela se ferait en se haïssant soi‑même et en le suivant par la misère et la mort de la croix.


303–272–687

Figures.

Quand la parole de Dieu, qui est véritable, est fausse littéralement, elle est vraie spirituellement. Sede a dextris meis : cela est faux littéralement, donc cela est vrai spirituellement.

En ces expressions il est parlé de Dieu à la manière des hommes. Et cela ne signifie autre chose sinon que l’intention que les hommes ont en faisant asseoir à leur droite, Dieu l’aura aussi. C’est donc une marque de l’intention de Dieu, non de sa manière de l’exécuter.

Ainsi quand il dit : Dieu a reçu l’odeur de vos parfums et vous donnera en récompense une terre grasse, c’est‑à‑dire la même intention qu’aurait un homme qui, agréant vos parfums, vous donnerait en récompense une terre grasse. Dieu aura la même intention pour vous parce que vous avez eu pour lu[i la] même intention qu’un homme a pour celui à qui il donne des parfums.

Ainsi iratus est, Dieu jaloux, etc. Car les choses de Dieu étant inexprimables, elles ne peuvent être dites autrement et l’Église aujourd’hui en use encore, quia confortavit seras, etc.

——-

Il n’est pas permis d’attribuer à l’Écriture les sens qu’elle ne nous a pas révélé qu’elle a. Ainsi de dire que le ם [mem] d’Isaïe signifie 600 cela n’est pas révélé. Il n’est pas dit que les צ [tsade] et les ח [heth] deficientes signifieraient des mystères. Il n’est donc pas permis de le dire. Et encore moins de dire que c’est la manière de la pierre philosophale. Mais nous disons que le sens littéral n’est pas le vrai parce que les prophètes l’ont dit eux-mêmes.


304–273–745 Ceux qui ont peine à croire en cherchent un sujet en ce que les Juifs ne croient pas – Si cela était si clair, dit‑on, pourquoi ne croiraient‑ils pas ? – et voudraient quasi qu’ils crussent afin de n’être point arrêtés par l’exemple de leur refus. Mais c’est leur refus même qui est le fondement de notre créance. Nous y serions bien moins disposés s’ils étaient des nôtres. Nous aurions alors un bien plus ample prétexte.

Cela est admirable d’avoir rendu les Juifs grands amateurs des choses prédites et grands ennemis de l’accomplissement.

Admirable by whom?

I recall from his autobiography how, when Malcolm X was in prison, his brother Reginald wrote him (page 155),

Malcolm, don’t eat any more pork and don’t smoke any more cigarettes. I’ll show you how to get out of prison.

“My automatic response,” Malcolm thought, “was that he had come upon some way I could work a hype on the penal authorities.” Later (page 173),

Between Mr. Muhammad’s teachings, my correspondence, my visitors – usually Ella and Reginald – and my reading of books, months passed without my even thinking about being imprisoned. In fact, up to then, I have never been so truly free in my life.


305–274–642

Preuve des deux testaments à la fois.

Pour prouver tout d’un coup les deux il ne faut que voir si les prophéties de l’un sont accomplies en l’autre.

Pour examiner les prophéties il faut les entendre.

Car si on croit qu’elles n’ont qu’un sens il est sûr que le Messie ne sera point venu, mais si elles ont deux sens il est sûr qu’il sera venu en Jésus-Christ.

Toute la question est donc de savoir si elles ont deux sens.

Que l’Écriture a deux sens
que Jésus-Christ et les apôtres ont donnés dont voici les preuves.

  1. Preuve par l’Écriture même.

  2. Preuves par les rabbins. Moïse Maymon dit qu’elle a deux faces, Prov., et que les prophètes n’ont prophétisé que de Jésus-Christ.

  3. Preuves par la Cabale.

  4. Preuves par l’interprétation mystique que les rabbins mêmes donnent à l’Écriture.

  5. Preuves par les principes des rabbins qu’il y a deux sens.

Qu’il y a deux avènements du Messie, glorieux ou abject selon leur mérite.

Que les prophètes n’ont prophétisé que du Messie. La loi n’est pas éternelle, mais doit changer au Messie.

Qu’alors on ne se souviendra plus de la mer Rouge.

Que les juifs et les gentils seront mêlés.


306–275–643

Figures.

Isaïe 51. La mer Rouge image de la rédemption.

Isaiah 51:

6 Lift up your eyes to the heavens, and look upon the earth beneath: for the heavens shall vanish away like smoke, and the earth shall wax old like a garment, and they that dwell therein shall die in like manner: but my salvation shall be for ever, and my righteousness shall not be abolished.

7 ¶ Hearken unto me, ye that know righteousness, the people in whose heart is my law; fear ye not the reproach of men, neither be ye afraid of their revilings.

8 For the moth shall eat them up like a garment, and the worm shall eat them like wool: but my righteousness shall be for ever, and my salvation from generation to generation.

9 ¶ Awake, awake, put on strength, O arm of the Lord; awake, as in the ancient days, in the generations of old. Art thou not it that hath cut Rahab, and wounded the dragon?

10 Art thou not it which hath dried the sea, the waters of the great deep; that hath made the depths of the sea a way for the ransomed to pass over?

11 Therefore the redeemed of the Lord shall return, and come with singing unto Zion; and everlasting joy shall be upon their head: they shall obtain gladness and joy; and sorrow and mourning shall flee away.

——-

Ut sciatis quod filius hominis habet potestatem remittendi peccata tibi dico surge.

This is some version of verse 10 of Mark 2, which I thought illuminated 259–227–223 above.

Dieu, voulant faire paraître qu’il pouvait former un peuple saint d’une sainteté invisible et le remplir d’une gloire éternelle, a fait des choses visibles. Comme la nature est une image de la grâce, il a fait dans les biens de la nature ce qu’il devait faire dans ceux de la grâce, afin qu’on jugeât qu’il pouvait faire l’invisible puisqu’il faisait bien le visible.

Il a donc sauvé le peuple du déluge, il l’a fait naître d’Abraham, il l’a racheté d’entre ses ennemis et l’a mis dans le repos.

L’objet de Dieu n’était pas de sauver du déluge et de faire naître tout un peuple d’Abraham pour n’introduire que dans une terre grasse.

Et même la grâce n’est que la figure de la gloire car elle n’est pas la dernière fin. Elle a été figurée par la loi et figure elle‑même la [gloire], mais elle en est la figure et le principe ou la cause.

——-

La vie ordinaire des hommes est semblable à celle des saints. Ils recherchent tous leur satisfaction et ne diffèrent qu’en l’objet où ils la placent. Ils appellent leurs ennemis ceux qui les en empêchent, etc. Dieu a donc montré le pouvoir qu’il a de donner les biens invisibles par celui qu’il a montré qu’il avait sur les visibles.


307–276–691 De deux personnes qui disent de sots contes, l’un qui voit double sens entendu dans la cabale, l’autre qui n’a que ce sens. Si quelqu’un n’étant pas du secret entend discourir les deux en cette sorte il en fera même jugement. Mais si ensuite dans le reste du discours l’un dit des choses angéliques et l’autre toujours des choses plates et communes, il jugera que l’un parlait avec mystère et non pas l’autre, l’un ayant assez montré qu’il est incapable de telles sottises et capable d’être mystérieux, l’autre qu’il est incapable de mystère et capable de sottise.

——-

Le vieux testament est un chiffre.

XX. RABBINAGE

308–277–635

Chronologie du rabbinisme.

Les citations des pages sont du livre Pugio.

——-

P. 27.

R. Hakadosch auteur du Mischna ou loi vocale ou seconde loi. An 200.

Commentaires

du Mischna

{

L’un Siphra.

—–

Barajetot.

—–

Talmud hierosol.

Tosiphtot.

}

an 340.

——-

Bereschit Rabah, par R. Osaia Rabah, commentaire du Mischna.

Bereschit Rabah, Bar Nachmoni sont des discours subtils, agréables, historiques et théologiques.

Ce même auteur a fait des livres appelés Rabot.

——-

 440.

Cent ans après le Talmud hieros. fut fait le Talmud babylonique par R. Ase, par le consentement universel de tous les Juifs qui sont nécessairement obligés d’observer tout ce qui y est contenu.

L’addition de R. Ase s’appelle Gemara c’est‑à‑dire le commentaire du Mischna.

Et le Talmud comprend ensemble le Mischna et le Gemara.


309–278–446

Tradition ample du péché originel selon les Juifs.

Sur le mot de la Genèse 8, la composition du cœur de l’homme est mauvaise dès son enfance.

Genesis 8:

20 And Noah builded an altar unto the Lord; and took of every clean beast, and of every clean fowl, and offered burnt offerings on the altar.

21 And the Lord smelled a sweet savour; and the Lord said in his heart, I will not again curse the ground any more for man’s sake; for the imagination of man’s heart is evil from his youth; neither will I again smite any more every thing living, as I have done.

22 While the earth remaineth, seedtime and harvest, and cold and heat, and summer and winter, and day and night shall not cease.

R. Moïse Haddarschan : Ce mauvais levain est mis dans l’homme dès l’heure où il est formé.

Massechet Succa : Ce mauvais levain a sept noms : dans l’Écriture il est appelé mal, prépuce, immonde, ennemi, scandale, cœur de pierre, aquilon, tout cela signifie la malignité qui est cachée et empreinte dans le cœur de l’homme.

Cette malignité se renouvelle tous les jours contre l’homme comme il est écrit Ps. 37 : L’impie observe le juste et cherche à le faire mourir, mais Dieu ne l’abandonnera point.

Psalm 37:

32 The wicked watcheth the righteous, and seeketh to slay him.

33 The Lord will not leave him in his hand, nor condemn him when he is judged.

Cette malignité tente le cœur de l’homme en cette vie et l’accusera en l’autre.

Tout cela se trouve dans le Talmud.

Midrasch Tillim sur le Ps. 4. Frémissez et vous ne pécherez point. Frémissez et épouvantez votre concupiscence et elle ne vous induira point à pécher. Et sur le Ps. 36. L’impie a dit en son cœur que la crainte de Dieu ne soit point devant moi, c’est-à‑dire que la malignité naturelle à l’homme a dit cela à l’impie.

Psalm 4:

4 Stand in awe, and sin not: commune with your own heart upon your bed, and be still. Selah.

Psalm 36:

1 The transgression of the wicked saith within my heart, that there is no fear of God before his eyes.

Midrasch Kohelet : Meilleur est l’enfant pauvre et sage que le roi vieux et fol qui ne sait pas prévoir l’avenir. L’enfant est la vertu et le roi est la malignité de l’homme. Elle est appelée roi parce que tous les membres lui obéissent et vieux parce qu’il est dans le cœur de l’homme depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse, et fol parce qu’il conduit l’homme dans la voie de [per]dition qu’il ne prévoit point.

La même chose est dans Midrasch Tillim.

Bereschit Rabbah sur le Ps. 35. Seigneur tous mes os te béniront parce que tu délivres le pauvre du tyran. Et y a‑t‑il un plus grand tyran que le mauvais levain ? Midrasch Tillim dit la même chose et que Dieu délivrera la bonne nature de l’homme de la mauvaise.

Et sur les Proverbes 25. Si ton ennemi a faim donne‑lui à manger, c’est‑à‑dire si le mauvais levain a faim donnez‑lui du pain de la sagesse dont il est parlé Proverbes 9. Et s’il a soif donne‑lui de l’eau dont il est parlé Isaïe 55.

Midrasch Tillim dit la même chose et que l’Écriture en cet endroit, en parlant de notre ennemi entend le mauvais levain et qu’en lui [donnant] ce pain et cette eau on lui assemblera des charbons sur la tête.

Midrasch Kohelet sur l’Ecc. 9. Un grand roi a assiégé une petite ville. Ce grand roi est le mauvais levain. Les grandes machines dont il l’environne sont les tentations, et il a été trouvé un homme sage et pauvre qui l’a délivrée, c’est‑à‑dire la vertu.

Et sur le Ps. 41 : Bienheureux qui a égard aux pauvres.

Et sur le Ps. 78 : L’esprit s’en va et ne revient plus, d’où quelques‑uns ont pris sujet d’errer contre l’immortalité de l’âme ; mais le sens est que cet esprit est le mauvais levain, qui s’en va avec l’homme jusqu’à la mort et ne reviendra point en la résurrection.

Et sur le Ps. 103. la même chose.

Et sur le Ps. 16.

310–***–*** Principes des rabbins, deux Messies.

XXI. PERPÉTUITÉ

311–279–690 Un mot de David ou de Moïse, comme que Dieu circoncira leur cœur, fait juger de leur esprit. Que tous leurs autres discours soient équivoques et douteux d’être philosophes ou chrétiens, enfin un mot de cette nature détermine tous les autres, comme un mot d’Épictète détermine tout le reste au contraire. Jusque-là l’ambiguïté dure, et non pas après.


312–280–614 Les États périraient si on ne faisait ployer souvent les lois à la nécessité, mais jamais la religion n’a souffert cela et n’en a usé. Aussi il faut ces accommodements ou des miracles.

Il n’est pas étrange qu’on se conserve en ployant, et ce n’est pas proprement se maintenir. Et encore périssent‑ils enfin entièrement. Il n’y en a point qui ait duré mille ans. Mais que cette religion se soit toujours maintenue et inflexible, cela est divin.


313–281–613

Perpétuité.

Cette religion qui consiste à croire que l’homme est déchu d’un état de gloire et de communication avec Dieu en un état de tristesse, de pénitence et d’éloignement de Dieu, mais qu’après cette vie on serait rétabli par un Messie qui devait venir, a toujours été sur la terre. Toutes choses ont passé et celle‑là a subsisté pour laquelle sont toutes choses.

Les hommes dans le premier âge du monde ont été emportés dans toutes sortes de désordres, et il y avait cependant des saints comme Énoch, Lamech et d’autres qui attendaient en patience le Christ promis dès le commencement du monde. Noé a vu la malice des hommes au plus haut degré et il a mérité de sauver le monde en sa personne par l’espérance du Messie, dont il a été la figure. Abraham était environné d’idolâtries quand Dieu lui a fait connaître le mystère du Messie qu’il a salué de loin. Au temps d’Isaac et de Jacob, l’abomination était répandue sur toute la terre, mais ces saints vivaient en leur foi, et Jacob mourant et bénissant ses enfants s’écrie par un transport qui lui fait interrompre son discours : J’attends, ô mon Dieu, le sauveur que vous avez promis, salutare tuum expectabo domine [“I have waited for thy salvation, O Lord” (Genesis 49:18)].

Les Égyptiens étaient infectés et d’idolâtrie et de magie, le peuple de Dieu même était entraîné par leur exemple. Mais cependant Moïse et d’autres voyaient celui qu’ils ne voyaient pas, et l’adoraient en regardant aux dons éternels qu’il leur préparait.

Les Grecs et les Latins ensuite ont fait régner les fausses déités, les poètes ont fait cent diverses théologies, les philosophes se sont séparés en mille sectes différentes. Et cependant, il y avait toujours au cœur de la Judée des hommes choisis qui prédisaient la venue de ce Messie qui n’était connu que d’eux. Il est venu enfin en la consommation des temps, et depuis on a vu naître tant de schismes et d’hérésies, tant renverser d’États, tant de changements en toutes choses, et cette Église qui adore celui qui a toujours été adoré a subsisté sans interruption, et ce qui est admirable, incomparable et tout à fait divin, c’est que cette religion qui a toujours duré a toujours été combattue. Mille fois elle a été à la veille d’une destruction universelle, et toutes les fois qu’elle a été en cet état Dieu l’a relevée par des coups extraordinaires de sa puissance. Et ce qui est étonnant est qu’elle s’est maintenue sans fléchir et plier sous la volonté des tyrans, car il n’est pas étrange qu’un État subsiste lorsque l’on fait quelquefois céder ses lois à la nécessité. Mais que … Voyez le rond dans Montaigne.


314–282–616

Perpétuité.

Le Messie a toujours été cru. La tradition d’Adam était encore nouvelle en Noé et en Moïse. Les prophètes l’ont prédit depuis en prédisant toujours d’autres choses dont les événements qui arrivaient de temps en temps à la vue des hommes marquaient la vérité de leur mission, et par conséquent celle de leurs promesses touchant le Messie. Jésus-Christ a fait des miracles et les apôtres aussi, qui ont converti tous les païens, et par là toutes les prophéties étant accomplies le Messie est prouvé pour jamais.


315–283–655 Les six âges, les six pères des six âges, les six merveilles à l’entrée des six âges, les six orients à l’entrée des six âges.


316–284–605 La seule religion

  • contre la nature,

  • contre le sens commun,

  • contre nos plaisirs

est la seule qui ait toujours été.


317–285–867 Si l’ancienne Église était dans l’erreur l’Église est tombée. Quand elle y serait aujourd’hui ce n’est pas de même car elle a toujours la maxime supérieure de la tradition de la créance de l’ancienne Église. Et ainsi cette soumission et cette conformité à l’ancienne Église prévaut et corrige tout. Mais l’ancienne Église ne supposait pas l’Église future et ne la regardait pas, comme nous supposons et regardons l’ancienne.

Why is the first sentence not, Si l’ancienne Église avait été dans l’erreur l’Église serait tombée?


318–286–609

Deux sortes d’hommes en chaque religion.

Parmi les païens,

  • des adorateurs de bêtes et

  • les autres adorateurs d’un seul dieu dans la religion naturelle.

Parmi les Juifs,

  • les charnels et

  • les spirituels qui étaient les chrétiens de la loi ancienne.

Parmi les chrétiens, les grossiers qui sont les Juifs de la loi nouvelle.

Les Juifs charnels attendaient un Messie charnel et les chrétiens grossiers croient que le Messie les a dispensés d’aimer Dieu. Les vrais Juifs et les vrais chrétiens adorent un Messie qui leur fait aimer Dieu.

Were the true Jews all in the past?

Expecting to be loved is an error of abusive spouses and parents and of dictators. But the next fragment may supply some illumination.


319–287–607 Qui jugera de la religion des Juifs par les grossiers la connaîtra mal. Elle est visible dans les saints livres et dans la tradition des prophètes, qui ont assez fait entendre qu’ils n’entendaient pas la loi à la lettre. Ainsi notre religion est divine dans l’Évangile, les apôtres et la tradition, mais elle est ridicule dans ceux qui la traitent mal.

Le Messie selon les Juifs charnels doit être un grand prince temporel. Jésus-Christ selon les chrétiens charnels est venu nous dispenser d’aimer Dieu, et nous donner des sacrements qui opèrent tout sans nous. Ni l’un ni l’autre n’est la religion chrétienne, ni juive.

Les vrais Juifs et les vrais chrétiens ont toujours attendu un Messie qui les ferait aimer Dieu et par cet amour triompher de leurs ennemis.

The sacraments are not a Get Out of Jail Free card.


320–288–689 Moïse, Deut. 30. promet que Dieu circoncira leur cœur pour les rendre capables de l’aimer.

Deuteronomy 30:

4 If any of thine be driven out unto the outmost parts of heaven, from thence will the Lord thy God gather thee, and from thence will he fetch thee:

5 And the Lord thy God will bring thee into the land which thy fathers possessed, and thou shalt possess it; and he will do thee good, and multiply thee above thy fathers.

6 And the Lord thy God will circumcise thine heart, and the heart of thy seed, to love the Lord thy God with all thine heart, and with all thy soul, that thou mayest live.


321–289–608 Les Juifs charnels tiennent le milieu entre les chrétiens et les païens. Les païens ne connaissent point Dieu et n’aiment que la terre, les Juifs connaissent le vrai Dieu et n’aiment que la terre, les chrétiens connaissent le vrai Dieu et n’aiment point la terre. Les Juifs et les païens aiment les mêmes biens. Les Juifs et les chrétiens connaissent le même Dieu.

Les Juifs étaient de deux sortes :

  • les uns n’avaient que les affections païennes,

  • les autres avaient les affections chrétiennes.

Aimable.

XXII. PREUVES DE MOISE

322–290–626

Autre rond.

La longueur de la vie des patriarches, au lieu de faire que les histoires des choses passées se perdissent, servait au contraire à les conserver. Car ce qui fait que l’on n’est pas quelquefois assez instruit dans l’histoire de ses ancêtres c’est que l’on n’a jamais guère vécu avec eux, et qu’ils sont morts souvent devant que l’on eût atteint l’âge de raison. Or, lorsque les hommes vivaient si longtemps, les enfants vivaient longtemps avec leurs pères. Ils les entretenaient longtemps. Or de quoi les eussent‑ils entretenus, sinon de l’histoire de leurs ancêtres, puis-

  • -que toute l’histoire était réduite à celle‑là,

  • qu’ils n’avaient point d’études, ni de sciences, ni d’arts, qui occupent une grande partie des discours de la vie ?

Aussi l’on voit qu’en ce temps les peuples avaient un soin particulier de conserver leurs généalogies.


323–291–587 Cette religion si grande en miracles – saints purs, irréprochables, savants et grands témoins, martyrs, rois – David – établis, Isaïe prince du sang –, si grande en science, après avoir étalé tous ses miracles et toute sa sagesse, elle réprouve tout cela et dit qu’elle n’a ni sagesse ni signe, mais la Croix et la folie.

Car ceux qui par ces signes et cette sagesse ont mérité votre créance et qui vous ont prouvé leur caractère vous déclarent que rien de tout cela ne peut nous changer et nous rendre capables de connaître et aimer Dieu que la vertu de la folie de la Croix, sans sagesse ni signe, et point non les signes sans cette vertu. Ainsi notre religion est

  • folle en regardant à la cause efficace, et

  • sage en regardant à la sagesse qui y prépare.


324–292–624

Preu[ves] de Moïse.

Pourquoi Moïse va-t-il faire la vie des hommes si longue et si peu de générations ?

Car ce n’est pas la longueur des années mais la multitude des générations qui rendent les choses obscures.

Car la vérité ne s’altère que par le changement des hommes.

Et cependant il met deux choses les plus mémorables qui se soient jamais imaginées, savoir la création et le déluge si proches qu’on y touche.

——-

___–293–204 bis Si on doit donner huit jours on doit donner toute la vie.


325–294–703 Tandis que les prophètes ont été pour maintenir la loi le peuple a été négligent. Mais depuis qu’il n’y a plus eu de prophètes le zèle a succédé.


326–295–629 Josèphe cache la honte de sa nation.

Moïse ne cache pas sa honte propre ni …

——-

Quis mihi det ut omnes prophetent ?

Il était las du peuple.


327–296–625 Sem, qui a vu Lamech, qui a vu Adam, a vu aussi Jacob qui a vu ceux qui ont vu Moïse. Donc le Déluge et la Création sont vrais. Cela conclut entre de certaines gens qui l’entendent bien.

A written tradition is not enough, but needs confirmation by an oral tradition.


328–297–702 Zèle du peuple juif pour sa loi et principalement depuis qu’il n’y a plus eu de prophètes.

One Trackback

  1. By Pascal, Pensées, S 329–414 « Polytropy on March 12, 2021 at 6:47 pm

    […] « Pascal, Pensées, S 254–328 […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: