Pascal, Pensées, S 791–813

Index for this series

The text of our final reading of Pascal’s Pensées is below in black. The fragments are Sellier 791–813, labelled below by the enumerations of

Sellier–Le Guern–Lafuma–Brunschwicg.

The last fragment, discovered in 1952, is thus not in Lafuma or Brunschvicg. The rest are Lafuma 956–67, 969, 971–2, 983, 985–91, 993.

Connections

This section is based on an email that I sent to the discussion group. For our final discussion, one participant has proposed looking back also at fragments in our third reading:

  • S 230 / L 199 / B 72: “The Disproportion of Man”

  • S 231 / L 200 / B 347: “Man is but a reed, the most feeble thing in nature; but he is a thinking reed …”

These are a reason why I wanted to join this group in the first place. I propose to include the continuation,

  • S 232 / L 200 / B 347 “All our dignity consists then in thought. That’s how we must elevate ourselves, and not by space and time, which we could never fill. Let us then try to think well: this is the principle of morality.”

Other suggestions may be forthcoming; meanwhile, I propose also to look at some fragments in the last (in the sense of previous) and last (in the sense of final) reading, and in Matthew and the Quran, that may illuminate, or be illuminated by, S 230–2.

I shall also note some fragments from the present reading that may clarify the previous reading. In all then, I’m going to say something about the following (to suggest connections, not to try to say exactly what they are):

  • S 756 / L 927
  • S 757 / L 930
  • S 770 / L 981
  • S 770 / L 982
  • S 771 / L 974
  • S 785
  • S 793 / L 958
  • S 803 / L 972
  • S 804 / L 983
  • S 807 / L 987
  • S 808 / L 988

Regarding S 231–2, the translation of the Quran by Muhammad Asad (born Leopold Weiss) has the dedication, “For people who think.” This could be, “For people who use their reason,” as in Asad’s own translation of one ayah, 2:164:

Verily, in the creation of the heavens and of the earth, and the succession of night and day: and in the ships that speed through the sea with what is useful to man: and in the waters which God sends down from the sky, giving life thereby to the earth after it had been lifeless, and causing all manner of living creatures to multiply thereon: and in the change of the winds, and the clouds that run their appointed courses between sky and earth: [in all this] there are messages indeed for people who use their reason.

Pascal says that last thing, in a sense, as for example in our last reading,

  • S 785 (no Lafuma or Brunschvicg number, since the fragment was discovered in 1962):

    Dieu est caché. Mais il se laisse trouver à ceux qui le cherchent.

    Il y a toujours eu des marques visibles de lui dans tous les temps. Les nôtres sont les prophéties. Les autres temps en ont eu d’autres.

    Toutes ces preuves s’entretiennent toutes. Si l’une est vraie, l’autre l’est. Ainsi chaque temps, ayant eu celles qui lui étaient propres, a connu par celles‑là les autres.

    God is hidden. But he allows himself to be found by those who seek him.

    There have always been visible marks of him, at all times. Ours are the prophecies. Other times have had others.

    All of these proofs support one another. If one is true, so is the other. Thus every time, having its own, has known through them the others.

The theme of the interconnectedness of things is in “The Disproportion of Man” (S 230):

Mais les parties du monde ont toutes un tel rapport et un tel enchaînement l’une avec l’autre que je crois impossible de connaître l’une sans l’autre et sans le tout.

But the parts of the world all have such a relation and connection with one another that I think it impossible to know one without another and the whole.

The same theme was in the last reading also in:

  • S 756 / L 927:

    Le moindre mouvement importe à toute la nature : la mer entière change pour une pierre. Ainsi dans la grâce la moindre action importe pour ses suites à tout, donc tout est important.

    The least movement affects all of nature: the whole sea changes for a stone. Thus in grace the least action affects everything by its consequences; therefore everything is important.

    En chaque action il faut regarder outre l’action, à notre état présent, passé, futur et des autres à quoi elle importe. Et voir les liaisons de toutes ces choses et lors on sera bien retenu.

    In each act, we must look beyond the act, to the present, past, and future state of ourselves and others whom it affects; and see the connections among all these things; and then we shall be quite circumspect.

Also from “The Disproportion of Man,” the central question:

Car enfin qu’est‑ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout, infiniment éloigné de comprendre les extrêmes. La fin des choses et leurs principes sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable, également incapable de voir le néant d’où il est tiré et l’infini où il est englouti.

What is man in nature, in the end? A zero to the infinite, an all to the nothing, a mean between nothing and everything, infinitely far from comprehending the extremes. The end of things, and their principles, are invincibly hidden from him in an impenetrable secret, [he being] equally incapable of seeing the nothing from which he is drawn and the infinite in which he is engulfed.

The theme of first and last, beginning and end, initial and final, principle and aim, is in the last reading,

  • S 771 / L 974:

    La vérité est donc la première règle et la dernière fin des choses.

    Truth is therefore the first rule and last end of things.

– And also in the current reading:

  • S 808 / L 988:

    Mais il est impossible que Dieu soit jamais la fin, s’il n’est le principe.

    But it is impossible for God ever to be the end, if he is not the principle.

Back again to “The Disproportion of Man”:

Ce milieu qui nous est échu en partage étant toujours distant des extrêmes, qu’importe qu’un autre ait un peu plus d’intelligence des choses?

This milieu that is our lot being ever far from the extremes, what does it matter if somebody should have a little more knowledge of things?

I have noted that Pascal seems to quote from everywhere in the Hebrew and Greek scriptures; from Old Testament, Apocrypha, and New Testament; but not from the Gospels on the practical teachings of Jesus. However, Pascal’s question just above could be answered by the Parable of the Talents, Matthew 25:14–30, according to which, from his infinite wealth, the master leaves us with a little bit, expecting us to use it to get a bit more. What I’m calling “bits” are talents: in Greek, sums of money, or gold. The English language has understood such talents to be “figures,” as Pascal might say, for personal abilities.

On the statement in “The Disproportion of Man,”

Et ce qui achève notre impuissance à connaître les choses est

  • qu’elles sont simples en elles‑mêmes et
  • que nous sommes composés de deux natures opposées et de divers genres, d’âme et de corps.

And what completes our inability to know things is that

  • they are simple in themselves, and
  • we are composed of two opposed natures, different in kind, soul and body

– compare in the present reading,

  • S 794 / L 959:

    L’union de deux choses sans changement, ne fait point qu’on puisse dire que l’une devient l’autre.

    Ainsi l’âme étant unie au corps,

    Le feu au bois sans changement.

    The union of two things unchanged does not allow us to say that the one becomes the other, as when the soul is united with the body, or the fire with the wood.

Back again to “The Disproportion of Man”:

Bornés en tout genre, cet état qui tient le milieu entre deux extrêmes se trouve en toutes nos puissances. Nos sens n’aperçoivent rien d’extrême … Trop de jeunesse et trop de vieillesse empêche l’esprit ; trop et trop peu d’instruction.

Limited in every way, this state which holds the mean between two extremes is found in all our powers. Our senses perceive no extreme … Too much youth and age hinder the mind, [as do] too much and too little education.

This can explain Pascal’s objection to casuistry, if it derives from one circumstance a moral principle that it applies to another circumstance that is just too different. Thus for example in the last reading:

  • S 770 / L 981:

    Autrefois il était difficile d’éviter les péchés, et difficile de les expier. Maintenant, il est facile de les éviter par mille tours et facile de les expier.

    It used to be hard to avoid sins and to expiate them; now it is easy.

In the current reading, S 793 / L 958, we are told that Antonino Diana makes it too hard to commit a mortal sin.

Why does that bother Pascal? Another fragment from the next reading seems relevant,

  • S 804 / L 983, quoting Pascal’s friend Artus Gouffier de Roannez:

    Les raisons me viennent après, mais d’abord la chose m’agrée ou me choque, sans en savoir la raison.

    Reasons come to me afterwards, but at first a thing pleases or shocks me without my knowing the reason.

Uniformity and diversity were in S 770 / L 982 and are now in S 807 / L 987. I’d be glad to know if somebody has insight on this, because I have no idea.

We asked about prayer in S 757 / L 930. Brunschvicg numbered that fragment as 513 and followed it with what is now S 803 / L 972, “Those who are poor in grace,” in our current reading. Does this answer any questions?

That new fragment is one case where Pascal does appeal to a practical lesson of Jesus, Matthew 7:

7 Ask, and it shall be given you; seek, and ye shall find; knock, and it shall be opened unto you:
8 For every one that asketh receiveth; and he that seeketh findeth; and to him that knocketh it shall be opened.

I note however that the original fragment B 514 is relegated to a footnote in the edition of the Trotter translation at Project Gutenberg. The footnote includes some interesting comments:

It is doubtful, however that this fragment should be included in the Pensées, and it has seemed best to separate it from the text. It has only once before appeared – in the edition of Michaut (1896). The first half of it has been freely translated in order to give an interpretation in accordance with a suggestion from M. Emile Boutroux, the eminent authority on Pascal. The meaning seems to be this. In one sense it is in our power to ask from God, who promises to give us what we ask. But, in another sense, it is not in our power to ask; for it is not in our power to obtain the grace which is necessary in asking. We know that salvation is not in our power. Therefore some condition of salvation is not in our power. Now the conditions of salvation are two: (1) The asking for it, and (2) the obtaining it. But God promises to give us what we ask. Hence the obtaining is in our power. Therefore the condition which is not in our power must be the first, namely, the asking. Prayer presupposes a grace which it is not within our power to obtain.

After giving the utmost consideration to the second half of this obscure fragment, and seeking assistance from some eminent scholars, the translator has been compelled to give a strictly literal translation of it, without attempting to make sense.

Thus Trotter on translating Pascal! (I’ve used him as a base for some of the translations above, since I can’t cut and paste from Ariew, and anyway he has been removed from the issuu site as our seminar leader said he might be.)

Contents

The “Fragments not in the Copies” seem mostly to be notes for the Provincial Letters; but I try to note some interesting points.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

791–740–956–925

Examiner le motif de la censure par les phénomènes. Faire une hypothèse qui convienne à tous.

——-

L’habit fait la doctrine.

——-

Vous confessez tant de gens qui ne se confessent qu’une fois l’an.

——-

Bon.

——-

Quand on est si méchant qu’on n’en a plus aucun remords on ne pèche donc plus.

——-

Vous persécutez donc M. Arnauld sans remords.

——-

Je me défie de cette doctrine, car elle m’est trop douce, vu la concupiscence malignité qu’on dit qui est en moi.

——-

Que ne choisissez vous quelque grosse hérésie.

——-

La gageure.

——-

Je croyais bien qu’on fut damné pour n’avoir pas eu de bonnes pensées, mais pour croire que personne n’en a cela m’est nouveau.

——-

À quoi sert cela pour consoler les justes et sauver le désespoir ? non, car personne ne peut être en état de se croire juste.

——-

Ceux qui croient bien faire en péchant.

——-

En l’an 1647, la grâce à tous ; en 1650, elle fut plus rare, etc.

——-

Grâce de M. Cornet, de M.

——-

Si peu qu’elle incommode ils les changent en font d’autres (grâces), car ils en disposent comme de leur ouvrage.

——-

À chaque occasion, chaque grâce ; à chaque personne, grâce pour les grands, grâce pour les coquins.

——-

Enfin M. Chamillard en est si proche que, s’il y a des degrés pour descendre dans le néant, (cette grâce suffisante) est maintenant au plus proche.

——-

Plaisant d’être hérétique pour cela.

——-

Il n’y a personne qui n’y fût surpris, car on ne l’a jamais vue dans l’Écriture ni dans les Pères, etc.

——-

Combien y a‑t‑il, que c’est mon Père, que c’est un article de foi ? Ce n’est tout au plus que depuis les mots de pouvoir prochain. Et je crois qu’en naissant il a fait cette hérésie et qu’il n’est né que pour ce seul dessein.

——-

La censure défend seulement de parler ainsi de saint Pierre, et rien de plus.

Je leur ai bien de l’obligation.

——-

Ce sont d’habiles gens. Ils ont craint que les lettres qu’on écrit aux provinciaux.

——-

Ce n’était pas la peine pour un mot.

——-

Naïveté puérile.

——-

Loué sans être connu.

——-

 Méchants créanciers.

——-

Je pense qu’ils sont sorciers.

——-

Luther : tout hormis le vrai.

——-

Membre hérétique.

——-

Unam sanctam.

——-

Les Enluminures nous ont fait tort.

——-

——-

Une proposition est bonne dans un auteur, et méchante dans un autre.

Oui, mais il y a donc d’autres mauvaises propositions.

——-

Il y a des gens qui défèrent à la censure, d’autres aux raisons, et tous aux raisons. Je m’étonne que vous n’ayez donc pris la voie générale au lieu de la particulière, ou du moins que vous ne l’y ayez jointe.

——-

Enlu

——-

Je croyais qu’il y avait une opinion contre une opinion.

——-

Je me défie de leur union vu leurs contradictions particulières.

J’attendrai qu’ils s’accordent avant que de prendre parti. Pour un ami j’aurais trop d’ennemis. Je ne suis pas assez savant pour leur répondre.

——-

M. Chamillard serait hérétique, ce qui est une fausseté manifeste car il a écrit pour M. Arnauld.

——-

——-

S’il n’y avait point eu dans l’Église des occasions pareilles, mais j’en crois mon curé.

——-

Luther : tout hors le vrai.

——-

Un seul dit vrai.

——-

Pluralité de grâces.

Traducteurs jansénistes.

——-

Saint Augustin en a le plus à cause des divisions de ses ennemis. Outre une chose qu’on peut considérer qui est une tradition sans interruption de 12 000 ans papes, conciles, etc.

——-

Il faut donc que M. Arnauld ait bien des mauvais sentiments pour infecter ceux qu’il embrasse.

——-

La censure leur fait ce bien que, quand on les censurera, ils la combattront en disant qu’ils imitent les jansénistes.

——-

Que je suis soulagé ! Nul Français bon catholique.

——-

Les litanies. Clément VIII. Paul V. Censure. Dieu nous protège visiblement.

——-

L’homme est bien insensé.

Il ne peut faire un ciron.

——-

Au lieu de dieux, la grâce pour y aller.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires à la XVIIe Provinciale.

792–741–957–929

 

Et on se dispose à chasser de l’Église ceux qui refusent cet aveu.

Tout le monde déclare qu’elles le sont. Le M. Arnauld, et ses amis, proteste qu’il les condamne en elles-mêmes, et en quelque lieu où elles se trouvent, que si elles sont dans Jansénius il les y condamne.

que si le sens condamné de ces propositions est dans Jansénius,

Encore

Qu’encore même qu’elles n’y soient pas, si le sens hérétique de ces propositions que le pape a condamné se trouve dans Jansénius, qu’il condamne Jansénius.

Et après qu’on proteste

On ne se satisfait pas Mais vous n’êtes pas satisfaits de ces protestations et. Vous voulez qu’il signe déclare assure que ces propositions sont mot à mot dans Jansénius. Et mais il ne sait pas si que cela soit véritable Il a répondu qu’il ne sait peut l’assurer, ne sachant pas si cela est, qu’il les y a cherchées et lui et une infinité d’autres sans jamais les y trouver. Ils vous a ont priés, vous et tous les vôtres, de les montrer de citer en quelles pages elles sont et. Jamais personne ne l’a fait. Et vous voulez excommunier et vous de sorte que Et vous voulez néanmoins le retrancher de l’Église sur ce refus, quoiqu’il condamne tout ce qu’elle condamne, pour cette seule raison qu’il ne signe n’assure pas que des paroles sont ou un sens est dans un livre où il ne les a l’a jamais trouvé, et où personne ne les le lui veut montrer. En vérité, mon Père, ce procédé prétexte est si vain qu’il n’y eut peut‑être jamais dans l’Église de procédé plus violent si étrange, si injuste et si tyrannique.

L’Eglise peut bien obliger.

Clement VIII.

Si quis dixerit.

qu’à un hérétique.

Il ne faut pas être théologien pour voir que leur hérésie ne consiste qu’en l’opposition qu’ils vous font. Je l’éprouve en moi‑même, et on en voit l’épreuve générale en tous ceux qui vous ont attaqués.

Les curés de Rouen, jansénistes.

Vœu de Caen.

Vous croyez vos desseins si honnêtes que vous en faites matière de vœu.

Il y a deux ans que leur hérésie était la bulle. L’année passée, c’était intérieur. Il y a six mois que c’était totidem. À présent, c’est le sens.

——-

Ne vois‑je pas bien que vous ne voulez que les rendre hérétiques ? Saint Sacrement.

——-

Je vous ai querellés en parlant pour les autres.

——-

Vous êtes bien ridicules de tant faire de bruit pour les propositions. Ce n’est rien, il faut qu’on l’entende.

——-

Les docteurs en Sorbonne Sans nom d’auteurs, mais comme on savait votre dessein, 70 s’opposèrent. Dater l’arrêt.

——-

Afin que celui que vous n’aviez pu rendre hérétique sur ses propres paroles, etc.

——-

Qui m’en veut de montrer que tout cela est de vos auteurs jusqu’aux plus horribles ?

——-

Car tout se sait.

——-

N’avez-vous que cela à répondre, et que cette manière de le prouver ?

——-

Ou il sait que oui ou que non, ou il doute, ou pécheur, ou hérétique.

——-

Préface.

Villeloin.

 

Jansénius,

Aurelius,

Arnauld,

Provinciales.

——-

Un corps de réprouvés.

——-

On ouvrirait tous les troncs de saint Merry, sans que vous en fussiez moins innocents.

——-

Et

——-

Après Pelage.

——-

Aussi cela n’est pas étrange. Faux droit. Baronius.

——-

Pour moi, j’aimerais mieux être imposteur que, etc.

——-

Quelle raison en avez‑vous ? Vous dites que je suis janséniste, que le P[ort-]R[oyal] soutient les cinq p[ropositions] et qu’ainsi je les soutiens : trois mensonges.

——-

En ne considérant que les païens.

——-

Cette même lumière qui découvre les vérités surnaturelles les découvre sans erreur et, au lieu que la lumière qui, etc.

——-

Comment le sens de Jansénius serait‑il dans des propositions puisque qui ne sont pas de lui ?

——-

Et je vous prie de ne venir pas me dire que ce n’est pas vous mais les évêques qui faites agir tout cela. Epargnez‑moi la réponse.

Je vous répondrais des choses qui ne plairaient ni à vous ni à d’autres.

——-

Ou cela est dans Jansénius ou non. Si cela y est, le voilà condamné en cela, sinon pourquoi le voulez-vous faire condamner ?

Que l’on condamne seulement une de vos propositions du Père Bauny Escobar, j’irai porter d’une main Escobar, de l’autre la censure, je montrerai la et j’en ferai un argument en forme.

——-

Le pape n’a pas condamné deux choses. Il n’a condamné que le sens des propositions.

Direz‑vous qu’il ne l’a pas condamné ? Mais le sens de Jansénius y est enfermé, dit le pape ? Je vois bien que le pape l’a pensé à cause de vos totidem, mais il ne l’a pas dit sur peine d’hérésie d’excommunication.

Comment ne l’eût‑il pas cru et les évêques de France aussi ? Vous leur disiez totidem et ils ne savaient pas que vous êtes en pouvoir de le dire, encore que cela ne fût pas.

Imposteurs ! On n’avait pas vu ma quinzième Lettre.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

793–742–958–928

Diana. 11.

Cela nous est fort utile.

C’est à quoi fait Diana.

11. Il est permis de ne point donner les bénéfices qui n’ont pas charge d’âmes aux plus dignesQuoi que le concile de Trente ait dit semble dire le contraire, car si mais voici comme il le prouve : car si cela était tous les prélats seraient damnés en état de damnation, car ils en usent tous de la sorte.

11. Le roi et le pape ne sont ils point obligés de choisir les plus dignes. Si cela était, le pape et les rois auraient une terrible charge.

21. Et ailleurs : si cette opinion n’était pas vraie, les pénitents et les confesseurs auraient bien des affaires, et c’est pourquoi j’estime qu’il faut la suivre dans la pratique.

Et ailleurs

21. Si cette opinion était vraie touchant la restitution, ô qu’il y aurait de restitutions à faire !

22. Et en un autre endroit où il met les conditions nécessaires pour faire qu’un péché soit mortel, il y met tant de circonstances qu’à peine pèche‑t‑on mortellement, et, qu après l’avoir établi, il s’écrie : ô que le joug du seigneur est doux et léger, et

11. Et ailleurs en parlant de l’aumône l’obligation de donner l’aumône : l’on n’est pas obligé de donner l’aumône de son superflu dans les communes nécessités des pauvres. Si le contraire était vrai, il faudrait condamner la plupart des riches et de leurs confesseurs.

Ces raisons‑là m’impatientaient, lorsque je dis au Père : Mais qui empêche de dire qu’ils le sont ?

C’est ce qu’il a prévu aussi en ce lieu, me dit-il me répondit‑il, où après avoir dit : 22. Si cela était vrai, les plus grands riches seraient damnés, il ajoute : à cela Arragonius répond qu’ils le sont aussi, et Baunez, jésuite ajoute, de plus, que leurs confesseurs le sont de même. Vous voyez par là que les jésuites ne mais je réponds avec Valentia, autre jésuite, et d’autres auteurs qu’il y a plusieurs raisons pour excuser ces riches et leurs confesseurs.

J’étais ravi de ce raisonnement, quand il me finit par celui‑ci :

Si cette opinion était vraie pour la restitution, ô qu’il y aurait des restitutions à faire !

Ô mon Père, lui dis‑je, la bonne raison ! Ô me dit le Père, que voilà un homme commode ! Ô mon Père répondis‑je, sans vos casuistes, qu’il y aurait de monde damné ! Ô, répliqua-t-il, qu’on a tort de ne nous pas laisser en parler ! Ô mon Père, que vous rendez large la voie qui mène au ciel ! Ô qu’il y a de gens qui la trouvent ! Voilà un …

The idea was in the last reading, 770–735–981–918:

Autrefois il était difficile d’éviter les péchés, et difficile de les expier. Maintenant, il est facile de les éviter par mille tours et facile de les expier.

Fragment hors Copies

794–743–959–512

Elle est toute le corps de Jésus-Christ en son patois, mais il ne peut dire qu’elle est tout le corps de Jésus-Christ.

——-

L’union de deux choses sans changement, ne fait point qu’on puisse dire que l’une devient l’autre.

Ainsi l’âme étant unie au corps,

Le feu au bois sans changement.

Mais il faut changement qui fasse que la forme de l’une devienne la forme de l’autre.

Ainsi l’union du Verbe à l’humanité.

——-

Parce que mon corps sans mon âme ne ferait pas un le corps d’un homme. Donc mon âme unie à quelque matière que ce soit fera mon corps.

Il ne distingue la condition nécessaire d’avec la condition suffisante. L’union est nécessaire, mais non suffisante.

Le bras gauche n’est pas le droit.

——-

L’impénétrabilité est une propriété des corps.

——-

Identique Identité de numero de, au regard du même temps exige l’identité de la matière.

——-

Ainsi, si Dieu unissait mon âme à un corps à la Chine, le même corps idem numero serait à la Chine.

——-

La même rivière qui coule là est idem numero que celle qui court en même temps à la Chine.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires à la Préface au Traité du vide

795–744–960–75

Part. I. L. 2. C. I. S. 4.

Conjecture : il ne sera pas difficile de faire descendre encore d’un degré et de la faire paraître ridicule.


Car pour l’examiner en elle même

Car Qu’y a‑t‑il de plus absurde que de dire que des corps inanimés ont des passions, des craintes, des horreurs, des désirs ? Que des corps inanimés insensibles, morts, et qui plus sans vie, et même incapables de vie, aient des passions qui présupposent une âme au moins sensitive pour les recevoir ? De plus, pourquoi est-ce qu’ils ont de l’ que[l] est l’objet de leur, assigne-t-on de cette de cette horreur on dit que c’est que fût le vide ? Qu’il y a qu’y a‑t‑il dans le vide qui leur puisse faire peur ? Il n’y a rien du tout, un espace. Ils ont donc peur de rien Qu’y a‑t-il de plus bas et de plus ridicule ? Ce

Ce n’est pas tout, leur horreur serait sans effet s’ils n’avaient des forces pour l’exécuter, aussi on leur en assigne et de très puissantes. On dit que non seulement ils ont peur du vide, mais qu’ils ont faculté de l’éviter se mouvoir pour l’éviter [On prétend] qu’ils aient en eux-mêmes un principe de mouvement pour éviter le vide.

Ont‑ils des bras, des jambes, des muscles, des nerfs ?

Recall from the first reading, 78–44–82, Imagination:

« Parce, dit‑on, que vous avez cru dès l’enfance qu’un coffre était vide lorsque vous n’y voyiez rien, vous avez cru le vide possible. C’est une illusion de vos sens, fortifiée par la coutume, qu’il faut que la science corrige. » – Et les autres disent « Parce qu’on vous a dit dans l’École qu’il n’y a point de vide, on a corrompu votre sens commun, qui le comprenait si nettement avant cette mauvaise impression, qu’il faut corriger en recourant à votre première nature. » – Qui a donc trompé : les sens ou l’instruction ?

(795)–(744)–961–636

Si ne marque pas l’indifférence.

Malachie.

Isaïe.

Isaïe. Si volueritis, etc.

In quacumque die.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

796–745–962–362

——-

Je n’ai point tout dit, vous le verrez bien.

——-

Vous me menacez.

Je ne suis point hérétique, je n’ai point soutenu les cinq propositions. Vous le dites, et ne le prouvez pas. Je dis que vous avez dit cela, et je le prouve.

 

Ex senatusconsultis et plebiscitis.

Demander des passages pareils.

——-

Direz-vous, Elidere, que je suis un imposteur ? Je vous dis que vous êtes des imposteurs, en voulez-vous des preuves ? je vous le prouve par les passages. Et de plus que vous le pratiquez Et que vous le pratiquez ne le cachez pas insolemment : d’Alby, Brisacier, Meynier ; et que vous l’autorisez : Elidere.

 

Puisque vous n’avez touché que cela, c’est approuver tout le reste.


Quand vous le Quand vous croyiez M. Puys ennemi de la Société, il était indigne pasteur de son église, ignorant, hérétique, de mauvaise foi et mœurs et. Depuis, il est digne pasteur, de bonne foi et mœurs.


Je suis bien aise que vous publiez la même chose que moi.

Et la St Paul Ex contentione. Saint Paul.

Parum est.

Calomnier, haec est magna caecitas de cordis.

N’en ne pas voir le mal, haec est major caecitas cordis.

Le défendre haec au lieu de s’en confesser comme d’un péché, tunc homines concludit profonditas iniquitatis, etc. 230. Prosper.

Elidere. Caramuel.

——-

Les grands seigneurs se divisent dans les guerres civiles.

Et ainsi vous dans la guerre civile des hommes.

——-

Je veux vous le dire à vous-mêmes afin que cela ait plus de force.

——-

Ceux qui examinent les livres, je suis sûr de leur approbation. Mais ceux qui ne lisent que les titres, et ceux-là sont le plus grand nombre, ceux-là pourraient croire sur votre parole. Il faut  …  que des religieux fussent imposteurs. On a déjà désabusé les nôtres par la force des citations. Il faut désabuser les autres par elidere.

Me causam fecit.

——-

Ce n’est pas que je ne vois combien vous êtes embarrassés, car si vous vouliez vous dédire cela serait fait, mais, etc.

In the bull called “Cum Occasione,” Pope Innocent X stated the five propositions:

  1. Some commands of God are impossible to just men, though willing and endeavouring (to fulfil them), according to the strength they possess at present; the grace also is deficient, by which they may become possible.

  2. Inward grace in the state of fallen nature is never resisted.

  3. To merit and to demerit in a state of fallen nature, freedom from necessity is not required in man, but freedom from compulsion is sufficient.

  4. The Semipelagians admitted the necessity of preventing inward grace for single acts, even for the beginning of faith, and in this they were heretics, that they would have it that that grace was such, as human will might resist or comply with.

  5. It is semipelagian to say, that Christ died or shed his blood for all men entirely.

We saw the five propositions mentioned first in the sixth reading, 435–855–834:

Cette maison est de Dieu, car il y fait d’étranges miracles.

Les autres : Cette maison n’est point de Dieu, car on n’y croit pas que les cinq propositions soient dans Jansénius. Lequel est le plus clair ?

Then in the seventh reading, 443–881–850:

Les cinq propositions condamnées, point de miracle. Car la vérité n’était point attaquée, mais la Sorbonne, mais la bulle …

Finally, in the ninth reading, 596–700–880–831, briefly:

Les cinq propositions étaient équivoques, elles ne le sont plus.

(796)–(745)–(962)–921

Les saints subtilisent pour se trouver criminels et accuser leurs meilleures actions, et ceux‑ci subtilisent pour excuser les plus méchantes.

——-

Je n’entends

Ne prétendez pas que ceci se passe en dispute.

On fera imprimer vos ouvrages entiers, et en français : pour les on en fera tout le monde juge.

——-

Un bâtiment également beau par dehors, mais sur un mauvais fondement, les païens sages le bâtissaient, et le diable trompe les hommes par cette ressemblance apparente, fondée sur le fondement le plus différent.

Je prie qu’on me fasse la justice de ne plus les croire sur leur parole.

——-

Jamais homme n’a eu si bonne cause que moi, et jamais d’autres n’ont donné si belle prise que vous.

——-

Les gens du monde ne croient pas être dans les bonnes voies.

——-

Plus ils marquent de faiblesse plus en ma personne, plus ils autorisent ma cause.

——-

Vous dites que je suis hérétique. Cela est‑il permis ? Et si vous ne craignez pas que les hommes ne rendent point de justice, croyez-vous ne craignez‑vous pas que Dieu me la refuse rende ?

——-

Vous sentirez la force de la vérité et vous lui céderez.

——-

Il faudrait obliger le monde à vous croire sur peine de péché mortel. Elidere.

——-

C’est péché de croire témérairement les médisances.

——-

Non credebat temere calumniatori. Saint Augustin.

——-

Fecitque cadendo undique me cadere par la maxime de la médisance.

——-

Il y a quelque chose de surnaturel en un tel aveuglement. Digna necessitas.

——-

Je suis seul contre trente mille ? Point. Gardez, vous la Cour,  Et moi je n’ai que la vous l’imposture, moi la vérité. Et nous verrons qui l’emportera C’est toute ma force. Si je la perds, je suis perdu. Je ne manquerai pas d’accusateurs et de punisseurs. Mais j’ai la vérité, et nous verrons qui l’emportera.

Je ne mérite pas de défendre la religion, mais vous ne méritez pas de défendre l’erreur. Et j’espère que Dieu par sa miséricorde, n’ayant pas égard au mal qui est en moi et ayant égard à au bien qui est en vous, nous fera à tous la grâce que la vérité ne succombera pas entre mes mains et que le mensonge ne…

——-

Mentiris impudentissime.

——-

2530. Extrême péché de le, c’est de le défendre. Elidere.

——-

340, 23. L’heur des méchants.

——-

Doctrina sua noscetur vir.

——-

66. Labor mendacii.

80. Aumône.

      Fausse piété, double péché.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

797–746–963–888

B. Vous ignorez les prophéties, si vous ne savez que tout cela doit arriver : princes, prêtres, prophètes, pape, et même les prêtres ; et néanmoins l’Église doit subsister.

Par la grâce de Dieu, nous n’en sommes pas là. Malheur à ces prêtres ! Mais nous espérons que Dieu nous fera la miséricorde que nous n’en serons point.

I. Saint Pierre,c. 2 : faux prophètes passés, images des futurs.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

798–747–964–902

Il faut bien, dit le feuillant, que cela ne soit pas si certain, car la contestation marque l’incertitude.

Morale Saint Athanase, saint Chrysostome.

La morale. Les infidèles.

——-

Les jésuites n’ont rien pas rendu la vérité incertaine, mais ils ont rendu leur impiété certaine.

La contradiction a toujours été laissée pour aveugler les méchants, mais car tout ce qui choque la vérité ou la charité est mauvais. Voilà le vrai principe.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

799–748–965–940

Il est indifférent au cœur de l’homme de croire trois ou quatre personnes en la Trinité, mais non pas, etc. Et de là vient qu’ils s’échauffent pour soutenir l’un et non pas l’autre.

Il est bon de faire l’un, mais il ne faut pas laisser l’autre. Le même Dieu qui nous a dit, etc.

Et ainsi, qui ne le croit que l’un, et non pas l’autre, ne croit ni l’un ni l’autre ne le croit pas parce que Dieu l’a dit, mais parce que son cœur sa convoitise ne le dénie point et qu’il est bien aise de d’y consentir et d’avoir ainsi sans peine un témoignage de sa conscience qui lui…

Mais c’est un témoignage faux.

(799)–(748)–966–953

et sont bien aise de sentir cette marque de leur foi, le témoignage de leur conscience.


Lettre des établissements violents des jésuites partout.


Aveuglement surnaturel.

——-

Cette morale qui a en tête un Dieu crucifié.

——-

Voilà ceux qu[i] ont fait vœu d’obéir tamquam Christo.

——-

La décadence des jésuites.


Notre religion qui est toute divine.

——-

Un casuiste, miroir.

Si vous le trouvez bon, c’est bon signe.

——-

C’est une chose étrange qu’il n’y a pas moyen de leur donner l’idée de la religion.

——-

Un Dieu crucifié.

——-

En détachant cette affaire punissable du schisme, ils seront punis.

——-

Mais quel la malédiction renversement ! Les enfants les, en l’embrassant, aiment les corrupteurs. Les ennemis les abhorrent.

——-

Nous sommes les témoins.

——-

Pour la foule des casuistes, tant s’en faut

  • que ce soit un sujet d’accusation contre l’Église
  • que c’est au contraire un sujet de gémissement de l’Église.

——-

Et afin que nous ne soyons point suspects.

Comme les Juifs qui portent les Livres, qui ne sont point suspects aux gentils, ils nous portent leurs Constitutions.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

800–749–967–889

De sorte que s’il est vrai, d’une part, que quelques casuistes corrompus, religieux corrompus qui tiennent entre nous le même rang que les prophètes qui ont été figurés par les faux prophètes de la vraie qui étaient parmi les Juifs, ont autorisé ces religieux relâchés et quelques casuistes corrompus, qui ne sont point membres du corps de la nôtre la hiérarchie, et qui ont été figurés par les faux prophètes des Juifs entre les Juifs sont parmi entre nous et qui en sont ont trempé dans ces corruptions impiété corruptions, mais toute la suite les prêtres et ses véritables pasteurs naturels il est constant de l’autre que les véritables pasteurs de l’Église, dont la suite est continuelle et sans interruption depuis Jésus-Christ a été figurée par la suite aussi continuelle des grands prêtres, qui ont précédé le Messie, et qui sont aujourd’hui les véritables dépositaires de la Parole divine, l’ont conservée immuable contre fidèlement contre les efforts de ceux qui l’ont voulu ruiner corrompre ont entrepris de la ruiner.

Et en ainsi les peuples fidèles n’ont aucun prétexte de suivre ces relâchements qui ne leur sont offerts que par des les mains étrangères de ces casuistes, au lieu de la saine doctrine qui leur est présentée par les mains paternelles de ses prélats leurs propres pasteurs. Et les impies et les hérétiques n’ont aucun sujet de donner ces abus pour des marques du défaut de la providence de Dieu sur son Église,

puisque tout le corps de la hiérarchie, en étant exempt, le rejetant, tant s’en faut que tout ce qui se passe aujourd’hui témoigne que l’Église en est infectée, il y a bien plus sujet de conclure qu’elle n’en est point infectée par la résistance que toute la hiérarchie y oppose que de conclure.

puisque l’Église étant proprement dans le corps de la hiérarchie, tant s’en faut

  • qu’on puisse conclure de l’état présent des choses qu’elle soit dans la corruption que Dieu l’ait abandonnée à la corruption,
  • qu’il n’a jamais mieux paru qu’aujourd’hui que Dieu la défend visiblement de la corruption.

qu’on la sollicite si puissamment de recevoir, et qu’elle refuse avec tant de vigueur et de constance que par la résistance universelle qu’elle fait de consentir aux impiétés qu’on la sollicite si fortement de recevoir.

Aussi que Car si ces personnes quelques‑uns de ces hommes dont la qui par une vocation extraordinaire et qui ayant ont pris quittent l’ordre commun et se sont ont fait profession de sortir du monde et de prendre l’habit de religieux, pour vivre dans un état plus parfait que le commun que le commun des hommes chrétiens, et qui sont entre nous sont tombés dans des égarements qui font horreur au commun des hommes chrétiens et tiennent sont aujourd’hui devenus entre nous ce que les faux prophètes étaient entre les Juifs, c’est un malheur particulier et personnel pour eux, qu’il faut à la vérité déplorer, mais dont on ne peut tirer aucune conséquence pour suspendre ou affaiblir les fidèles qui prennent soin de s’instruire de la conduite de Dieu sur son Église puisque contre mais qui ne touche point à s’étend pas à l’Église dont on ne peut rien conclure contre le soin que Dieu prend de son Église, puisque toutes ces choses sont si conformes à l’ordre de la conduite divine et sont si clairement prédites que l’on n’en peut être surpris puisqu’on et quand on en est bien instruit et qu’il a été annoncé depuis si longtemps que Dieu susciterait permettrait des ces sortes de tentations s’élèveraient de la part de ces sortes de personnes, que quand on est bien instruit on voit plutôt en cela que des marques non pas de l’oubli de Dieu, mais plutôt de sa la conduite de Dieu sur son Église à laquelle il a déclaré si longtemps auparavant que ces désordres tentations arrivent s’élèveraient pour éprouver ceux qui lui sont véritablement fidèles de Dieu que de son oubli à notre égard.

Clean version of the last paragraph:

Car si quelques‑uns de ces hommes qui par une vocation extraordinaire ont fait profession de sortir du monde et de prendre l’habit de religieux, pour vivre dans un état plus parfait que le commun des chrétiens, sont tombés dans des égarements qui font horreur au commun des chrétiens et sont devenus entre nous ce que les faux prophètes étaient entre les Juifs, c’est un malheur particulier et personnel, qu’il faut à la vérité déplorer, dont on ne peut rien conclure contre le soin que Dieu prend de son Église, puisque toutes ces choses sont si clairement prédites et qu’il a été annoncé depuis si longtemps que ces tentations s’élèveraient de la part de ces sortes de personnes, que quand on est bien instruit on voit plutôt en cela des marques de la conduite de Dieu que de son oubli à notre égard.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

801–750–969–926

Il faut ouïr les deux parties ; c’est de quoi j’ai eu soin.

Quand on n’a ouï qu’une partie on est toujours de ce côté‑là, mais l’adverse fait changer au lieu qu’ici le jésuite confirme.

——-

Non ce qu’ils font, mais ce qu’ils disent.

——-

Ce n’est que contre moi que l’on crie. Je le veux bien. Je sais à qui en rendre compte.

——-

Jésus-Christ a été pierre de scandale.

——-

Condamnable, condamné.

——-

Politique.

Nous avons trouvé deux obstacles dans le au dessein de soulager les hommes, l’un des lois intérieures de l’Évangile, l’autre des lois extérieures de l’État et de la religion.

Les unes nous en sommes maîtres ; les autres voici comment nous avons fait : Amplianda, restringenda, a majori ad minus.

Junior.

Probable.

Ils raisonnent comme ceux qui montrent qu’il est nuit à midi.

Si d’aussi méchantes raisons que celles‑ci sont probables, tout le sera.

Première raison : Dominus actuum conjugalium. Molina.

Deuxième raison : Non potest compensari. Lessius.

Opposer non des maximes saintes, mais des abominables.

Bauny, brûleur de granges.

Mascarenhas, concile de Trente pour les prêtres en péché mortel, quam primum.

Fragment hors Copies

Notes préparatoires aux Provinciales.

802–751–971–654

Différence entre le dîner et le souper.

——-

En Dieu la parole ne diffère point de l’intention car il est véritable ; ni la parole de l’effet, car il est puissant ; ni les moyens de l’effet, car il est sage. Bernard. In Ultimus sermo in Missus.

——-

Augustin, V, De Civitate Dei, 10. Cette règle est générale : Dieu peut tout, hormis les choses lesquelles s’il les pouvait il ne serait pas tout-puissant, comme mourir, être trompé, etc., mentir, etc.

——-

Plusieurs évangélistes pour la confirmation de la vérité.

Leur dissemblance utile.

——-

Eucharistie après la Cène, vérité après figure.

——-

Ruine de Jérusalem, figure de la ruine du monde.

40 ans après la mort de Jésus.

——-

Jésus ne sait pas comme homme ou comme légat. Matthieu, XXIV, 36.

——-

Jésus condamné par les Juifs et gentils.

——-

Les Juifs et gentils, figurés par les deux fils.

——-

Augustin, XX, De Civitate Dei, 29.

God cannot die, or be ignorant; but Jesus professes ignorance and dies.

Matthew 24:

34 Verily I say unto you, This generation shall not pass, till all these things be fulfilled.
35 Heaven and earth shall pass away, but my words shall not pass away.
36 But of that day and hour knoweth no man, no, not the angels of heaven, but my Father only.
37 But as the days of Noe were, so shall also the coming of the Son of man be.

Fragment ajouté dans le Recueil le 6 septembre 1864

803–753–972–514

Opérez votre salut avec crainte.

——-

Pauvres de la grâce.

Petenti

Petenti dabitur. Donc il est en notre pouvoir de demander ? Au contraire, donc il n’y est pas parce que l’obtention y est, le pouvoir prier n’y est pas. Car puisque le salut n’y est pas et que l’obtention y est, la prière n’y est pas.

——-

Le juste ne devrait donc plus espérer en Dieu, car il ne doit pas espérer, mais s’efforcer d’obtenir ce qu’il demande.

Concluons donc que, puisque l’homme est incapable maintenant d’user de ce pouvoir prochain et que Dieu ne veut pas que ce soit par là qu’il ne s’éloigne pas de lui, ce n’est que par un pouvoir efficace qu’il ne s’éloigne pas.

Donc ceux qui s’éloignent n’ont pas ce pouvoir sans lequel on ne s’éloigne pas de Dieu et ceux qui ne s’éloignent pas ont ce pouvoir efficace.

Donc ceux qui, ayant persévéré quelque temps dans la prière par ce pouvoir efficace, cessent de prier, manquent de ce pouvoir efficace.

Et partant, Dieu quitte le premier en ce sens.

Brunschvicg put this fragment after the one beginning Pourquoi Dieu a établi la prière ? in the previous reading, 757–723–930–513. However, it is relegated the notes in the 1958 Dutton edition of Trotter’s translation (with introduction by T. S. Eliot), which is available from Project Gutenberg, and which uses the Brunschvicg enumeration through 513. The notes say,

In the French edition on which this translation is based there was inserted the following fragment after No. 513:

“Work out your own salvation with fear.”

Proofs of prayer. Petenti dabitur.

Therefore it is in our power to ask. On the other hand, there is God. So it is not in our power, since the obtaining of (the grace) to pray to Him is not in our power. For since salvation is not in us, and the obtaining of such grace is from Him, prayer is not in our power.

The righteous man should then hope no more in God, for he ought not to hope, but to strive to obtain what he wants.

Let us conclude then that, since man is now unrighteous since the first sin, and God is unwilling that he should thereby not be estranged from Him, it is only by a first effect that he is not estranged.

Therefore, those who depart from God have not this first effect without which they are not estranged from God, and those who do not depart from God have this first effect. Therefore, those whom we have seen possessed for some time of grace by this first effect, cease to pray, for want of this first effect.

Then God abandons the first in this sense.

It is doubtful, however that this fragment should be included in the Pensées, and it has seemed best to separate it from the text. It has only once before appeared—in the edition of Michaut (1896). The first half of it has been freely translated in order to give an interpretation in accordance with a suggestion from M. Emile Boutroux, the eminent authority on Pascal. The meaning seems to be this. In one sense it is in our power to ask from God, who promises to give us what we ask. But, in another sense, it is not in our power to ask; for it is not in our power to obtain the grace which is necessary in asking. We know that salvation is not in our power. Therefore some condition of salvation is not in our power. Now the conditions of salvation are two: (1) The asking for it, and (2) the obtaining it. But God promises to give us what we ask. Hence the obtaining is in our power. Therefore the condition which is not in our power must be the first, namely, the asking. Prayer presupposes a grace which it is not within our power to obtain.

After giving the utmost consideration to the second half of this obscure fragment, and seeking assistance from some eminent scholars, the translator has been compelled to give a strictly literal translation of it, without attempting to make sense.

Looking now at the French text, I think the title, “Those poor in grace,” may allude to the first of the beatitudes, whether in Matthew 5:3 (“Blessed are the poor in spirit: for theirs is the kingdom of heaven”) or Luke 6:20 (“Blessed be ye poor: for yours is the kingdom of God”). See the previous reading, 766–731–941–264 (sans la faim des choses spirituelles on s’en ennuie).

Concerning Petenti dabitur: The Vulgate has, for the beginning both of Matthew 7:8 and of Luke 11:10, Omnis enim qui petit, accipit (πᾶς γὰρ ὁ αἰτῶν λαμβάνει). Tertullian has petenti enim dabitur (Aalders, G. J. D., “Tertullian’s Quotations from ST Luke,” Mnemosyne, vol. 5, no. 4, 1937, pp. 241–282, JSTOR, accessed 3 June 2021).

Matthew 7 begins with “Judge not; neither cast ye your pearls before swine; ask, and it shall be given you”:

JUDGE not, that ye be not judged.
2 For with what judgment ye judge, ye shall be judged: and with what measure ye mete, it shall be measured to you again.
3 And why beholdest thou the mote that is in thy brother’s eye, but considerest not the beam that is in thine own eye?
4 Or how wilt thou say to thy brother, Let me pull out the mote out of thine eye; and, behold, a beam is in thine own eye?
5 Thou hypocrite, first cast out the beam out of thine own eye; and then shalt thou see clearly to cast out the mote out of thy brother’s eye.
6 ¶ Give not that which is holy unto the dogs, neither cast ye your pearls before swine, lest they trample them under their feet, and turn again and rend you.
7Ask, and it shall be given you; seek, and ye shall find; knock, and it shall be opened unto you:
8 For every one that asketh receiveth; and he that seeketh findeth; and to him that knocketh it shall be opened.
9 Or what man is there of you, whom if his son ask bread, will he give him a stone?
10 Or if he ask a fish, will he give him a serpent?
11 If ye then, being evil, know how to give good gifts unto your children, how much more shall your Father which is in heaven give good things to them that ask him?
12 Therefore all things whatsoever ye would that men should do to you, do ye even so to them: for this is the law and the prophets.

Luke 11:

AND it came to pass, that, as he was praying in a certain place, when he ceased, one of his disciples said unto him, Lord, teach us to pray, as John also taught his disciples.
2 And he said unto them, When ye pray, say, Our Father which art in heaven, Hallowed be thy name. Thy kingdom come. Thy will be done, as in heaven, so in earth.
3 Give us day by day our daily bread.
4 And forgive us our sins; for we also forgive every one that is indebted to us. And lead us not into temptation; but deliver us from evil.
5 And he said unto them, Which of you shall have a friend, and shall go unto him at midnight, and say unto him, Friend, lend me three loaves;
6 For a friend of mine in his journey is come to me, and I have nothing to set before him?
7 And he from within shall answer and say, Trouble me not: the door is now shut, and my children are with me in bed; I cannot rise and give thee.
8 I say unto you, Though he will not rise and give him, because he is his friend, yet because of his importunity he will rise and give him as many as he needeth.
9 And I say unto you, Ask, and it shall be given you; seek, and ye shall find; knock, and it shall be opened unto you.
10 For every one that asketh receiveth; and he that seeketh findeth; and to him that knocketh it shall be opened.
11 If a son shall ask bread of any of you that is a father, will he give him a stone? or if he ask a fish, will he for a fish give him a serpent?
12 Or if he shall ask an egg, will he offer him a scorpion?
13 If ye then, being evil, know how to give good gifts unto your children: how much more shall your heavenly Father give the Holy Spirit to them that ask him?

Mark 11:

20 And in the morning, as they passed by, they saw the fig tree dried up from the roots.
21 And Peter calling to remembrance saith unto him, Master, behold, the fig tree which thou cursedst is withered away.
22 And Jesus answering saith unto them, Have faith in God.
23 For verily I say unto you, That whosoever shall say unto this mountain, Be thou removed, and be thou cast into the sea; and shall not doubt in his heart, but shall believe that those things which he saith shall come to pass; he shall have whatsoever he saith.
24 Therefore I say unto you, What things soever ye desire, when ye pray, believe that ye receive them, and ye shall have them.
25 And when ye stand praying, forgive, if ye have ought against any: that your Father also which is in heaven may forgive you your trespasses.
26 But if ye do not forgive, neither will your Father which is in heaven forgive your trespasses.

That last verse is not included in the RSV, but appears in Matthew 6:

TAKE heed that ye do not your alms before men, to be seen of them: otherwise ye have no reward of your Father which is in heaven.
2 Therefore when thou doest thine alms, do not sound a trumpet before thee, as the hypocrites do in the synagogues and in the streets, that they may have glory of men. Verily I say unto you, They have their reward.
3 But when thou doest alms, let not thy left hand know what thy right hand doeth:
4 That thine alms may be in secret: and thy Father which seeth in secret himself shall reward thee openly.
5 And when thou prayest, thou shalt not be as the hypocrites are: for they love to pray standing in the synagogues and in the corners of the streets, that they may be seen of men. Verily I say unto you, They have their reward.
6 But thou, when thou prayest, enter into thy closet, and when thou hast shut thy door, pray to thy Father which is in secret; and thy Father which seeth in secret shall reward thee openly.
7 But when ye pray, use not vain repetitions, as the heathen do: for they think that they shall be heard for their much speaking.
8 Be not ye therefore like unto them: for your Father knoweth what things ye have need of, before ye ask him.
9 After this manner therefore pray ye: Our Father which art in heaven, Hallowed be thy name.
10 Thy kingdom come. Thy will be done in earth, as it is in heaven.
11 Give us this day our daily bread.
12 And forgive us our debts, as we forgive our debtors.
13 And lead us not into temptation, but deliver us from evil: For thine is the kingdom, and the power, and the glory, for ever. Amen.
14 For if ye forgive men their trespasses, your heavenly Father will also forgive you:
15 But if ye forgive not men their trespasses, neither will your Father forgive your trespasses.
16 Moreover when ye fast, be not, as the hypocrites, of a sad countenance: for they disfigure their faces, that they may appear unto men to fast. Verily I say unto you, They have their reward.
17 But thou, when thou fastest, anoint thine head, and wash thy face;
18 That thou appear not unto men to fast, but unto thy Father which is in secret: and thy Father, which seeth in secret, shall reward thee openly.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

804–759–983–276

M. de Roannez disait :

  • « Les raisons me viennent après, mais d’abord la chose m’agrée ou me choque, sans en savoir la raison, et cependant
  • cela me choque par cette raison que je ne découvre qu’ensuite. »

Mais je crois, non pas

  • que cela choquait par ces raisons qu’on trouve après, mais
  • qu’on ne trouve ces raisons que parce que cela choque.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

805–761–985–942

Or la probabilité est nécessaire pour les autres maximes, comme pour celle de Lamy et [du] calomniateur.

A fructibus eorumJugez de leur foi par leur morale.

La probabilité est peu sans les moyens corrompus, et les moyens ne sont rien sans la probabilité.

Il y a du plaisir d’avoir assurance de pouvoir bien faire et de savoir bien faire. La grâce : « Scire et posse ». La probabilité le donne, car on peut rendre compte à Dieu en assurance sur leurs auteurs.

See the previous reading, 770–735–981–918,

Que serait‑ce que les Jésuites sans la probabilité et que la probabilité sans les Jésuites ?

Otez la probabilité, on ne peut plus plaire au monde. Mettez la probabilité, on ne peut plus lui déplaire. Autrefois il était difficile d’éviter les péchés, et difficile de les expier. Maintenant, il est facile de les éviter par mille tours et facile de les expier.

I quoted the last part of this above under 793–742–958–928, “Diana.”

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

806–762–986–891

Il faut faire connaître aux hérétiques qui se prévalent de la doctrine des jésuites que [ce n’est pas] celle de l’Église, [que ce n’est pas la] doctrine de l’Église, et que nos divisions ne nous séparent pas de l’autel.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

807–763–987–892

Si en différant nous condamnions, vous auriez raison.

  • L’uniformité sans diversité, inutile aux autres ;
  • la diversité sans uniformité, ruineuse pour nous.

L’une nuisible au‑dehors, l’autre au‑dedans.

See the previous reading, (770)–(735)–982–(918):

Nous avons fait l’uniformité de la diversité, car nous sommes tous uniformes, en ce que nous sommes tous devenus uniformes.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

808–764–988–488

… Mais il est impossible que Dieu soit jamais la fin, s’il n’est le principe. On dirige sa vue en haut, mais on s’appuie sur le sable ; et la terre fondra, et on tombera en regardant le ciel.

Compare from the third reading, 230–199–72, Disproportion de l’homme:

Que fera‑t‑il donc sinon d’apercevoir [quelque] apparence du milieu des choses dans un désespoir éternel de connaître ni leur principe ni leur fin ? Toutes choses sont sorties du néant et portées jusqu’à l’infini. Qui suivra ces étonnantes démarches ? L’auteur de ces merveilles les comprend. Tout autre ne le peut faire.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

809–765–989–935

Les jésuites ont voulu joindre Dieu au monde, et n’ont gagné que le mépris de Dieu et du monde. Car, du côté de la conscience, cela est évident ; et, du côté du monde, ils ne sont pas de bons cabalistes. Ils ont du pouvoir, comme je l’ai dit souvent, mais c’est‑à-dire à l’égard des autres religieux. Ils auront le crédit de faire bâtir une chapelle et d’avoir une station du jubilé, non de pouvoir faire avoir des évêchés, des gouvernements de place. C’est un sot poste dans le monde que celui de moines, qu’ils tiennent par leur aveu même (P. Brisacier, bénédictins). Cependant vous ployez sous les plus puissants que vous, et vous opprimez de tout votre petit crédit ceux qui ont moins d’intrigue que vous dans le monde.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

810–766–990–948

Les jésuites.

En corrompant les évêques et la Sorbonne, s’ils n’ont pas eu l’avantage de rendre leur jugement juste, ils ont eu celui de rendre leurs juges injustes. Et ainsi, quand ils en seront condamnés à l’avenir, ils diront ad hominem qu’ils sont injustes, et ainsi réfuteront leur jugement. Mais cela ne sert à rien. Car, comme ils ne peuvent pas conclure que les jansénistes sont bien condamnés par cette seule raison qu’ils sont condamnés, de même ils ne pourront conclure alors qu’ils seront mal condamnés eux‑mêmes, parce qu’ils le seront par des juges corruptibles. Car leur condamnation sera juste, non parce qu’elle sera donnée par des juges toujours justes, mais par des juges justes en cela ; ce qui se montrera par les autres preuves.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

811–767–991–952

Comme les deux principaux intérêts de l’Église sont

  • la conservation de la piété des fidèles et
  • la conversion des hérétiques,

nous sommes comblés de douleur de voir les factions qui se font aujourd’hui pour introduire les erreurs les plus capables

  • de fermer pour jamais aux hérétiques l’entrée de notre communion et
  • de corrompre mortellement ce qui nous reste de personnes pieuses et catholiques.

Cette entreprise que l’on fait aujourd’hui si ouvertement contre les vérités de la religion, et les plus importantes pour le salut, ne nous remplit pas seulement de déplaisir, mais aussi de frayeur et de crainte, parce que, outre le sentiment que tout chrétien doit avoir de ces désordres, nous avons de plus l’obligation d’y remédier et d’employer l’autorité que Dieu nous a donnée pour faire que les peuples qu’il nous a commis, etc.

Fragment connu par le 2e Recueil Guerrier

812–769–993–909

Toute la société entière de leurs casuistes ne peut assurer la conscience dans l’erreur, et c’est pourquoi il est important de choisir de bons guides.

Ainsi ils seront doublement coupables :

  • et pour avoir suivi des voies qu’ils ne devaient pas suivre,
  • et pour avoir ouï des docteurs qu’ils ne devaient pas ouïr.

Annotation dans Réponse d’un ecclésiastique de Louvain

Texte découvert par P. Jansen en 1952.

813–754–***–***

Ainsi les jésuites

  • ou font embrasser les erreurs
  • ou font jurer qu’on les a embrassées

et font tomber

  • ou dans l’erreur
  • ou dans le parjure,

et pourrissent

  • ou l’esprit
  • ou le cœur.

7 Comments

  1. senexada
    Posted June 24, 2021 at 8:02 pm | Permalink | Reply

    Hi there, I discovered your website while searching for background on Pensees arrangements. I don’t read French, and I haven’t found a thorough manuscript summary in English. Maybe you can fill in some blanks?

    I understand that there are 3 near-primary sources: two copies made by Pascal’s executors (copy 1 & copy 2), which mostly preserve the ordering in which the notes were found, having been bundled by Pascal himself; and a scrapbook version (“original”) in Pascal’s own handwriting, but arbitrarily cut with scissors by his nephew and pasted into a scrapbook with no effort to preserve ordering.

    Further, I understand that many versions have been published, which fall into a few types:
    a) primarily arranged/selected by theological criteria
    b) primarily arranged based on editor’s judgement on logical coherence
    c) primarily arranged to follow an original manuscript

    with some early editions being (a), with Brundschvicg being the most famous/standard example of (b), and with Lafuma and Sellier being examples of (c).

    Is that summary roughly correct? And, why are there no editions that follow Copy 1 or Copy 2 prior to the mid-20th-century? Who had those copies, and why weren’t they published for hundreds of years?

    I appreciate any insight you might have.

    • Posted June 25, 2021 at 11:32 am | Permalink | Reply

      Your summary looks roughly correct to me, but I have not specifically studied the history of Pascal’s text. Perhaps this article says no more than you already know:
      New Light on Pascal: Some Results of the Research of M. Louis Lafuma
      Author(s): C. F. Zeek
      Source: The French Review, Vol. 26, No. 6 (May, 1953), pp. 426-431
      Published by: American Association of Teachers of French
      Stable URL: https://www.jstor.org/stable/382493

      • senexada
        Posted June 25, 2021 at 5:44 pm | Permalink

        David, much thanks!

        I hadn’t previously encountered your jstor link, and it filled many holes in my understanding. What I gathered from your link (for the benefit of future people who may encounter this comment thread):

        Apparently Copy 1 & Copy 2 were continually known/available, but for several centuries were assumed to be working manuscripts of early heavily-edited editions, and thus lacking any particular authority. Lafuma was the first person to identify evidence that Copy 1 and Copy 2 were created from Pascal’s notes directly as they were organized by him before his death.

        Lafuma was an amateur who studied Pascal manuscripts as a way to pass time while his paper company was inoperable during the German occupation of France. His business knowledge of paper, publishing techniques, watermarks, etc, allowed him to evaluate the old manuscripts in a manner that had eluded academics. His arguments are now widely accepted, I think.

        Thanks so much for the link.

      • Posted June 27, 2021 at 3:43 pm | Permalink

        You’re welcome. May I ask the motivation of your research? Sometimes unknown students write to me out of the blue, asking for help with some project or other; if I do respond, I usually hear no more

      • senexada
        Posted July 1, 2021 at 7:11 pm | Permalink

        Hi David, my motivation is personal curiosity.

        One of my hobbies is reading Great Books, and to a small extent, collecting old editions of them. I’m also part of a book club that often reads Great Books.

        I often do light internet research to try to choose a suitable translation, because I’ve seen such wild differences in two translations of the same work, both in accuracy and beauty. I tend to favor older translations, because (a) if pre-1923, they are public domain and I can quote them without fretting about copyrights, (b) I like the aesthetic tactile experience of reading editions that were printed a century+ ago, (c) older translations are more likely to feel vaguely foreign, outside of the current cultural idioms/biases, which reinforces the sense of experiencing a different time and place, and (d) I assume (perhaps wrongly) that there was more linguistic & poetic talent in prior centuries.

        Pensees proved a double challenge that piqued my curiosity, because there are two issues: translation and arrangement. (In most other old books I’ve read, there is little dispute about arrangement, so it is purely a question of translation). For Pensees, the older translations, which I usually prefer, had a totally different ordering of fragments, compared to newer ones. Researching that topic is what eventually led me to your page.

        For our book club, we chose the Krailsheimer translation, based on the Lafuma ordering, and I’m pleased so far.

      • Posted July 4, 2021 at 12:00 pm | Permalink

        Thanks for replying, Senexada. I suppose you may then be a senex. I would normally expect later translators to have read the earlier ones and therefore to be at least as accurate. However, for Pascal I noticed a couple of places where the older Trotter preserved an ambiguity in Pascal that the newer Ariew settled. Especially, for Lafuma 431, Brunschvicg 560, which are part of Sellier 683, Trotter has,

        So the two proofs of corruption and redemption are drawn from the ungodly, who live in indifference to religion, and from the Jews who are irreconcilable enemies.

        Ariew has nearly this, but inserts “its,” so that the Jews are “its” enemies, the enemies of “it,” namely religion. But the French pronoun has no number: it could mean “their.” referring to the ungodly or impious. What does Krailsheimer say here?

      • senexada
        Posted July 6, 2021 at 9:52 pm | Permalink

        You are correct that ‘senex’ was the inspiration for the name, though mainly because I’m told I have the attitudes of an ‘old man.’ I’m not particularly old in actual years.

        Krailsheimer has “who are its irreconcilable enemies.” Thanks for the interesting example!

        Regarding translation, I do expect the newer translators to be more accurate, as scholarship increases with time. My feeling on older translations is perhaps best summed up by this article about the King James Bible. The idea of preserving ambiguity, which you brought up, is one of its several points.

        http://www.touchstonemag.com/archives/article.php?id=24-03-023-f

One Trackback

  1. By Pascal, Pensées, S 1–114 « Polytropy on June 6, 2021 at 10:35 am

    […] 791–813 […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: