Pascal, Pensées, S 720–738

Index for this series

The reading is Sellier 720–738, which is Lafuma 485–503:

Labels are Sellier–La Guern–Lafuma–Brunschvicg.

Summary

A difficult reading for its quotations, paraphrases, and unexplained citations from the Hebrew Bible; but also, in another sense, for its attempt to explain (even in Pascal’s own words) what’s wrong with the Jews.

Witnessing

In addition to those given below under (734)–(452)–488–761 as being connected to that fragment, for concerning Jews as witness to the Christ, here, just because I made it, is a summary of all other uses of the nouns témoin and témoignage and the verb témoigner. These uses have occurred in every reading so far but the second and twelfth.

  • First reading:

    11–392–644
    Adam served as a witness to the possibility of salvation.
    37–1–596
    Nobody witnessed Muhammad.
  • Third reading:

    184–151–211
    If we refuse to act as if alone, we witness our greater esteem for the esteem of others than for the truth.
    211–180–838
    Before the fulfilment of prophecy, only miracles could witness what prophecy foretold.
    236–204–592
    Other religions have no witnesses.
  • Fourth reading, 323–291–587: This religion so full of miracles – witnesses etc. –, and of science, nonetheless declares it has only the Cross and folly.

  • Fifth reading,

    346–315–752
    Moses taught the Trinity, original sin, and the Messiah; David was a great witness.
    364–332–710
    The Jews served as a witness for 4000 years of the advent of the Messiah.
  • Sixth reading

    419–830–app. XIII
    There can be false miracles, serving as false witness. The Gospel witnesses that the man who exorcised demons in the name of Christ was not an enemy.
    426–841–829
    Jésus-Christ dit que les Écritures témoignent de lui, mais il ne montre point en quoi.
  • Seventh reading, 438–859–852: Les miracles sont plus importants que vous ne pensez. Ils ont servi à la fondation et serviront à la continuation de l’Église jusqu’à l’Antéchrist, jusqu’à la fin. Les deux témoins.

  • Eighth reading, (460)–(474)–547–784: Christ wanted the witness only of God and John the Baptist.

  • Ninth reading, 541–556–657–452: It is easy to give witness to friendship and commiseration without actually doing anything.

  • Tenth reading, (646)–(655)–793–737. Discussion of the Jews, qui, étant tous ennemis, sont d’admirables témoins pour nous de la vérité de ces prophéties où leur misère et leur aveuglement même est prédit.

  • Eleventh reading

    (658)–(667)–812–798
    That nobody seems to have remarked on how the Evangelists did not condemn the enemies of Christ is witness to how their style was honest.
    663–672–822–593
    History of China. Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger.
    (672)–(457)–505–(260)
    The authority for your belief should be the voice of your own reason, not others’. Punition de ceux qui pèchent : erreur. I thought this confirmed the idea of the ninth reading that the Jews were excellent witnesses of the Christ: they could be so, only because they were free to reject him.
  • Thirteenth reading (the last one)

    688–407–436–628
    Homer had no witnesses to rely on for the stories he told.
    691–421–451–620
    The historians of the Jews witness how often kings have tried to destroy them.
    692–422–452–631
    Moses calls heaven and earth to witness against the Jews, who nonetheless revere his books; these, in the Ark of the Covenant, would serve as perpetual witness against the Jews.
    693–423–453–610
    Deuteronomy 30:19: I call heaven and earth to record this day against you, that I have set before you life and death, blessing and cursing: therefore choose life, that both thou and thy seed may live.

Prophéties III

Fragment n° 1 / 1

720–450–485–722

 

[27] Tous vos devins et vos sages ne peuvent vous découvrir le mystère que vous demandez.

 

Il fallait que ce songe lui tînt bien au cœur.

 

[28] Mais il y a un Dieu au ciel qui le peut et qui vous a révélé dans votre songe les choses qui doivent arriver dans les derniers temps.

[30] Et ce n’est pas par ma propre science que j’ai eu la connaissance de ce secret, mais par la révélation de ce même Dieu qui me l’a découvert pour la rendre manifeste en votre présence.

[31] Votre songe était donc de cette sorte : Vous avez vu une statue grande, haute et terrible, qui se tenait debout devant vous. [32] La tête en était d’or, la poitrine et les bras étaient d’argent, le ventre et les cuisses étaient d’airain, [33] et les jambes étaient de fer, mais les pieds mêlés de fer et de terre – Argile [Latin argilla, Greek ἄργιλλος “potter’s earth”].

[34] Vous la contempliez toujours de cette sorte, jusqu’à ce que la pierre taillée sans mains a frappé la statue par les pieds mêlés de fer et de terre et les a écrasés.

[35] Et alors s’en sont allés en poussière, et le fer, et la terre, et l’airain, et l’argent, et l’or, et se sont dissipés en l’air. Mais cette pierre qui a frappé la statue est crue en une grande montagne et elle a rempli toute la terre. [36] Voilà quel a été votre songe, et maintenant je vous en donnerai l’interprétation.

[37] Vous qui êtes le plus grand des rois et à qui Dieu a donné une puissance si étendue que [38] vous êtes redoutable à tous les peuples, vous êtes représenté par la tête d’or de la statue que vous avez vue.

[39] Mais un autre empire succédera au vôtre, qui ne sera pas si puissant, et ensuite il en viendra un autre d’airain qui s’étendra par tout le monde.

[40] Mais le quatrième sera fort comme le fer, et de même que le fer brise et perce toutes choses ainsi cet empire brisera et écrasera tout.

[41–2] Et ce que vous avez vu, que les pieds et les extrémités des pieds étaient composés en partie de terre et en partie de fer, cela marque que cet empire sera divisé et qu’il tiendra en partie de la fermeté du fer et en partie de la fragilité de la terre.

[43] Mais comme le fer ne peut s ’allier solidement avec la terre, de même ceux qui sont représentés par le fer et par la terre ne pourront faire d’alliance durable, quoiqu’ils s’unissent par des mariages.

[44] Or ce sera dans le temps de ces monarques que Dieu suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit ni jamais transporté à un autre peuple. Il dissipera et finira tous ces autres empires, mais pour lui il subsistera éternellement [45] selon ce qui vous a été révélé de cette pierre qui, n’étant point taillée de main, est tombée de la montagne et a brisé le fer, la terre, et l’argent et l’or.

Voilà ce que Dieu vous a découvert des choses qui doivent arriver dans la suite des temps. Ce songe est véritable et l’interprétation en est fidèle.

[46] Lors Nabuchodonosor tomba le visage contre terre, etc.

 

Daniel ayant vu le combat du bélier et du bouc, [7] qui le vainquit et qui domina sur la terre, [8] duquel la principale corne étant tombée quatre autres en étaient sorties vers les quatre vents du ciel, [9] de l’une desquelles étant sortie une petite corne qui s’agrandit vers le midi, vers l’orient et vers la terre d’Israël, [10] et s’éleva contre l’armée du ciel, en renversa des étoiles et les foula aux pieds, [11] et enfin abattit le prince et fit cesser le sacrifice perpétuel et mit en désolation le sanctuaire.

[15] Voilà ce que vit Daniel. Il en demandait l’explication [16] et une voix cria en cette sorte : Gabriel faites-lui entendre la vision qu’il a eue. [19] Et Gabriel lui dit :

[20] Le bélier que vous avez vu est le roi des Mèdes et des Perses, [21] et le bouc est le roi des Grecs, et la grande corne qu’il avait entre ses yeux est le premier roi de cette monarchie. [22] Et ce que cette corne étant rompue quatre autres sont venues en la place, c’est que quatre rois de cette nation lui succéderont, mais non pas en la même puissance. [23] Or sur le déclin de ces royaumes, les iniquités étant accrues, il s’élèvera un roi insolent et fort [24] mais d’une puissance empruntée, auquel toutes choses succéderont à son gré, et il mettra en désolation le peuple saint et, [25] réussissant dans ses entreprises avec un esprit double et trompeur, il en tuera plusieurs et s’élèvera enfin contre le prince des princes, mais il périra malheureusement, et non pas néanmoins par une main violente.

——-

Daniel, 9, 20.

 

[20] Comme je priais Dieu de tout mon cœur et qu’en confessant mon péché et celui de tout mon peuple: j’étais prosterné devant mon Dieu, voici : [21] Gabriel, lequel j’avais vu en vision dès le commencement, vint à moi et me toucha au temps du sacrifice du vêpre [22] et, me donnant l’intelligence, me dit : Daniel, je suis venu à vous pour vous ouvrir la connaissance des choses. [23] Dès le commencement de vos prières, je suis venu pour vous découvrir ce que vous désirez parce que vous êtes l’homme de désirs. Entendez donc la parole et entrez dans l’intelligence de la vision. [24] Soixante-dix semaines sont prescrites et déterminées sur votre peuple et sur votre sainte cité, pour expier les crimes, pour mettre fin aux péchés et abolir l’iniquité et pour introduire la justice éternelle, pour accomplir les visions et les prophéties et pour oindre le saint des saints.

 

Après quoi ce peuple ne sera plus votre peuple, ni cette cité la sainte cité.

Le temps de colère sera passé, les ans de grâce viendront pour jamais.

 

[25] Sachez donc et entendez. Depuis que la parole sortira pour rétablir et réédifier Jérusalem, jusqu’au prince Messie, il y aura sept semaines et soixante-deux semaines.

 

Les Hébreux ont accoutumé de diviser les nombres et de mettre le petit le premier. Ces 7 et 62 font donc 69 de ces 70. Il en restera donc la soixante-dixième, c’est-à-dire les sept dernières années dont il parlera ensuite.

 

Après que la place et les murs seront édifiés dans un temps de trouble et d’affliction, [26] et après ces soixante-deux semaines

Qui auront suivi les sept premières

 

le Christ sera tué

 

Le Christ sera donc tué après les soixante-neuf semaines, c’est‑à‑dire en la dernière semaine

 

et un peuple viendra avec son prince qui détruira la ville et le sanctuaire et inondera tout, et la fin de cette guerre consommera la désolation.

[27] Or une semaine

Qui est la soixante-dixième qui reste

établira l’alliance avec plusieurs, et même la moitié de la semaine

C’est‑à‑dire les derniers trois ans et demi

 

abolira le sacrifice et l’hostie, et rendra étonnante l’étendue de l’abomination qui se répandra et durera sur ceux‑mêmes qui s’en étonneront et jusqu’à la consommation.

——-

 

L’ange dit à Daniel :

[2] Il y aura

après Cyrus sous lequel ceci est écrit

 

encore trois rois de Perse – Cambyse, Smerdis, Darius – et le quatrième – Xerxès – qui viendra ensuite sera plus puissant en richesses et en forces et élèvera tous ses peuples contre les Grecs.

[3] Mais il s’élèvera un puissant roi – Alexandre – dont l’empire aura une étendue extrême et qui réussira en toutes ses entreprises selon son désir. [4] Mais, quand sa monarchie sera établie, elle périra et sera divisée en quatre parties vers les quatre vents du ciel – comme il avait dit auparavant : VII, 6 ; VIII, 8 – mais non pas à des personnes de sa race. Et ses successeurs n’égaleront point sa puissance, car même son royaume sera dispersé à d’autres, outre ceux‑ci

Ces quatre principaux successeurs.

 

[5] Et celui de ces successeurs – Ptolomeus fils de Lagus – qui régnera vers le midi – Égypte – deviendra puissant, mais un autre – Seleucus, roi de Syrie – le surmontera et son État sera un grand État

 

Appianus dit que c’est le plus puissant des successeurs d’Alexandre.

 

[6] Et dans la suite des années ils s’allieront et la fille du roi du midi

 

Bérénice, fille de Ptolomeus Philadelphos, fils de l’autre Ptolomeus

viendra au roi d’aquilon

À Antiochus Deus, roi de Syrie et d’Asie, neveu de Seleucus Lagidas

pour établir la paix entre ces princes.

Mais ni elle ni ses descendants n’auront pas une longue autorité car elle et ceux qui l’avaient envoyée et ses enfants et ses amis seront livrés à la mort

Bérénice et son fils furent tués par Seleucus Callinicus.

 

[7] Mais il s’élèvera un rejeton de ses racines

Ptolomeus Evergetes naîtra du même père que Bérénice

 

qui viendra avec une puissante armée dans les terres du roi d’aquilon où il mettra tout sous sa sujétion [8] et emmènera en Égypte leurs dieux, leurs princes, leur or, leur argent et toutes leurs plus précieuses dépouilles, et sera quelques années sans que le roi d’aquilon puisse rien contre lui.

 

S’il n’eût point été rappelé en Égypte par des raisons domestiques,

il aurait entièrement dépouillé Seleucus, dit Justin.

 

[9] Et ainsi il reviendra en son royaume, [10] mais les enfants de l’autre – Seleucus Ceraunus, Antiochus Magnus –, irrités, assembleront de grandes forces.

Et leur armée viendra et ravagera tout, [11] dont le roi du midi – Ptolomeus Philopator – étant irrité formera aussi un grand corps d’armée et livrera bataille – contre Antiochus Magnus – et vaincra – à Rapham –. Et ses troupes en deviendront insolentes et son cœur s’en enflera.

Ce Ptolomeus profana le Temple. Josèphe.

[12] Il vaincra dix milliers d’hommes mais sa victoire ne sera pas ferme.

[13] Car le roi d’aquilon – Antiochus Magnus – viendra avec encore plus de forces que la première fois, [14] et alors un grand nombre d’ennemis s’élèvera contre le roi du midi – le jeune Ptolomée Épiphanes régnant –, et même des hommes apostats,

Ceux qui avaient quitté leur religion pour plaire à Évergetes

quand il envoya ses troupes à Scopas,

 

violents, de ton peuple s’élèveront afin que les visions soient accomplies et ils périront.

 

Car Antiochus reprendra Scopas et les vaincra.

 

[15] Et le roi d’aquilon détruira les remparts et les villes les mieux fortifiées, et toute la force du midi ne pourra lui résister.

[16] Et tout cédera à sa volonté. Il s’arrêtera dans la terre d’Israël et elle lui cédera.

[17] Ainsi il pensera à se rendre maître de tout l’empire d’Égypte,

méprisant la jeunesse d’Épiphanes, dit Justin.

 

Et pour cela il fera alliance avec lui et lui donnera sa fille

 

Cléopâtre, afin qu’elle trahît son mari. Sur quoi Appianus dit que, se défiant de pouvoir se rendre maître d’Égypte par force à cause de la protection des Romains, il voulut l’attenter par finesse.

 

Il la voudra corrompre mais elle ne suivra pas son intention.

[18] Ainsi il se jettera à d’autres desseins et pensera à se rendre maître de quelques îles – c’est‑à‑dire lieux maritimes – et il en prendra plusieurs – comme le dit Appianus –.

Mais un grand chef s’opposera à ses conquêtes et arrêtera la honte qui lui en reviendrait

 

Scipion l’Africain, qui arrêta les progrès d’Antiochus Magnus

à cause qu’il offensait les Romains en la personne de leurs alliés.

 

[19] Il retournera donc dans son royaume et y périra et ne sera plus.

Il fut tué par les siens.

 

[20] Et celui qui lui succédera – Seleucus Philopator ou Soter, fils d’Antiochus Magnus – sera un tyran qui affligera d’impôts la gloire du royaume, qui est le peuple, mais en peu de temps il mourra et non par sédition ni par guerre.

[21] Et il succédera à sa place un homme méprisable et indigne des honneurs de la royauté qui s’y introduira adroitement et par caresses.

[22] Toutes les armées fléchiront devant lui, il les vaincra, et même le prince avec qui il avait fait alliance. [23] Car, ayant renouvelé l’alliance avec lui, il le trompera et, venant avec peu de troupes dans ses provinces calmes et sans crainte, [24] il prendra les meilleures places et fera plus que ses pères n’avaient jamais fait. Et, ravageant de toutes parts, il formera de grands desseins pendant son temps.

25.

La petite pierre de Daniel in 2:34 becomes a mountain in 35; and the four monarchies are of gold, silver, brass, and mixed iron and clay. These things, and the seventy weeks, were mentioned earlier:

  • Fourth reading:

    • (290)–259–685 Figure.

      Si la loi et les sacrifices sont la vérité, il faut qu’elle plaise à Dieu et qu’elle ne lui déplaise point. S’ils sont figures, il faut qu’ils plaisent et déplaisent.

      Or dans toute l’Écriture ils plaisent et déplaisent. Il est dit que la loi sera changée, que le sacrifice sera changé …

      Il est dit au contraire que la loi durera éternellement … que le sacrifice sera éternel …

      Two verses are sampled:

      • Agnus occisus est ab origine mundi, “And all that dwell upon the earth shall worship him, whose names are not written in the book of life of the Lamb slain from the foundation of the world” (Revelation 13:8).

      • Juge sacrificium, “Yea, he magnified himself even to the prince of the host, and by him the daily sacrifice was taken away, and the place of his sanctuary was cast down” (Daniel 8:11).

    • 300–269–692 Figures.

      Daniel IX prie pour la délivrance du peuple de la captivité de leurs ennemis. Mais il pensait aux péchés, et pour le montrer, il dit que Gabriel lui vint dire qu’il était exaucé et qu’il n’y avait plus que soixante-dix semaines à attendre. Après quoi, le peuple serait délivré d’iniquité, le péché prendrait fin, et le libérateur, le saint des saints, amènerait la justice éternelle, non la légale mais l’éternelle.

  • Fifth reading, four fragments, listed under the first 348–317–701.

    • 361–329–734 Que Jésus-Christ serait petit en son commencement et croîtrait ensuite. ¶ La petite pierre de Daniel …

    • 370–338–724 Prédictions.

      Qu’en la quatrième monarchie, avant la destruction du second temple, avant que la domination des Juifs fût ôtée en la soixante-dixième semaine de Daniel, pendant la durée du second temple, les païens seraient instruits et amenés à la connaissance du Dieu adoré par les Juifs ; que ceux qui l’aiment seraient délivrés de leurs ennemis, remplis de sa crainte et de son amour. Et il est arrivé qu’en la quatrième monarchie, avant la destruction du second temple, etc., les païens en foule adorent Dieu et mènent une vie angélique …

Prophéties IV

Fragment n° 1 / 1

[NB : les traductions sont celles de la Bible de Port-Royal]

721–451–486–682

Changement de bien en mal et vengeance de Dieu (Is., 1, 21).

——-

Vae qui condunt leges iniquas (Isaïe, X, 1) : « Malheur à ceux qui établissent des lois d’iniquité ».

Vade, populus meus, intra in cubicula tua, claude ostia tua super te. Abscondere modicum ad momentum donec pertranseat indignatio (Isaïe, XXVI, 20) : « Allez, mon peuple, entrez dans le secret de votre chambre ; fermez vos portes sur vous, et tenez-vous un peu caché pour un moment, jusqu’à ce que la colère soit passée ».

——-

Vae coronae superbiae (Isaïe, XXVIII, 1) : « Malheur à la couronne d’orgueil ».

——-

Miracles.

Luxit et elanguit terra, confusus est Libanus et obsorduit, etc. (Isaïe, XXXIII, 9) : « La terre est dans les pleurs et dans la langueur ; le Liban est dans la confusion et dans un état affreux ».

Nunc consurgam, dicit Dominus, nunc exaltabor, nunc sublevabor (Isaïe, XXXIII, 10) : « Je me lèverai maintenant, dit le Seigneur ; je signalerai ma grandeur, je ferai éclater ma puissance. »

——-

Omnes gentes quasi non sint (Isaïe, XL, 17) : « Tous les peuples du monde sont devant lui comme s’ils n’étaient point ».

——-

722–(451)–(486)–(682)

Quis annuntiavit ab exordio ut sciamus, et a principio ut dicamus : Justus es ? (Isaïe, XLI, 26) : « Qui nous a annoncé ces choses, dès le commencement, afin que nous le connaissions ? Qui les a prédites, afin que nous lui disions : Vous êtes juste ? ».

Operabor et quis avertet illud (Isaïe, XLIII, 13) : « Quand j’ai résolu d’agir, qui pourra s’y opposer ? »

723–(451)–(486)–(682)

Non prophetabis in nomine Domini et non morieris in manibus nostris. Propterea haec dicit Dominus (Jérémie, XI, 21-22) : « C’est pourquoi voici ce que dit le Seigneur aux habitants d’Anathoth, qui cherchent à m’ôter la vie, et qui disent : Ne prophétisez point au nom du Seigneur, de peur que vous ne mouriez de notre main. 22. Voici donc ce que dit le Seigneur des armées ».

Quod si dixerint ad te : Quo egrediemur ? dices ad eos : Haec dicit Dominus : Qui ad mortem ad mortem, et qui ad gladium ad gladium, et qui ad famem ad famem, et qui ad captivitatem ad captivitatem (Jérémie, XV, 2) : « Que s’ils vous disent : Où irons-nous ? vous leur direz : Voici ce que dit le Seigneur. Qui est destiné à mourir, meure ; qui à périr par l’épée, périsse par l’épée ; qui à périr par la famine, périsse par la famine ; qui à aller en captivité aille en captivité. »

Pravum est cor omnium et inscrutabile : quis cognoscet illud ? Ego Dominus scrutans cor et probans renes (Jérémie, XVII, 9-10) : « Le cœur de tous les hommes est corrompu, il est impénétrable ; qui pourra le connaître ? 10. C’est moi qui suis le Seigneur, qui sonde les cœurs, et qui éprouve les reins. »

Et dixerunt : Venite et cogitemus contra Jeremiam cogitationes. Non enim peribit lex a sacerdote neque sermo a propheta (Jérémie, XVIII, 18) : « Et ils ont dit : Venez, formons des desseins contre Jérémie ; car nous ne laisserons pas de trouver sans lui des prêtres qui nous instruisent de la loi […], et des prophètes qui nous annoncent la parole du Seigneur. »

Non sis tu mihi formidini, tu spes mea in die afflictionum (Jérémie, XVII, 17) : « Ne me devenez point un sujet de crainte, puisque c’est vous qui êtes mon espérance au jour de l’affliction. »

724–(451)–(486)–(682)

Fiance aux sacrements extérieurs.

Faciam domui huic in qua invocatum est nomen meum et in qua vos habetis fiduciam et loco quem dedi vobis et patribus vestris sicut feci Silo. Tu ergo noli orare pro populo hoc (Jérémie, VII, 14 et 16) : « Je traiterai cette maison où mon nom a été invoqué, en laquelle vous mettez toute votre confiance, et ce lieu que je vous ai donné après l’avoir donné à vos pères, comme j’ai traité Silo. 16. Vous donc Jérémie n’entreprenez point d’intercéder pour ce peuple ».

725–(451)–(486)–(682)

L’essentiel n’est pas le sacrifice extérieur.

Quia non sum locutus cum patribus vestris et non praecepi eis, in die qua eduxi eos de terra Egypti, de verbo holocautomatum et victimarum. Sed hoc verbum praecepi eis, dicens : Audite vocem meam et ero vobis Deus et vos eritis mihi populus et ambulate in omni via quam mandavi vobis, ut bene sit vobis, et non audierunt (Jérémie, VII, 22-24) : « Car je n’ai point ordonné à vos pères, au jour que je les ai tirés de l’Égypte, de m’offrir des holocaustes et des victimes ; 23. mais voici le commandement que je leur ai fait : Écoutez ma parole, et je serai votre Dieu, et vous serez mon peuple ; et marchez dans toutes les voies que je vous prescrirai, afin que vous soyez comblés de biens. 24. Et après cela, ils ne m’ont point écouté ».

Multitude de doctrines.

Secundum numerum enim civitatum tuarum erant dei tui, Juda, et secundum numerum viarum Jerusalem posuisti aram confusionis. Tu ergo noli orare pro populo hoc (Jérémie, XI, 13-14) : « Car pour vous, Juda, vous avez eu autant de dieux différents que de villes ; et vous, ô Jérusalem, vous n’avez point eu de rue qui n’eût son autel de confusion, son autel pour sacrifier à Baal. 14. Vous donc, ô Jérémie, n’entreprenez point d’intercéder pour ce peuple ».

726–(451)–(486)–(682)

Neque dicet : forte mendacium est in dextera mea (Isaïe, XLIV, 20) : « Et il ne pense point à tirer son âme de l’égarement où elle est, disant : certainement cet ouvrage de mes mains n’est qu’un mensonge ».

——-

Memento horum Jacob et Israël quoniam servus meus es tu. Formavi te, servus meus es tu, Israël ne obliviscaris mei (Isaïe, XLIV, 21) : « Souvenez-vous de ceci Jacob, et Israël, parce que vous êtes mon serviteur. C’est moi qui vous ai créé, Israël ; vous êtes mon serviteur, ne m’oubliez point. »

Delevi ut nubem iniquitates tuas, et quasi nebulam peccata tua. Revertere ad me, quoniam redemi te (Isaïe, XLIV, 22) : « J’ai effacé vos iniquités comme une nuée qui passe, et vos péchés comme un nuage : revenez à moi, parce que je vous ai racheté. »

——-

Laudate caeli quoniam misericordiam fecit Dominusquoniam redemit Dominus Jacob, et Israël gloriabitur. Haec dicit Dominus, redemptor tuus et formator tuus ex utero : Ego sum Dominus, faciens omnia, extendens caelos solus, stabiliens terram, et nullus mecum (Isaïe, XLIV, 23-24) : « Cieux, louez le Seigneur, parce qu’il a fait miséricorde : […] parce que le Seigneur a racheté Jacob, et qu’il a établi sa gloire dans Israël. 24. Voici ce que dit le Seigneur, qui vous a racheté, et qui vous a formé dans le sein de votre mère : Je suis le Seigneur qui fais toutes choses, c’est moi seul qui ai étendu les cieux, et personne ne m’a aidé quand j’ai affermi la terre »

——-

727–(451)–(486)–(682)

In momento indignationis abscondi faciem meam parumper a te et in misericordia sempiterna misertus sum tui, dixit redemptor tuus Dominus (Isaïe, LIV, 8) : « J’ai détourné mon visage de vous pour un moment, dans le temps de ma colère ; mais je vous ai regardée ensuite avec une compassion qui ne finira jamais, dit le Seigneur qui vous a rachetée. »

——-

728–(451)–(486)–(682)

Qui eduxit ad dexteram Moysen bracchio majestatis suae, qui scidit aquas ante eos ut faceret sibi nomen sempiternum (Isaïe, LXIII, 12) : « Qui a pris Moïse par la main droite, et l’a soutenu par le bras de sa majesté ? qui a divisé les flots devant eux pour s’acquérir un nom éternel ? »

——-

Sic adduxisti populum tuum ut faceres tibi nomen gloriae (Isaïe, LXIII, 14) : « c’est ainsi, Seigneur, que vous vous êtes rendu le guide de votre peuple, pour signaler à jamais la gloire de votre nom ».

——-

Tu enim Pater noster et Abraham nescivit nos, et Israël ignoravit nos (Isaïe, LXIII, 16) : « Car c’est vous qui êtes notre père ; Abraham ne nous connaît point, Israël ne sait qui nous sommes ».

——-

Quare indurasti cor nostrum ne timeremus te ? (Isaïe, LXIII, 17) : « Seigneur, […] pourquoi avez-vous endurci notre cœur jusqu’à perdre votre crainte ? »

——-

Qui sanctificabantur et mundos se putabantsimul consumentur, dicit Dominus (Isaïe, LXVI, 17) : « Ceux qui croyaient se sanctifier et se rendre purs […], périront tous ensemble, dit le Seigneur ».

——-

Et dixisti : Absque peccato et innocens ego sum. Et propterea avertatur furor tuus a me. Ecce ego judicio contendam tecum, eo quod dixeris : Non peccavi (Jérémie, II, 35) : « Et cependant vous avez dit : Je suis sans péché, je suis innocent ; que votre fureur s’éloigne de moi. Je m’en vais donc entrer en jugement avec vous, puisque vous dites : Je n’ai point péché. »

——-

Sapientes sunt ut faciant mala, bene autem facere nescierunt (Jérémie, IV, 22) : « Ils sont sages pour faire le mal, et ils n’ont point d’intelligence pour faire le bien. »

729–(451)–(486)–(682)

Aspexi terram et ecce vacua erat et nihili, et caelos, et non erat lux in eis. Vidi montes et ecce movebantur et omnes colles conturbati sunt. Intuitus sum et non erat homo et omne volatile caeli recessit. Aspexi et ecce Carmelus desertus et omnes urbes ejus destructae sunt a facie Domini et a facie irae furoris ejus (Jérémie, IV, 23-26) : « J’ai regardé la terre, et je n’y ai trouvé qu’un vide et qu’un néant ; j’ai considéré les cieux, et ils étaient sans lumière. 24. J’ai vu les montagnes, et elles tremblaient ; j’ai vu les collines et elles étaient toutes ébranlées. 25. J’ai jeté les yeux de toutes parts, et je n’ai point trouvé d’homme. Et tous les oiseaux mêmes du ciel s’étaient retirés. 26. J’ai vu les campagnes les plus fertiles changées en un désert, et toutes les villes détruites devant la face du Seigneur, et par le souffle de sa colère. »

730–(451)–(486)–(682)

Haec enim dicit Dominus : Deserta erit omnis terra sed tamen consummationem non faciam (Jérémie, IV, 27) : « Car voici ce que dit le Seigneur : Toute la terre sera déserte ; et néanmoins je ne la perdrai pas entièrement ».

Ego autem dixi : Forsitan pauperes sunt et stulti ignorantes viam Domini, judicium Dei sui. Ibo ad optimates et loquar eis. Ipsi enim cognoverunt viam Domini. Et ecce magis hi simul confregerunt jugum, ruperunt vincula. Idcirco percussit eos leo de silva, pardus vigilans super civitates eorum (Jérémie, V, 4-6) : « Pour moi, je disais : Il n’y a peut-être que les pauvres qui soient sans sagesse, qui ignorent la voie du Seigneur, et les ordonnances de leur Dieu. 5. J’irai donc trouver les princes du peuple, et je leur parlerai. Car ce sont ceux-là qui connaissent la voie du Seigneur et les ordonnances de leur Dieu. Mais j’ai trouvé que ceux-là ont conspiré tous ensemble avec encore plus de hardiesse pour briser le joug du Seigneur, et rompre ses liens. 6. C’est pourquoi le lion de la forêt les dévorera, […] le léopard tiendra toujours les yeux ouverts sur leurs villes ».

731–(451)–(486)–(682)

Numquid super his non visitabo, dicit Dominus, aut super gentem hujuscemodi non ulciscetur anima mea ? (Jérémie, V, 29) : « Ne punirai-je point ces excès, dit le Seigneur, et ne me vengerai-je point d’une nation si criminelle ? »

——-

732–(451)–(486)–(682)

Stupor et mirabilia facta sunt in terra. Prophetae prophetabant mendacium et sacerdotes applaudebant manibus, et populus meus dilexit talia. Quid igitur fiet in novissimo ejus ? (Jérémie, V, 30-31) : « Il s’est fait sur la terre des choses étranges, et qu’on ne peut écouter qu’avec le dernier étonnement. 31. Les prophètes débitaient des mensonges comme des prophéties ; les prêtres les applaudissaient, et mon peuple y trouvait son plaisir. Quelle sera donc enfin la punition que je lui réserve ? »

Haec dicit Dominus : State super vias, et videte et interrogate de semitis antiquis, quae sit via bona et ambulate in ea, et invenietis refrigerium animabus vestris, et dixerunt : Non ambulabimus. Et constitui super vos speculatores : audite vocem tubae, et dixerunt : Non audiemus. Audite gentes quanta ego faciam eis. Audi terra, ecce ego adducam mala, etc. (Jérémie, VI, 16-19) : « Voici ce que dit le Seigneur : Tenez-vous sur les voies, considérez et demandez quels sont les anciens sentiers pour connaître la bonne voie ; et marchez-y, et vous trouverez la paix et le rafraîchissement de vos âmes. Mais ils m’ont répondu : Nous n’y marcherons point. 17. J’ai établi des sentinelles sur vous, et je vous ai dit : Écoutez le bruit de la trompette : Et ils ont répondu : Nous ne l’écouterons point. 18. C’est pourquoi écoutez nations, écoutez peuples assemblés, avec quelle rigueur je les veux punir. 19. Terre, écoutez-moi : Je m’en vais faire fondre toutes sortes de maux… »

733–(451)–(486)–(682)

A prophetis enim Jerusalem egressa est pollutio super omnem terram (Jérémie, XXIII, 15) : « la corruption s’est répandue des prophètes de Jérusalem sur toute la terre. »

Dicunt his qui blasphemant me : Locutus est Dominus pax erit vobis, et omni qui ambulat in pravitate cordis sui dixerunt : Non veniet super vos malum (Jérémie, XXIII, 17) : « Ils disent à ceux qui me blasphèment : Le Seigneur l’a dit : Vous aurez la paix ; et à tous ceux qui marchent dans la corruption de leur cœur : Il ne vous arrivera point de mal. »

Prophéties V

Fragment n° 1 / 1

734–452–487–727

Pendant la durée du Messie.

Aenigmatiza. Ézech. 17.

Son précurseur. Malachie, 2.

Il naîtra enfant. Is., 9.

Il naîtra de la ville de Bethléem. Mich., 5.

Il paraîtra principalement en Jérusalem et naîtra de la famille de Juda et de David.

Il doit aveugler les sages et les savants

Is., 6 ; Is., 8 ; 29 ;

et annoncer l’Évangile aux pauvres et aux petits, ouvrir les yeux des aveugles

Is., 29 ; Is., 61 ;

et rendre la santé aux infirmes et mener à la lumière ceux qui languissent dans les ténèbres.

Is., 61.

Il doit enseigner la voie parfaite et être le précepteur des gentils. Is., 55 ; 42, 1-7.

Les prophètes doivent être inintelligibles aux impies. Da., 12 ; mais intelligibles à ceux qui sont bien instruits.

Osée, ult. 10.

Les prophéties qui le représentent pauvre le représentent maître des nations. Is., 52. 16, etc. ; 53 ; Zach., 9. 9.

——-

  • Les prophéties qui prédisent le temps ne le prédisent que maître des gentils et souffrant, et non dans les nuées, ni juge. Et
  • celles qui le représentent ainsi jugeant et glorieux ne marquent point le temps.

——-

Qu’il doit être la victime pour les péchés du monde. Ps., 39 ; Is., 53, etc.

Il doit être la pierre fondamentale et précieuse. Is., 28, 16.

Il doit être la pierre d’achoppement, de scandale.

Is., 8.

Jérusalem doit heurter contre cette pierre.

Les édifiants doivent réprouver cette pierre, Ps., 117, 22.

Dieu doit faire de cette pierre le chef du coin.

Et cette pierre doit croître en une immense montagne et doit remplir toute la terre. Dan., 2.

Qu’ainsi il doit être rejeté, méconnu, trahi. [Ps.] 108,8 ; vendu. Zach., 11, 12 ; craché, souffleté, moqué, affligé en une infinité de manières,

abreuvé de fiel. Ps., 68 ;

transpercé. Zach., 12, 10 ; les pieds et les mains percés, tué et ses habits jetés au sort.


(734)–(452)–488–761

Les Juifs, en le tuant pour ne le point recevoir pour Messie, lui ont donné la dernière marque de Messie.

Et en continuant à le méconnaître, ils se sont rendus témoins irréprochables.

Et en le tuant et continuant à le renier, ils ont accompli les prophéties.

The idea came up first in the first reading, 10–391–749: Though the advent of the Christ had been clearly foretold, neither did the Jews accept Jesus as him, nor were they exterminated for this, because these two facts were themselves predicted.

The idea may have come next in the fifth reading, 363–331–748: The spiritual embraced Jesus as Christ; the “corporeal” or “gross” remained to serve as witnesses (Les spirituels ont embrassé le Messie, les grossiers sont demeurés pour lui servir de témoins).

Then in the ninth reading,

492–505–592–750

The Jews would have been witnesses who where

  • suspect, if all had converted;
  • nonexistent, if exterminated.
493–506–593–760

That only some converted makes the rest into irreproachable witnesses.

508–522–615–663

The Jews needed to be

  • conformist, to prefigure the Messiah;
  • contrarian, not to be suspect witnesses.

Below, in 738–456–502–571, the Jews would have been less forceful witnesses, had they loved the prophecies as being spiritual.

See above for a summary of all other uses of the nouns témoin and témoignage and the verb témoigner so far.


(734)–(452)–(487)–(727)

Qu’il ressusciterait. Ps., 15 ; le troisième jour. Os., 6, 3.

Qu’il monterait au ciel pour s’asseoir à la droite. Ps., 110.

Que les rois s’armeraient contre lui. Ps., al. 2.

Qu’étant à la droite du Père il serait victorieux de ses ennemis.

Que les rois de la terre et tous les peuples l’adoreraient. Is., 60.

Que les Juifs subsisteront en nation. Jér.

Qu’ils seront errants, sans rois, etc. Os., 3.

Sans prophètes, Amos.

Attendant le salut et ne le trouvant point. Is.

Voc. des gentils par Jésus-Christ. Is., 52, 15.

Is., 55.

Is., 60.

——-

Ps., 71.

——-

Os., 1, 9.

Vous ne serez plus mon peuple et je ne serai plus votre Dieu. Après que vous serez multiplié de la dispersion, les lieux où l’on [l’]appelle point mon peuple, je l’appellerai mon peuple.

I quoted Hosea 1 in full for the last reading, 693–423–453–610, Pour montrer que les vrais Juifs et les vrais chrétiens n’ont qu’une même religion … L’amour de Dieu est recommandé en tout le Deutéronome … Que les Juifs, manque de cet amour, seraient réprouvés pour leurs crimes et les païens élus en leur place. Pascal’s summary now seems accurate; but in Deuteronomy 32, Haazinu, God says similar things at first, but then seems to say he will again embrace the Jews as his people.

Prophéties VI

Fragment n° 1 / 1

735–453–489–713

Captivité des Juifs sans retour.

Jér., 11, 11. Je ferai venir sur Juda des maux desquels ils ne pourront être délivrés.

Figures.

Le Seigneur a eu une vigne dont il a attendu des raisins et elle n’a produit que du verjus. Je la dissiperai donc et la détruirai. La terre n’en produira que des épines et je défendrai au ciel d’y …

 

Is., 5, 7. La vigne du Seigneur est la maison d’Israël. Et les hommes de Juda en sont le germe délectable. J’ai attendu qu’ils fissent des actions de justice, et ils ne produisent qu’iniquité.

 

Is., 8.

[13] Sanctifiez le Seigneur avec crainte et tremblement. Ne redoutez que lui [14] et il vous sera en sanctification. Mais il sera en pierre de scandale et en pierre d’achoppement aux deux maisons d’Israël.

Il sera en piège et en ruine aux peuples de Jérusalem [15] et un grand nombre d’entre eux heurteront cette pierre, y tomberont, y seront brisés, et seront pris à ce piège et y périront.

[16] Voilez mes paroles et couvrez ma loi pour mes disciples.

[17] J’attendrai donc en patience le Seigneur qui se voile et se cache à la maison de Jacob.

 

Is., 29. [9] Soyez confus et surpris, peuple d’Israël. Chancelez, trébuchez et soyez ivres, mais non pas d’une ivresse de vin. Trébuchez, mais non pas d’ivresse, [10] car Dieu vous a préparé l’esprit d’assoupissement. Il vous voilera les yeux. Il obscurcira vos princes et vos prophètes qui ont les visions.

Daniel, 12.

[10] Les méchants ne l’entendront point, mais ceux qui seront bien instruits l’entendront.

——-

Osée, dernier chapitre, dernier verset,
après bien des bénédictions temporelles, dit :
Où est le sage ? et il entendra ces choses, etc.

[Isaiah 29:10] Et les visions de tous les prophètes seront à votre égard comme un livre scellé, [11] lequel si on donne à un homme savant et qui le puisse lire, il répondra : Je ne puis le lire car il est scellé. [12] Et quand on le donnera à ceux qui ne savent pas lire, ils diront : Je ne connais pas les lettres.

[13] Et le Seigneur m’a dit : Parce que ce peuple m’honore des lèvres, mais que son cœur est bien loin de moi, et qu’ils ne m’ont servi que par des voies humaines.

En voilà la raison et la cause, car s’ils adoraient Dieu du cœur ils entendraient les prophéties.

[14] C’est pour cette raison que j’ajouterai à tout le reste d’amener sur ce peuple une merveille étonnante et un prodige grand et terrible. C’est que la sagesse de ses sages périra et leur intelligence sera o[bscurcie].

According to the tenth reading, (646)–(655)–793–737, the darkness of the Jews had been foretold by Dabitur liber scienti litteras, et dicet : Non possum legere; this is from Isaiah 29, now quoted more fully:

10 For the Lord hath poured out upon you the spirit of deep sleep, and hath closed your eyes: the prophets and your rulers, the seers hath he covered.
11 And the vision of all is become unto you as the words of a book that is sealed, which men deliver to one that is learned, saying, Read this, I pray thee: and he saith, I cannot; for it is sealed:
12 And the book is delivered to him that is not learned, saying, Read this, I pray thee: and he saith, I am not learned.
13 Wherefore the Lord said, Forasmuch as this people draw near me with their mouth, and with their lips do honour me, but have removed their heart far from me, and their fear toward me is taught by the precept of men:
14 Therefore, behold, I will proceed to do a marvellous work among this people, even a marvellous work and a wonder: for the wisdom of their wise men shall perish, and the understanding of their prudent men shall be hid.

Prophéties preuve de divinité.

Is., 41.

[22] Si vous êtes des dieux, approchez. Annoncez‑nous les choses futures, nous inclinerons notre cœur à vos paroles. Apprenez‑nous les choses qui ont été au commencement et prophétisez‑nous celles qui doivent arriver.

[23] Par là nous saurons que vous êtes des dieux. Faites le bien ou mal si vous le pouvez. Voyons donc et raisonnons ensemble.

[24] Mais vous n’êtes rien, vous n’êtes qu’abomination, etc. Qui d’entre vous nous instruit,

par des auteurs contemporains,

des choses faites dès le commencement et l’origine, afin que nous lui disions : Vous êtes le juste ? Il n’y en a aucun qui nous apprenne ni qui prédise l’avenir.

——-

Is., 42. [8] Moi qui suis le Seigneur, je ne communique point ma gloire à d’autres. [9] C’est moi qui ai fait prédire les choses qui sont arrivées, et qui prédis encore celles qui sont à venir. [10] Chantez-en un cantique nouveau à Dieu par toute la terre.

[Isaiah 43]

[8] Amène ici ce peuple qui a des yeux et qui ne voit point, qui a des oreilles et qui est sourd. [9] Que les nations s’assemblent toutes : qui d’entre elles et leurs dieux nous instruira des choses passées et futures ? Qu’elles produisent leurs témoins pour leur justification ou qu’elles m’écoutent et confessent que la vérité est ici !

[10] Vous êtes mes témoins, dit le Seigneur, vous et mon serviteur que j’ai élu, afin que vous me connaissiez, que vous croyiez que c’est moi qui suis.

[12] J’ai prédit, j’ai sauvé, j’ai fait moi seul ces merveilles à vos yeux. Vous êtes mes témoins de ma divinité, dit le Seigneur.

[14] C’est moi qui pour l’amour de vous ai brisé les forces des Babyloniens. C’est moi qui vous ai sanctifiés et qui vous ai créés.

[16] C’est moi qui vous ai fait passer au milieu des eaux et de la mer et des torrents, et qui ai submergé et détruit pour jamais les puissants ennemis qui vous ont résisté.

[18] Mais perdez la mémoire de ces anciens bienfaits et ne jetez plus les yeux vers les choses passées.

[19] Voici, je prépare de nouvelles choses qui vont bientôt paraître. Vous les connaîtrez. Je rendrai les déserts habitables et délicieux.

[21] Je me suis formé ce peuple. Je l’ai établi pour annoncer mes louanges, etc.

Mais c’est pour moi‑même que j’effacerai vos péchés et que j’oublierai vos crimes, car pour vous, repassez en votre mémoire vos ingratitudes, pour voir si vous aurez de quoi vous justifier. [27] Votre premier père a péché et vos docteurs ont tous été des prévaricateurs.

 

Is., 44. [6] Je suis le premier et le dernier, dit le Seigneur. [7] Qui s’égalera à moi ? Qu’il raconte l’ordre des choses depuis que j’ai formé les premiers peuples et qu’il annonce les choses qui doivent arriver.

[8] Ne craignez rien. Ne vous ai‑je pas fait entendre toutes ces choses ? Vous êtes mes témoins.

Prédiction de Cyrus.

[1] À cause de Jacob que j’ai élu, je t’ai appelé par ton nom.

 

Is., 45, 21. Venez et disputons ensemble. Qui a fait entendre les choses depuis le commencement ? Qui a prédit les choses dès lors ? N’est‑ce pas moi qui suis le Seigneur ?

 

Is., 46. [10] Ressouvenez‑vous des premiers siècles et connaissez qu’il n’y a rien de semblable à moi, qui annonce dès le commencement les choses qui doivent arriver à la fin, et déjà dès l’origine du monde. Mes décrets subsisteront et toutes mes volontés seront accomplies.

 

Is., 42, 9. Les premières choses sont arrivées comme elles avaient été prédites et voici, maintenant j’en prédis de nouvelles et vous les annonce avant qu’elles soient arrivées.

 

Is., 48, 3. J’ai fait prédire les premières et les ai accomplies ensuite. Et elles sont arrivées en la manière que j’avais dit, [4] parce que je sais que vous êtes dur, que votre esprit est rebelle et votre front impudent. [5] Et c’est pourquoi je les ai voulu annoncer avant l’événement afin que vous ne pussiez pas dire que ce fût l’ouvrage de vos dieux et l’effet de leur ordre.

[6] Vous voyez arrivé ce qui a été prédit. Ne le raconterez‑vous pas ? Maintenant je vous annonce des choses nouvelles, que je conserve en ma puissance et que vous n’avez point encore sues. [7] Ce n’est que maintenant que je les prépare et non pas depuis longtemps. Je vous les ai tenues cachées de peur que vous ne vous vantassiez de les avoir prévues par vous‑mêmes.

[8] Car vous n’en avez aucune connaissance, et personne ne vous en a parlé et vos oreilles n’en ont rien ouï. Car je vous connais et je sais que vous êtes plein de prévarication, et je vous ai donné le nom de prévaricateur dès les premiers temps de votre origine.

 

Is., 65.

Réprobation des Juifs et conversion des gentils.

[1] Ceux‑là m’ont cherché qui ne me consultaient point. Ceux‑là m’ont trouvé qui ne me cherchaient point. J’ai dit : Me voici, me voici, au peuple qui n’invoquait point mon nom.

[2] J’ai étendu mes mains tout le jour au peuple incrédule qui suit ses désirs et qui marche dans une voie mauvaise, [3] à ce peuple qui me provoque sans cesse par les crimes qu’il commet en ma présence, qui s’est emporté à sacrifier aux idoles, etc.

Ceux‑là seront dissipés en fumée au jour de ma fureur, etc.

[7] J’assemblerai les iniquités de vous et de vos pères et vous rendrai à tous selon vos œuvres.

[8] Le Seigneur dit ainsi : Pour l’amour de mes serviteurs je ne perdrai tout Israël, mais j’en réserverai quelques‑uns, de même qu’on réserve un grain resté dans une grappe, duquel on dit : Ne l’arrachez pas, parce que c’est bénédiction.

[9] Ainsi j’en prendrai de Jacob et de Juda pour posséder mes montagnes, que mes élus et mes serviteurs auront en héritage, et mes campagnes fertiles et admirablement abondantes.

[12] Mais j’exterminerai tous les autres, parce [que] vous avez oublié votre Dieu pour servir des dieux étrangers. Je vous ai appelés et vous n’avez point répondu. J’ai parlé et vous n’avez point ouï, et vous avez choisi les choses que j’avais défendues.

[13] C’est pour cela que le Seigneur dit ces choses. Voici : mes serviteurs seront rassasiés et vous languirez de faim. Mes serviteurs seront dans la joie et vous dans la confusion. [14] Mes serviteurs chanteront des cantiques, de l’abondance de la joie de leur cœur, et vous pousserez des cris et des hurlements, de l’affliction de votre esprit.

[15] Et vous laisserez votre nom en abomination à mes élus. Le Seigneur vous exterminera et nommera ses serviteurs d’un autre nom, [16] dans lequel celui qui sera béni sur la terre sera béni en Dieu, etc.

Parce que les premières douleurs sont mises en oubli.

[17] Car voici, je crée de nouveaux cieux et une nouvelle terre, et les choses passées ne seront plus en mémoire et ne reviendront plus en la pensée.

[18] Mais vous vous réjouirez à jamais dans les choses nouvelles que je crée, car je crée Jérusalem pour n’être autre chose que joie et son peuple réjouissance, [19] et je me plairai en Jérusalem et en mon peuple, et on n’y entendra plus de cris et de pleurs.

[24] Je l’exaucerai avant qu’il demande. Je les ouïrai quand ils ne feront que commencer à parler. [25] Le loup et l’agneau paîtront ensemble, le lion et le bœuf mangeront la même paille, le serpent ne mangera que la poussière, et on ne commettra plus d’homicide ni de violence en toute ma sainte montagne.

Is, 56.

[1] Le Seigneur dit ces choses : Soyez justes et droits car mon salut est proche et ma justice va être révélée.

[2] Bienheureux est celui qui fait ces choses, qui observe mon sabbat et garde ses mains de commettre aucun mal.

[3] Et que les étrangers qui s’attachent à moi ne disent point : Dieu me séparera d’avec son peuple.

[4] Car le Seigneur dit ces choses : Quiconque gardera mon sabbat et choisira de faire mes volontés et gardera mon alliance, [5] je leur donnerai place dans ma maison et je leur donnerai un nom meilleur que celui que j’ai donné à mes enfants : ce sera un nom éternel qui ne périra jamais.

[Isaiah 59]

[2] C’est pour nos crimes [9] que la justice s’est éloignée de nous. Nous avons attendu la lumière et nous ne trouvons que les ténèbres. Nous avons espéré la clarté et nous marchons dans l’obscurité.

[10] Nous avons tâté contre la muraille comme des aveugles, nous avons heurté en plein midi comme au milieu d’une nuit et comme des morts en des lieux ténébreux.

[11] Nous rugirons tous comme des ours, nous gémirons comme des colombes. Nous avons attendu la justice et elle ne vient point. Nous avons espéré le salut et il s’éloigne de nous.

—–

Is., 66, 18.

Mais je visiterai leurs œuvres et leurs pensées quand je viendrai pour les assembler avec toutes les nations et les peuples, et ils verront ma gloire.

[19] Et je leur imposerai un signe, et de ceux qui seront sauvés j’en enverrai aux nations : en Afrique, en Lydie, en Italie, en Grèce, et aux peuples qui n’ont point ouï parler de moi et qui n’ont point vu ma gloire. Et ils amèneront vos frères.

Réprob[ation] du temple

Jér., 7.

[12] Allez en Silo, où j’avais établi mon nom au commencement, et voyez ce que j’y ai fait à cause [des] péchés de mon peuple,

Car je l’ai rejeté et je me suis fait un temple ailleurs.

[13] Et maintenant, dit le Seigneur, parce que vous avez fait les mêmes crimes, [14] je ferai de ce temple où mon nom est invoqué, sur lequel vous vous confiez et que j’ai moi‑même donné à vos ancêtres, la même chose que j’ai faite de Silo.

[15] Et je vous rejetterai loin de moi, de la même manière que j’ai rejeté vos frères, les enfants d’Ephraïm,

rejetés sans retour.

[16] Ne priez donc point pour ce peuple.

——-

Jér., 7, 22. À quoi vous sert‑il d’ajouter sacrifice sur sacrifice ? Quand je retirai vos pères hors d’Égypte, je ne leur parlai point des sacrifices et des holocaustes, je ne leur en donnai aucun ordre, [23] et le précepte que je leur ai donné a été en cette sorte : Soyez obéissants et fidèles à mon commandement et je serai votre Dieu et vous serez mon peuple.

Ce ne fut qu’après qu’ils eurent sacrifié au veau d’or que je m’ordonnai des sacrifices, pour tourner en bien une mauvaise coutume.

——-

Jér., 7. [4] N’ayez point confiance aux paroles de mensonge de ceux qui vous disent : Le temple du Seigneur, le temple du Seigneur, le temple du Seigneur sont.

Prophéties VII

Fragment n° 1 / 1

736–454–491–439

Nature corrompue.

L’homme n’agit point par la raison, qui fait son être.

(736)–(454)–490–721

Nous n’avons point de roi que César.

(736)–(454)–494–714

Juifs témoins de Dieu. Is., 43, 9 ; 44, 8.

—–

(736)–(454)–495–461

C’est visiblement un peuple fait exprès pour servir de témoin au Messie. Is., 43, 9 ; 44, 8. Il porte les livres et les aime et ne les entend point. Et tout cela est prédit, que les jugements de Dieu leur sont confiés, mais comme un livre scellé.

(736)–(454)–496–(714)

Endurcis leur cœur. Et comment ? En flattant leur concupiscence et leur faisant espérer de l’accomplir.

(736)–(454)–492–630

La sincérité des Juifs.

Depuis qu’ils n’ont plus de prophètes. Macchabées.

Depuis Jésus-Christ, Massorètes.

Ce livre vous sera en témoignage.

Les lettres défectueuses et finales.

——

Sincères contre leur honneur et mourant pour cela. Cela n’a point d’exemple dans le monde ni sa racine dans la nature.

(736)–(454)–497–(714)

Prophétie.

Votre nom sera en exécration à mes élus et je leur donnerai un autre nom.

(736)–(454)–493–(714)

Prophéties accomplies.

3, R., 13, 2.

4, R., 23, 16.

——

Jos., 6, 26.

3, R., 16, 34.

——

Deut., 33.

——

Malach., 1, 11. Le sacrifice des Juifs réprouvé et le sacrifice des païens (même hors de Jérusalem) et en tous les lieux.

——

Moïse prédit la vocation des gentils avant que de mourir. 32, 21. Et la réprobation des Juifs.

——

Moïse prédit ce qui doit arriver à chaque tribu.

(736)–(454)–498–715

Prophétie.

Amos et Zacharie. Ilsont vendu le juste et pour cela ne seront jamais rappelés.

Jésus-Christ trahi.

On n’aura plus mémoire d’Égypte : voyez Is., 43, 16-17-18-19 ; Jérém., 23, 6-7.

Prophétie.

Les Juifs seront répandus partout. Is., 27,6.

Loi nouvelle. Jér., 31, 32.

Le second temple glorieux. Jésus-Christ y viendra. Agg., 2, 7-8-9-10 ; Malachie. Grotius.

Vocation des gentils. Joël, 2, 28 ; Osée, 2, 24 ; Deut., 32, 21. Mal., 1, 11.

(736)–(454)–499–792

Quel homme eut jamais plus d’éclat ?

Le peuple juif tout entier le prédit avant sa venue.

Le peuple gentil l’adore après sa venue.

Ces deux peuples, gentil et juif, le regardent comme leur centre.

Et cependant, quel homme jouit jamais moins de cet éclat ? De trente-trois ans il en vit trente sans paraître. Dans trois ans il passe pour un imposteur. Les prêtres et les principaux le rejettent. Ses amis et ses plus proches le méprisent. Enfin il meurt trahi par un des siens, renié par l’autre et abandonné par tous.

Quelle part a-t-il donc à cet éclat ? Jamais homme n’a eu tant d’éclat, jamais homme n’a eu plus d’ignominie. Tout cet éclat n’a servi qu’à nous pour nous le rendre reconnaissable, et il n’en a rien eu pour lui.

Prophéties VIII

Fragment n° 1 / 2

737–455–500–700

Beau de voir des yeux de la foi l’histoire d’Hérode, de César.

Vrai.

In electis, Deus promptus est.

(737)–(455)–501–659

Figures.

Pour montrer que l’Ancien Testament est, n’est que, figuratif et que les prophètes entendaient par les biens temporels d’autres biens, c’est 1. que cela serait indigne de Dieu ; 2. que leurs discours expriment très clairement la promesse des biens temporels et qu’ils disent néanmoins que leurs discours sont obscurs et que leur sens ne sera point entendu. D’où il paraît que ce sens secret n’était point celui qu’ils exprimaient à découvert et que, par conséquent, ils entendaient parler d’autres sacrifices, d’un autre libérateur, etc. Ils disent qu’on ne l’entendra qu’à la fin des temps. Jér., 33, ult.

La troisième preuve est que leurs discours sont contraires et se détruisent. De sorte que si on pose qu’ils n’aient entendu par les mots de loi et de sacrifice autre chose que celle de Moïse, il y a contradiction manifeste et grossière. Donc ils entendaient autre chose, se contredisant quelquefois dans un même chapitre.

Or pour entendre le sens d’un auteur …

Fragment n° 2 / 2

738–456–502–571

Raison pourquoi figures.

R. Ils avaient à entretenir un peuple charnel et à le rendre dépositaire du testament spirituel.

Il fallait que pour donner foi au Messie

  • il y eût eu des prophéties précédentes, et qu’
  • elles fussent portées par des gens non suspects et d’une diligence et fidélité et d’un zèle extraordinaire et connu de toute la terre.

Pour faire réussir tout cela, Dieu a choisi ce peuple charnel auquel il a mis en dépôt les prophéties qui prédisent le Messie comme libérateur et dispensateur des biens charnels que ce peuple aimait.

Et ainsi il a eu une ardeur extraordinaire pour ses prophètes et a porté à la vue de tout le monde ces livres qui prédisent leur Messie, assurant toutes les nations qu’il devait venir, et en la manière prédite dans les livres qu’ils tenaient ouverts à tout le monde. Et ainsi ce peuple, déçu par l’avènement ignominieux et pauvre du Messie, ont été ses plus cruels ennemis. De sorte que voilà le peuple du monde

  • le moins suspect de nous favoriser et
  • le plus exact et zélé qui se puisse dire pour sa loi et pour ses prophètes qui les porte incorrompus.

De sorte que

  • ceux qui ont rejeté et crucifié Jésus-Christ, qui leur a été en scandale, sont
  • ceux qui portent les livres qui témoignent de lui et qui disent qu’il sera rejeté et en scandale.

De sorte

  • qu’ils ont marqué que c’était lui en le refusant, et
  • qu’il a été également prouvé
    • et par les justes juifs qui l’ont reçu
    • et par les injustes qui l’ont rejeté, l’un et l’autre ayant été prédits.

C’est pour cela que les prophéties ont un sens caché, le spirituel dont ce peuple était ennemi, sous le charnel dont il était ami. Si le sens spirituel eut été découvert ils n’étaient pas capables de l’aimer ; et, ne pouvant le porter, ils n’eussent point eu le zèle pour la conservation de leurs livres et de leurs cérémonies ; et s’ils avaient aimé ces promesses spirituelles et qu’ils les eussent conservées incorrompues jusqu’au Messie, leur témoignage n’eût point eu de force puisqu’ils en eussent été amis.

Voilà pourquoi il était bon que le sens spirituel fût couvert. Mais d’un autre côté, si ce sens eût été tellement caché qu’il n’eût point du tout paru, il n’eût pu servir de preuve au Messie. Qu’a‑t‑il donc été fait ?

Il a été couvert sous le temporel en la foule des passages et a été découvert si clairement en quelques‑uns, outre que le temps et l’état du monde ont été prédits si clairement qu’il est plus clair que le soleil ; et ce sens spirituel est si clairement expliqué en quelques endroits qu’il fallait un aveuglement pareil à celui que la chair jette dans l’esprit quand il lui est assujetti, pour ne le pas reconnaître.

Voilà donc quelle a été la conduite de Dieu.

Ce sens est couvert d’un autre en une infinité d’endroits et découvert en quelques‑uns rarement, mais en telle sorte néanmoins que les lieux où il est caché sont équivoques et peuvent convenir aux deux, au lieu que les lieux où il est découvert sont univoques et ne peuvent convenir qu’au sens spirituel.

De sorte que cela ne pouvait induire en erreur et qu’il n’y avait qu’un peuple aussi charnel qui s’y pût méprendre.

Car, quand les biens sont promis en abondance, qui les empêchait d’entendre les véritables biens, sinon leur cupidité qui déterminait ce sens aux biens de la terre ? Mais ceux qui n’avaient de bien qu’en Dieu les rapportaient uniquement à Dieu.

Car il y a deux principes qui partagent les volontés des hommes : la cupidité et la charité.

  • Ce n’est pas

    • que la cupidité ne puisse être avec la foi en Dieu et
    • que la charité ne soit avec les biens de la terre,
  • mais

    • la cupidité use de Dieu et jouit du monde, et
    • la charité au contraire.

Or la dernière fin est ce qui donne le nom aux choses. Tout ce qui nous empêche d’y arriver est appelé ennemi. Ainsi les créatures, quoique bonnes, seront ennemies des justes quand elles les détournent de Dieu, et Dieu même est l’ennemi de ceux dont il trouble la convoitise.

Ainsi le mot d’ennemi dépendant de la dernière fin, les justes entendaient par là leurs passions et les charnels entendaient les Babyloniens. Et ainsi ces termes n’étaient obscurs que pour les injustes.

Et c’est ce que dit Isaïe : Signa legem in electis meis.

Et que Jésus-Christ sera pierre de scandale, mais bienheureux ceux qui ne seront point scandalisés en lui.

Osée, ult. le dit parfaitement : Où est le sage ? et il entendra ce que je dis. Les justes l’entendront car les voies de Dieu sont droites mais les méchants y trébucheront.

(738)–(456)–503–675

Et cependant ce testament, fait pour aveugler les uns et éclaicir les autres, marquait, en ceux mêmes qu’il aveuglait, la vérité qui devait être connue des autres. Car les biens visibles qu’ils recevaient de Dieu étaient si grands et si divins qu’il paraissait bien qu’il était puissant de leur donner les invisibles et un Messie.

Car la nature est une image de la grâce et les miracles visibles sont image des invisibles : Ut sciatis, tibi dico Surge.

Is., 51 dit que la rédemption sera comme le passage de la mer Rouge.

Dieu a donc montré en la sortie d’Égypte, de la mer, en la défaite des rois, en la manne, en toute la généalogie d’Abraham, qu’il était capable de sauver, de faire descendre le pain du ciel, de sorte que ce peuple ennemi est la figure et représentation du même Messie qu’ils ignorent, etc.

Il nous a donc appris enfin que toutes ces choses n’étaient que figures et ce que c’est que vraiment libre, vrai Israélite, vraie circoncision, vrai pain du ciel, etc.

——

Dans ces promesses‑là chacun trouve ce qu’il a dans le fond de son cœur :

  • les biens temporels ou les biens spirituels,
  • Dieu ou les créatures ;

mais avec cette différence que

  • ceux qui y cherchent les créatures les y trouvent, mais avec plusieurs contradictions, avec la défense de les aimer, avec l’ordre de n’adorer que Dieu et de n’aimer que lui, ce qui n’est qu’une même chose, et qu’enfin il n’est point venu Messie pour eux. Au lieu que
  • ceux qui y cherchent Dieu le trouvent, et sans aucune contradiction, avec commandement de n’aimer que lui, et qu’il est venu un Messie dans le temps prédit pour leur donner les biens qu’ils demandent.

——

Ainsi les Juifs avaient des miracles, des prophéties qu’ils voyaient accomplir. Et la doctrine de leur loi était de n’adorer et de n’aimer qu’un Dieu. Elle était aussi perpétuelle. Ainsi elle avait toutes les marques de la vraie religion : aussi elle l’était, mais il faut distinguer la doctrine des Juifs d’avec la doctrine de la loi des Juifs. Or la doctrine des Juifs n’était pas vraie, quoiqu’elle eût les miracles, les prophéties et la perpétuité, parce qu’elle n’avait pas cet autre point de n’adorer et n’aimer que Dieu.

——

Kirkerus.

Usserius.

2 Trackbacks

  1. By Pascal, Pensées, S 1–114 « Polytropy on May 18, 2021 at 6:14 pm

    […] 720–38 […]

  2. By Pascal, Pensées, S 739–754 « Polytropy on May 25, 2021 at 10:27 am

    […] « Pascal, Pensées, S 720–738 […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: