Pascal, Pensées, S 452–90

Index for this series

Of this reading, of Pensées Diverses I, a theme is—no theme! There is no general ruleIl n’y a point de règle générale—in the following matters.

  1. Repetition in writing (1–452–468–515–48).

  2. Rule of one (the pope) or many over the church (1–452–468–516–468 and 20–473–487).

  3. The mean position is best (In 1–452–468–518–378), but in the second reading (77–117–83–327), those with middling knowledge are worst.

  4. The mean position may be best only in that the masses, la pluralité, consider mediocrity best. The masses also obey laws and customs, believing them reasonable, just, and true; when the only real reason to obey them is that they are customary (2–454–469–525–325).

  5. Whether all is uncertain (1–453–468–521–387).

  6. Justice: j’ai connu que notre nature n’était qu’un continuel changement et je n’ai plus changé depuis (1–453–468–520–375).

  7. Being bad can be easy, or else too hard for any but those who have an extraordinary greatness of soul (2–454–469–526–408).

  8. One may argue from the particular to the general, or the other way (2–454–469–527–40).

  9. Both speech and silence influence others’ judgment (2–454–469–529–105).

  10. Whether fantaisie (fancy) is like or contrary to sentiment (feeling) (3–455–470–530–274)

  11. Whether a mountain is a molehill (4–456–471–531–85 and 8–461–475–551–84).

  12. Pascal’s own thoughts, at least about Pyrrhonism (5–457–472–532–373).

  13. Pascal wrote Ceux qui jugent d’un ouvrage sans règle sont à l’égard des autres comme ceux qui ont une montre à l’égard des autres (5–457–472–534–5), but may have meant an opposite, par règle or n’ont pas de montre.

  14. How to apply all of the rules (6–458–473–540–380):

    Toutes les bonnes maximes sont dans le monde ; on ne manque qu’à les appliquer … Il n’y a point de bornes dans les choses. Les lois en veulent mettre, et l’esprit ne peut le souffrir.

  15. As God will pardon the convert, the parables make it difficult to be one (7–460–474–548–779) (but Jesus condemns none without a hearing 7–460–474–549–780, unlike Peter 8–461–475–550–744).

  16. Pace Descartes, science is not all (9–462–476–553–76).

  17. Antitheses (13–466–480–559–27).

  18. Whether “all” means all (21–474–488–571–775).

  19. Whether all rules have exceptions (24–477–491–574–263).

  20. Interpreting scripture (25–478–492–575–651).

  21. What to do in general, there being no certainty (27–480–494–577–234).

  22. Symmetry, Fondée sur ce qu’il n’y a pas de raison de faire autrement (29–482–496–580–28).

  23. Whether “guess” (deviner) means guess (32–485–499–583–56).

The quintuplets of numbers are fragment number (1–37) within Pensées Diverses I as Descotes and Proust present it, followed by the serial numbers of

Sellier–Le Guern–Lafuma–Brunschvicg.

I continue an analysis of the reading. From what has already been observed, skepticism, Pyrrhonism, is a theme, though it is named only in

  • 1–452–468–518–378 (the mean)

  • 1–453–468–520–375 (we change continually)

  • 1–453–468–521–387 (whether all is uncertain)

  • 5–457–472–532–373 (Pascal’s thoughts)

Pascal mentions a couple of times what “lays hold of us” (nous tiennent or tiennent à nous):

  • cacher son peu de bien (4–456–471–531–85)
  • des vices (5–457–472–535–102)

Jesus is the theme of Fragment n° 7 / 37.

There are many complementary or contrasting pairs:

  1. fancy and feeling (3–455–470–530–274 as above)

  2. the public and private faces of Plato and Aristotle (5–457–472–533–331)

  3. force and opinion (10–463–477–554–303)

  4. speaking and writing (11–464–478–555–47)

  5. letters and words (12–465–479–557–45)

  6. cross and tomb (14–467–481–560–552)

  7. good and bad fortune (15–468–482–561–173)

  8. the righteous who think themselves sinners and the sinners who think themselves righteous (16–469–483–562–534)

  9. Pagans and prophets, with regard to the Jews (17–470–484–563–886, as below)

  10. hate and love, being in us and not being ourselves (18–471–485–564–485)

  11. pagans and Muhammad, with regard to Jesus Christ (18–471–485–565–591)

  12. unity and multitude (20–473–487–567–874)

  13. Pope and tyrant (20–473–487–569–872)

  14. Jesus Christ and

    • Joseph (21–474–488–570–768)
    • Adam (36–489–503–590–656)
  15. being, and being only, a figure, like the synagogue (23–476–490–573–646)

  16. Les deux raisons contraires (26–479–493–576–567)

  17. concerning uncertainty (27–480–494–577–234):

    • religion, and that there will be a tomorrow;
    • reason (or cause) and effect;
    • body and mind (or spirit)
  18. portrait and tableau (28–481–495–578–26)

  19. words: versé and renversé; répandre and verser (29–482–496–579–53)

  20. Scaramouche and Le docteur (30–483–497–581–12)

  21. redundancies:

    • « J’ai l’esprit plein d’inquiétude » and « je suis plein d’inquiétude » (32–485–499–583–56)

    • poetic beauty and geometric or medicinal beauty (33–486–500–586–33; we supposedly do not speak of the latter, so apparently all beauty is poetic)

  22. regarding eloquence (32–485–499–584–15):

    • sweetness (or perhaps unctuousness) and authority
    • tyrant and king
  23. concerning un certain modèle d’agrément et de beauté (33–486–500–585–32):

    • weakness and strength in our nature
    • our nature and what pleases us
  24. specialists (poets, mathematicians, geometers) and les gens universels (33–486–500–587–34)

  25. regarding the origin of faith as a gift: God and reasoning (34–487–501–588–279)

  26. regarding the Jews (35–488–502–589–704):

    • the devil and they before and after Jesus Christ
    • they mocked and the Christians persecuted by the Gentiles
  27. terrorizing and teaching (37–490–504–591–186)

Elect and reprobate:

  • they are ignorant of their virtues and crimes (7–460–474–546–515),

  • scriptural obscurities are good and bad for them (19–472–486–566–575),

  • they may be crucified for the same crimes (21–474–488–570–768).

Tant s’en faut“so far from”:

  • (1–452–468–518–378) La grandeur de l’âme humaine consiste à savoir s’y tenir tant s’en faut

    • que la grandeur soit à en sortir
    • qu’elle est à n’en point sortir.
  • (17–470–484–563–886, to the prophet) Et tant s’en faut

    • que les Israélites eussent droit de lui dire : vous parlez comme les payens,
    • qu’il fait sa plus grande force sur ce que les payens parlent comme lui.

The present reading of Pascal’s Pensées is respectively

  • Sellier 452–90 (39 fragments),

  • Lafuma 515–91, série XXIII (77 fragments),

  • Le Guern 468–504, série XXIII (37 fragments),

  • Descotes and Proust, Pensées Diverses I (37 fragments).

To obtain the text below, I start with the online text of Philippe Misandeau. Section heads are linked to the corresponding pages of Les Pensées de Blaise Pascal.

Unfortunately Misandeau’s text has some corruption, and indeed he does note, Ce texte numérisé n’est peut-être pas exempt de quelques erreurs (PhM). For example, the tire is missing from 478–555–47:

Il y en a qui parlent bien et qui n’écrivent bien. C’est que le lieu, l’assistance les échauffe et tire de leur esprit plus qu’ils n’y trouvent sans cette chaleur.

There were earlier examples, but I just silently made the corrections against Descotes and Proust’s site.

Pensées Diverses I

Fragment n° 1 / 37

452–468–515–48

Miscellanea.

Quand dans un discours se trouvent des mots répétés et qu’essayant de les corriger on les trouve si propres qu’on gâterait le discours il les faut laisser, c’en est la marque. Et c’est là la part de l’envie qui est aveugle et qui ne sait pas que cette répétition n’est pas faute en cet endroit, car il n’y a point de règle générale.

(452)–(468)–516–880

(Pape) On aime la sûreté, on aime que le pape soit infaillible en la foi, et que les docteurs graves le soient dans les moeurs, afin d’avoir son assurance.

(452)–(468)–517–869

Si saint Augustin venait aujourd’hui et qu’il fût aussi peu autorisé que ses défenseurs il ne ferait rien. Dieu conduit bien son Église de l’avoir envoyé devant avec autorité.

(452)–(468)–518–378

Pyrrh.

L’extrême esprit est accusé de folie comme l’extrême défaut ; rien que la médiocrité n’est bon : c’est la pluralité qui a établi cela et qui mord quiconque s’en échappe par quelque bout que ce soit. Je ne m’y obstinerai pas, je consens bien qu’on m’y mette et me refuse d’être au bas bout, non pas parce qu’il est bas, mais parce qu’il est bout, car je refuserais de même qu’on me mît au haut. C’est sortir de l’humanité que de sortir du milieu.

La grandeur de l’âme humaine consiste à savoir s’y tenir tant s’en faut que la grandeur soit à en sortir qu’elle est à n’en point sortir.

The same Latin verb fallō “cheat, deceive, disappoint, escape notice” yields

  • falloir “be needed” etc.,

  • faillir “just miss” etc.

That which is needed can be necessary and thus true; or missing the mark and thus false. With tant s’en faut (used also in 17–470–484–563–886), apparently the latter is meant. Trotter:

The greatness of the human soul consists in knowing how to preserve the mean. So far from greatness consisting in leaving it, it consists in not leaving it.

But see also the discussion of extremes in the second reading, 117–83–327:

Le monde juge bien des choses, car il est dans l’ignorance naturelle … L’autre extrémité est celle où arrivent les grandes âmes … Ceux d’entre deux … troublent le monde et jugent mal de tout.

453–(468)–519–70

[Nature ne peut …]

[La nature nous a si bien mis au milieu que si nous changeons un côté de la balance nous changeons aussi l’autre.]

« Je faisons » , zoa trekei [ζῷα τρέχει, les animaux courent].

[Cela me fait croire qu’il y a des ressorts dans notre tête qui sont tellement disposés que qui touche l’un touche aussi le contraire.]

(453)–(468)–520–375

[J’ai passé longtemps de ma vie en croyant qu’il y avait une justice et en cela je ne me trompais pas, car il y en a selon que Dieu nous l’a voulu révéler, mais je ne le prenais pas ainsi et c’est en quoi je me trompais, car je croyais que notre justice était essentiellement juste, et que j’avais de quoi la connaître et en juger, mais je me suis trouvé tant de fois en faute de jugement droit, qu’enfin je suis entré en défiance de moi et puis des autres.

J’ai vu tous les pays et hommes changeants. Et ainsi après bien des changements de jugement touchant la véritable justice j’ai connu que notre nature n’était qu’un continuel changement et je n’ai plus changé depuis. Et si je changeais je confirmerais mon opinion. Le pyrrhonien Arcésilas qui redevient dogmatique.]

Skepticism confirms itself, unless it defeats itself! See “Reason in Pascal,” as well as the next short fragment.

(453)–(468)–521–387

[Il se peut faire qu’il y ait de vraies démonstrations, mais cela n’est pas certain.]

[Aussi cela ne montre autre chose sinon qu’il n’est pas certain que tout soit incertain. À la gloire du pyrrhonisme.]

(453)–(468)–522–140

[Cet homme si affligé de la mort de sa femme et de son fils unique, qui a cette grande querelle qui le tourmente, d’où vient qu’à ce moment il n’est point triste et qu’on le voit si exempt de toutes ces pensées pénibles et inquiétantes ? Il ne faut pas s’en étonner. On vient de lui servir une balle et il faut qu’il la rejette à son compagnon. Il est occupé à la prendre à la chute du toit pour gagner une chasse. Comment voulez-vous qu’il pense à ses affaires ayant cette autre affaire à manier ? Voilà un soin digne d’occuper cette grande âme et de lui ôter toute autre pensée de l’esprit. Cet homme né pour connaître l’univers, pour juger de toutes choses, pour régler tout un État, le voilà occupé et tout rempli du soin de prendre un lièvre. Et s’il ne s’abaisse à cela et veuille toujours être tendu il n’en sera que plus sot, parce qu’il voudra s’élever au-dessus de l’humanité et il n’est qu’un homme au bout du compte, c’est-à-dire capable de peu et de beaucoup, de tout et de rien. Il n’est ni ange ni bête, mais homme.]

See Divertissement in the second reading, 168–136–139; or the next fragment below, which says why diversion works.

(453)–(468)–523–145

[Une seule pensée nous occupe ; nous ne pouvons penser à deux choses à la fois, dont bien nous prend, selon le monde non selon Dieu.]

(453)–(468)–524–853

[Il faut sobrement juger des ordonnances divines, mon Père. Saint Paul en l’île de Malte.]

Fragment n° 2 / 37

454–469–525–325

Montaigne a tort. La coutume ne doit être suivie que parce qu’elle est coutume, et non parce qu’elle est raisonnable ou juste, mais le peuple la suit par cette seule raison qu’il la croit juste. Sinon il ne la suivrait plus quoiqu’elle fût coutume, car on ne veut être assujetti qu’à la raison ou à la justice. La coutume sans cela passerait pour tyrannie, mais l’empire de la raison et de la justice n’est non plus tyrannique que celui de la délectation. Ce sont les principes naturels à l’homme.

Il serait donc bon qu’on obéit aux lois et coutumes parce qu’elles sont lois [par là on ne se révolterait jamais, mais on ne s’y voudrait peut-être pas soumettre, on chercherait toujours la vraie] ; qu’il sût qu’il n’y en a aucune vraie et juste à introduire, que nous n’y connaissons rien et qu’ainsi il faut seulement suivre les reçues. Par ce moyen on ne les quitterait jamais. Mais le peuple n’est pas susceptible de cette doctrine, et ainsi comme il croit que la vérité se peut trouver et qu’elle est dans les lois et coutumes il les croit et prend leur antiquité comme une preuve de leur vérité [et non de leur seule autorité (téméraire) sans (raison) vérité]. Ainsi il y obéit mais il est sujet à se révolter dès qu’on lui montre qu’elles ne valent rien, ce qui se peut faire voir de toutes en les regardant d’un certain côté.

(454)–(469)–526–408

Le mal est aisé. Il y en a une infinité, le bien presque unique. Mais un certain genre de mal est aussi difficile à trouver que ce qu’on appelle bien, et souvent on fait passer pour bien à cette marque ce mal particulier. Il faut même une grandeur extraordinaire d’âme pour y arriver aussi bien qu’au bien.

(454)–(469)–527–40

Les exemples qu’on prend pour prouver d’autres choses, si on voulait prouver les exemples on prendrait les autres choses pour en être les exemples. Car comme on croit toujours que la difficulté est à ce qu’on veut prouver on trouve les exemples plus clairs et aidant à le montrer.

Ainsi quand on veut montrer une chose générale il faut en donner la règle particulière d’un cas, mais si on veut montrer un cas particulier il faudra commencer par la règle (générale). Car on trouve toujours obscure la chose que l’on veut prouver et claire celle qu’on emploie à la preuve, car quand on propose une chose à prouver, d’abord on se remplit de cette imagination qu’elle est donc obscure, et au contraire que celle qui la doit prouver est claire, et ainsi on l’entend aisément.

(454)–(469)–528–57

Je me suis mal trouvé de ces compliments : je vous ai bien donné de la peine, je crains de vous ennuyer, je crains que cela soit trop long. Ou on entraîne, ou on irrite.

(454)–(469)–529–105

Qu’il est difficile de proposer une chose au jugement d’un autre sans corrompre son jugement par la manière de la lui proposer. Si on dit : je le trouve beau, je le trouve obscur ou autre chose semblable, on entraîne l’imagination à ce jugement ou on l’irrite au contraire. Il vaut mieux ne rien dire et alors il juge selon ce qu’il est, c’est-à-dire selon ce qu’il est alors, et selon que les autres circonstances dont on n’est pas auteur y auront mis. Mais au moins on n’y aura rien mis, si ce n’est que ce silence n’y fasse aussi son effet, selon le tour et l’interprétation qu’il sera en humeur de lui donner, ou selon qu’il le conjecturera des mouvements et air du visage, ou du ton de voix selon qu’il sera physionomiste, tant il est difficile de ne point démonter un jugement de son assiette naturelle, ou plutôt tant il en a peu de ferme et stable.

Fragment n° 3 / 37

455–470–530–274

Tout notre raisonnement se réduit à céder au sentiment.

Mais la fantaisie est semblable et contraire au sentiment ; de sorte qu’on ne peut distinguer entre ces contraires.

L’un dit que mon sentiment est fantaisie, l’autre que sa fantaisie est sentiment. Il faudrait avoir une règle. La raison s’offre mais elle est ployable à tous sens.

Et ainsi il n’y en a point.

Fragment n° 4 / 37

456–471–531–85

Ces choses qui nous tiennent le plus, comme de cacher son peu de bien, ce n’est souvent presque rien. C’est un néant que notre imagination grossit en montagne ; un autre tour d’imagination nous le fait découvrir sans peine.

Fragment n° 5 / 37

457–472–532–373

Pyrr.

J’écrirai ici mes pensées sans ordre et non pas peut-être dans une confusion sans dessein. C’est le véritable ordre et qui marquera toujours mon objet par le désordre même.

Je ferais trop d’honneur à mon sujet si je le traitais avec ordre puisque je veux montrer qu’il en est incapable.

This comment perhaps is not general, but refers to the subject of Pyrrhonism!

(457)–(472)–533–331

On ne s’imagine Platon et Aristote qu’avec de grandes robes de pédants. C’étaient des gens honnêtes et comme les autres, riant avec leurs amis. Et quand ils se sont divertis à faire leurs lois et leurs politiques ils l’ont fait en se jouant. C’était la partie la moins philosophe et la moins sérieuse de leur vie ; la plus philosophe était de vivre simplement et tranquillement. S’ils ont écrit de politique c’était comme pour régler un hôpital de fous. Et s’ils ont fait semblant d’en parler comme d’une grande chose c’est qu’ils savaient que les fous à qui ils parlaient pensaient être rois et empereurs. Ils entrent dans leurs principes pour modérer leur folie au moins mal qu’il se peut.

Compare Thoreau in Walden:

Most of the luxuries, and many of the so called comforts of life, are not only not indispensable, but positive hindrances to the elevation of mankind. With respect to luxuries and comforts, the wisest have ever lived a more simple and meagre life than the poor. The ancient philosophers, Chinese, Hindoo, Persian, and Greek, were a class than which none has been poorer in outward riches, none so rich in inward. We know not much about them. It is remarkable that we know so much of them as we do. The same is true of the more modern reformers and benefactors of their race. None can be an impartial or wise observer of human life but from the vantage ground of what we should call voluntary poverty. Of a life of luxury the fruit is luxury, whether in agriculture, or commerce, or literature, or art. There are nowadays professors of philosophy, but not philosophers. Yet it is admirable to profess because it was once admirable to live. To be a philosopher is not merely to have subtle thoughts, nor even to found a school, but so to love wisdom as to live according to its dictates, a life of simplicity, independence, magnanimity, and trust. It is to solve some of the problems of life, not only theoretically, but practically. The success of great scholars and thinkers is commonly a courtier-like success, not kingly, not manly. They make shift to live merely by conformity, practically as their fathers did, and are in no sense the progenitors of a nobler race of men. But why do men degenerate ever? What makes families run out? What is the nature of the luxury which enervates and destroys nations? Are we sure that there is none of it in our own lives? The philosopher is in advance of his age even in the outward form of his life. He is not fed, sheltered, clothed, warmed, like his contemporaries. How can a man be a philosopher and not maintain his vital heat by better methods than other men?

(457)–(472)–534–5

Ceux qui jugent d’un ouvrage sans règle sont à l’égard des autres comme ceux qui ont une montre à l’égard des autres. L’un dit : il y a deux heures ; l’autre dit : il n’y a que trois quarts d’heure. Je regarde ma montre et je dis à l’un : vous vous ennuyez, et à l’autre : le temps ne vous dure guère, car il y a une heure et demie. Et je me moque de ceux qui disent que le temps me dure à moi et que j’en juge par fantaisie.

Ils ne savent pas que j’en juge par ma montre.

Some editors think sans règle should be par règle or qui ont une montre should be qui n’ont pas de montre.

(457)–(472)–535–102

Il y a des vices qui ne tiennent à nous que par d’autres, et qui en ôtant le tronc s’emportent comme des branches.

Fragment n° 6 / 37

458–473–536–579

Dieu et (les apôtres) prévoyant que les semences d’orgueil feraient naître les hérésies et ne voulant pas leur donner occasion de naître par des termes propres a mis dans l’Écriture, et les prières de l’église, des mots et des semences contraires pour produire leurs fruits dans le temps.

De même qu’il donne dans la morale la charité qui produit des fruits contre la concupiscence.

(458)–(473)–537–407

Quand la malignité a la raison de son côté elle devient fière et étale la raison en tout son lustre.

Quand l’austérité ou le choix sévère n’a pas réussi au vrai bien et qu’il faut revenir à suivre la nature elle devient fière par ce retour.

(458)–(473)–538–531

  • Celui qui sait la volonté de son maître sera battu de plus de coups
    à cause du pouvoir qu’il a par la connaissance ;

  • « Qui justus est justificetur adhuc » ,
    à cause du pouvoir qu’il a par la justice.

  • « À celui qui a le plus reçu sera le plus grand compte demandé »
    à cause du pouvoir qu’il a par le secours.

For the first and third clauses, Luke 12:47, 48; for the second, Revelation 22:11.

Luke 12:

42 And the Lord said, Who then is that faithful and wise steward, whom his lord shall make ruler over his household, to give them their portion of meat in due season?

43 Blessed is that servant, whom his lord when he cometh shall find so doing.

44 Of a truth I say unto you, that he will make him ruler over all that he hath.

45 But and if that servant say in his heart, My lord delayeth his coming; and shall begin to beat the menservants and maidens, and to eat and drink, and to be drunken;

46 The lord of that servant will come in a day when he looketh not for him, and at an hour when he is not aware, and will cut him in sunder, and will appoint him his portion with the unbelievers.

47 And that servant, which knew his lord’s will, and prepared not himself, neither did according to his will, shall be beaten with many stripes.

48 But he that knew not, and did commit things worthy of stripes, shall be beaten with few stripes. For unto whomsoever much is given, of him shall be much required: and to whom men have committed much, of him they will ask the more.

Revelation 22:

8 And I John saw these things, and heard them. And when I had heard and seen, I fell down to worship before the feet of the angel which shewed me these things.

9 Then saith he unto me, See thou do it not: for I am thy fellowservant, and of thy brethren the prophets, and of them which keep the sayings of this book: worship God.

10 And he saith unto me, Seal not the sayings of the prophecy of this book: for the time is at hand.

11 He that is unjust, let him be unjust still: and he which is filthy, let him be filthy still: and he that is righteous, let him be righteous still: and he that is holy, let him be holy still.

12 And, behold, I come quickly; and my reward is with me, to give every man according as his work shall be.

13 I am Alpha and Omega, the beginning and the end, the first and the last.

(458)–(473)–539–99

Il y a une différence universelle et essentielle entre les actions de la volonté et toutes les autres.

La volonté est un des principaux organes de la créance, non qu’elle forme la créance, mais parce que les choses sont vraies ou fausses selon la face par où on les regarde. La volonté qui se plaît à l’une plus qu’à l’autre détourne l’esprit de considérer les qualités de celle qu’elle n’aime pas à voir, et ainsi l’esprit marchant d’une pièce avec la volonté s’arrête à regarder la face qu’elle aime et ainsi il en juge par ce qu’il y voit.

This is perhaps a variant or precursor of

  • the idea that reason is slave to the passions,

  • the warning to be careful what you wish for.

Créance corresponds in meaning and origin with both credence and credit (from the point of view of the creditor, to whom it is a debt owed).

(458)–(473)–540–380

Toutes les bonnes maximes sont dans le monde ; on ne manque qu’à les appliquer.

Par exemple, on ne doute pas qu’il ne faille exposer sa vie pour défendre le bien public, et plusieurs le font ; mais pour la religion point.

Il est nécessaire qu’il y ait de l’inégalité parmi les hommes, cela est vrai ; mais cela étant accordé voilà la porte ouverte non seulement à la plus haute domination mais à la plus haute tyrannie.

Il est nécessaire de relâcher un peu l’esprit, mais cela ouvre la porte aux plus grands débordements.

Qu’on en marque les limites. Il n’y a point de bornes dans les choses. Les lois en veulent mettre, et l’esprit ne peut le souffrir.

Figuring out when to apply the maxims is the whole challenge. See 477–491–574–263 below, « Il n’y a point, dit-on, de règle qui n’ait quelque exception ni de vérité si générale qui n’ait quelque face par où elle manque. » Meanwhile, compare Collingwood, The New Leviathan (1942):

16. 63. Regularian explanations, like utilitarian explanations, are at best partial explanations. They never explain why a man does this act; they only explain why he does an act of this kind, one of the alternative actions specified by the rule. If, like Kant, you call a rule ‘an imperative’, you must add that there can be no such thing as a ‘categorical imperative’. Rules as such are disjunctive. No rule ever bids you ‘do this and nothing else.’ Any rule bids you, if and when certain conditions arise, ‘do this or this or this’ … any act, no matter what, conforming with the general type laid down by the terms of the rule.

16. 64. But we need not make things out worse than they are. A good deal of fuss has been made over the fact that one rule may conflict with another. If ‘right’ means ‘according to rule’, as it does (16. 15), the same action may be both right and wrong, according as it is judged by different rules; and, since it is thought (1 do not know why) that the same action cannot really be both right and wrong, either right action is impossible or else ‘right’ cannot mean ‘according to rule’.

459–(473)–541–120

[Nature diversifie et imite.]

Artifice imite et diversifie.

(459)–(473)–542–370

Hasard donne les pensées, et hasard les ôte. Point d’art pour conserver ni pour acquérir.

Pensée échappée je la voulais écrire ; j’écris au lieu qu’elle m’est échappée.

Writing is an elixir of reminding—Socrates in the Phaedrus.

(459)–(473)–543–938

[Digression.]

[Tours menus, cela sied.]

[M’en voulez-vous de me bien garer les Pères, et les …]

[Je les ai relevés depuis, car je ne les avais pas su …]

Fragment n° 7 / 37

460–474–544–778

« Omnis judaeae regio, et Jerosolimitae universi et baptisabantur » , à cause de toutes les conditions d’hommes qui y venaient.

Des pierres peuvent être enfants d’Abraham.

Mark 1:

4 John did baptize in the wilderness, and preach the baptism of repentance for the remission of sins.

5 And there went out unto him all the land of Judaea, and they of Jerusalem, and were all baptized of him in the river of Jordan, confessing their sins.

Matthew 3:

4 And the same John had his raiment of camel’s hair, and a leathern girdle about his loins; and his meat was locusts and wild honey.

5 Then went out to him Jerusalem, and all Judaea, and all the region round about Jordan,

6 And were baptized of him in Jordan, confessing their sins.

7 But when he saw many of the Pharisees and Sadducees come to his baptism, he said unto them, O generation of vipers, who hath warned you to flee from the wrath to come?

8 Bring forth therefore fruits meet for repentance:

9 And think not to say within yourselves, We have Abraham to our father: for I say unto you, that God is able of these stones to raise up children unto Abraham.

(460)–(474)–545–458

« Tout ce qui est au monde est

  • concupiscence de la chair ou

  • concupiscence des yeux ou

  • orgueil de la vie. »

« Libido sentiendi, libido sciendi, libido dominandi. » Malheureuse la terre de malédiction que ces trois fleuves de feu embrasent plutôt qu’ils n’arrosent. Heureux ceux qui étant sur ces fleuves, non pas plongés, non pas entraînés, mais immobilement affermis sur ces fleuves, non pas debout, mais assis, dans une assiette basse et sûre, d’où ils ne se relèvent pas avant la lumière, mais après s’y être reposés en paix, tendent la main à celui qui les doit élever pour les faire tenir debout et fermes dans les porches de la sainte Jérusalem où l’orgueil ne pourra plus les combattre et les abattre, et qui cependant pleurent, non pas de voir écouler toutes les choses périssables que ces torrents entraînent, mais dans le souvenir de leur chère patrie de la Jérusalem céleste, dont ils se souviennent sans cesse dans la longueur de leur exil.

See Les 3 concupiscences in the second reading, 178–145–461.

(460)–(474)–546–515

  • Les élus ignoreront leurs vertus et
  • les réprouvés [ignoreront] la grandeur de leurs crimes.

« Seigneur quand t’avons-nous vu avoir faim, soif, etc. »

The sheep and the goats, Matthew 25; I thought this was relevant to the two crosses in the last reading, 449–901–841.

34 Then shall the King say unto them on his right hand, Come, ye blessed of my Father, inherit the kingdom prepared for you from the foundation of the world:

35 For I was an hungred, and ye gave me meat: I was thirsty, and ye gave me drink: I was a stranger, and ye took me in:

36 Naked, and ye clothed me: I was sick, and ye visited me: I was in prison, and ye came unto me.

37 Then shall the righteous answer him, saying, Lord, when saw we thee an hungred, and fed thee? or thirsty, and gave thee drink?

38 When saw we thee a stranger, and took thee in? or naked, and clothed thee?

39 Or when saw we thee sick, or in prison, and came unto thee?

40 And the King shall answer and say unto them, Verily I say unto you, Inasmuch as ye have done it unto one of the least of these my brethren, ye have done it unto me.

(460)–(474)–547–784

Jésus-Christ n’a point voulu du témoignage des démons ni de ceux qui n’avaient pas vocation, mais de Dieu et Jean Baptiste.

(460)–(474)–548–779

Si on se convertissait Dieu guérirait et pardonnerait.

« Ne convertantur et sanem eos. Isaïe. Et dimittantur eis peccata. » Marc III.

The correct reference is said to be Mark 4:

10 And when he was alone, they that were about him with the twelve asked of him the parable.

11 And he said unto them, Unto you it is given to know the mystery of the kingdom of God: but unto them that are without, all these things are done in parables:

12 That seeing they may see, and not perceive; and hearing they may hear, and not understand; lest at any time they should be converted, and their sins should be forgiven them.

(460)–(474)–549–780

Jésus-Christ n’a jamais condamné sans ouïr.

À Judas : « amice ad quid venisti. » À celui qui n’avait pas la robe nuptiale, de même.

Matthew 22:

11 And when the king came in to see the guests, he saw there a man which had not on a wedding garment:

12 And he saith unto him, Friend, how camest thou in hither not having a wedding garment? And he was speechless.

13 Then said the king to the servants, Bind him hand and foot, and take him away, and cast him into outer darkness; there shall be weeping and gnashing of teeth.

14 For many are called, but few are chosen.

Matthew 26:

48 Now he that betrayed him gave them a sign, saying, Whomsoever I shall kiss, that same is he: hold him fast.

49 And forthwith he came to Jesus, and said, Hail, master; and kissed him.

50 And Jesus said unto him, Friend, wherefore art thou come? Then came they, and laid hands on Jesus, and took him.

Fragment n° 8 / 37

461–475–550–744

« Priez de peur d’entrer en tentation. » Il est dangereux d’être tenté. Et ceux qui le sont c’est parce qu’ils ne prient pas.

« Et tu conversus confirma fratres tuos, mais aupavant conversus Jesus respexit Petrum. »

Saint Pierre demande permission de frapper Malchus. Et frappe devant que d’ouïr la réponse. Jésus-Christ répond après.

Le mot de Galilée que la foule des Juifs prononça comme par hasard en accusant Jésus-Christ devant Pilate donna sujet à Pilate d’envoyer Jésus-Christ à Hérode. En quoi fut accompli le mystère qu’il devait être jugé par les Juifs et les gentils. Le hasard en apparence fut la cause de l’accomplissement du mystère.

Luke 22:

31 And the Lord said, Simon, Simon, behold, Satan hath desired to have you, that he may sift you as wheat:

32 But I have prayed for thee, that thy faith fail not: and when thou art converted, strengthen thy brethren.

33 And he said unto him, Lord, I am ready to go with thee, both into prison, and to death.

34 And he said, I tell thee, Peter, the cock shall not crow this day, before that thou shalt thrice deny that thou knowest me.

49 When they which were about him saw what would follow, they said unto him, Lord, shall we smite with the sword?

50 And one of them smote the servant of the high priest, and cut off his right ear.

51 And Jesus answered and said, Suffer ye thus far. And he touched his ear, and healed him.

61 And the Lord turned, and looked upon Peter. And Peter remembered the word of the Lord, how he had said unto him, Before the cock crow, thou shalt deny me thrice.

62 And Peter went out, and wept bitterly.

(461)–(475)–551–84

L’imagination grossit les petits objets jusqu’à en remplir notre âme par une estimation fantastique, et par une insolence téméraire elle amoindrit les grands jusqu’à sa mesure, comme en parlant de Dieu.

(461)–(475)–552–107

Lustravit lampade terras. Le temps et mon humeur ont peu de liaison : j’ai mes brouillards et mon beau temps au-dedans de moi. Le bien et le mal de mes affaires mêmes y fait peu. Je m’efforce quelquefois de moi‑même contre la fortune. La gloire de la dompter me la fait dompter gaiement, au lieu que je fais quelquefois le dégoûté dans la bonne fortune.

Fragment n° 9 / 37

462–476–553–76

Écrire contre ceux qui approfondissent trop les sciences. Descartes.

Fragment n° 10 / 37

463–477–554–303

La force est la reine du monde, et non pas l’opinion. Mais l’opinion est celle qui use de la force.

C’est la force qui fait l’opinion. La mollesse est belle selon notre opinion. Pourquoi ? parce que qui voudra danser sur la corde sera seul, et je ferai une cabale plus forte de gens qui diront que cela n’est pas beau.

Fragment n° 11 / 37

464–478–555–47

Il y en a qui parlent bien et qui n’écrivent bien. C’est que le lieu, l’assistance les échauffe et tire de leur esprit plus qu’ils n’y trouvent sans cette chaleur.

(464)–(478)–556–371

[Quand j’étais petit je serrais mon livre et parce qu’il m’arrivait quelquefois … en croyant l’avoir serré je me défiais.]

Fragment n° 12 / 37

465–479–557–45

Les langues sont des chiffres où, non les lettres sont changées en lettres, mais les mots en mots. De sorte qu’une langue inconnue est déchiffrable.

(465)–(479)–558–114

La diversité est si ample que tous les tons de voix, tous les marchers, toussers, mouchers, éternuements [sont différents]. On distingue des fruits les raisins, et entre ceux-là les muscats, et puis Condrieu, et puis Desargues, et puis cette ente. Est-ce tout ? en a-t-elle jamais produit deux grappes pareilles, et une grappe a-t-elle deux grains pareils ? etc.

Je n’ai jamais jugé d’une chose exactement de même, je ne puis juger d’un ouvrage en le faisant. Il faut que je fasse comme les peintres et que je m’en éloigne, mais non pas trop. De combien donc ? Devinez …

La famille de Desargues est originaire de Condrieu. Il y possédait une vigne.

Fragment n° 13 / 37

466–480–559–27

Miscellanea.

Langage.

Ceux qui font les antithèses en forçant les mots sont comme ceux qui font de fausses fenêtres pour la symétrie.

Leur règle n’est pas de parler juste mais de faire des figures justes.

The antithesis of L’unité et la multitude is taken up below in 473–487–567–874. Meanwhile, on antithesis, Descotes and Proust cite several authors, including:

Klein Jacob, Greek mathematical thought and the origin of algebra, Dover, New York, 1992, p. 342. Antithesis means the transposition of terms from one side of the equation to the other, with accompanying change of sign.

Fragment n° 14 / 37

467–481–560–552

Sépulchre de Jésus-Christ

Jésus-Christ était mort mais vu sur la croix. Il est mort et caché dans le sépulchre.

Jésus-Christ n’a été enseveli que par des saints.

Jésus-Christ n’a fait aucuns miracles au sépulchre.

Il n’y a que des saints qui y entrent.

C’est là que Jésus-Christ prend une nouvelle vie, non sur la croix.

C’est le dernier mystère de la passion et de la rédemption.

[Jésus-Christ enseigne vivant, mort, enseveli, ressuscité.]

Jésus-Christ n’a point eu où se reposer sur la terre qu’au sépulchre.

Ses ennemis n’ont cessé de le travailler qu’au sépulchre.

Fragment n° 15 / 37

468–482–561–173

Ils disent que les éclipses présagent malheur parce que les malheurs sont ordinaires, de sorte qu’il arrive si souvent du mal qu’ils devinent souvent, au lieu que s’ils disaient qu’elles présagent bonheur ils mentiraient souvent. Ils ne donnent le bonheur qu’à des rencontres du ciel rares. Ainsi ils manquent peu souvent à deviner.

Fragment n° 16 / 37

469–483–562–534

Il n’y a que deux sortes d’hommes,

  • les uns justes qui se croient pécheurs,

  • les autres pécheurs qui se croient justes.

Fragment n° 17 / 37

470–484–563–886

Hérétiques.

Ézechiel.

Tous les payens disaient du mal d’Israël et le prophète aussi. Et tant s’en faut que les Israélites eussent droit de lui dire : vous parlez comme les payens, qu’il fait sa plus grande force sur ce que les payens parlent comme lui.

See above (1–452–468–518–378) on tant s’en faut.

Fragment n° 18 / 37

471–485–564–485

La vraie et unique vertu est donc de se haïr, car on est haïssable par sa concupiscence, et de chercher un être véritablement aimable pour l’aimer. Mais comme nous ne pouvons aimer ce qui est hors de nous, il faut aimer un être qui soit en nous, et qui ne soit pas nous. Et cela est vrai d’un chacun de tous les hommes. Or il n’y a que l’être universel qui soit tel. Le royaume de Dieu est en nous. Le bien universel est en nous, est nous-même et n’est pas nous.

Luke 17:

20 And when he was demanded of the Pharisees, when the kingdom of God should come, he answered them and said, The kingdom of God cometh not with observation:

21 Neither shall they say, Lo here! or, lo there! for, behold, the kingdom of God is within you.

(471)–(485)–565–591

—————( Jésus-Christ )———–

— Païens ————————- Mahomet —

————- Ignorance de Dieu ———–

Le texte est accompagné d’un dessin de la main de Pascal,
d’interprétation difficile.

Fragment n° 19 / 37

472–486–566–575

  • Tout tourne en bien pour les élus. Jusqu’aux obscurités de l’Écriture,
    car ils les honorent à cause des clartés divines. Et

  • tout tourne en mal pour les autres jusqu’aux clartés,
    car ils les blasphèment à cause des obscurités qu’ils n’entendent pas.

Editors separate the rest from Tout tourne en bien pour les élus, as in the manuscript.

Obscurité is feminine. Romans 8:

28 And we know that all things work together for good to them that love God, to them who are the called according to his purpose.

Fragment n° 20 / 37

473–487–567–874

Il ne faut pas juger de ce qu’est le pape par quelques paroles des Pères [comme disaient les Grecs dans un Concile. Règles importantes], mais par les actions de l’Église, et des Pères et par les canons.

L’unité et la multitude: Duo aut tres / In unum. Erreur à exclure l’un des deux, comme font les papistes qui excluent la multitude, ou les huguenots qui excluent l’unité.

The slash in Duo aut tres / In unum is in the manuscript (pdf). Sellier mentions Matthew 18:

19 Again I say unto you, That if two of you shall agree on earth as touching any thing that they shall ask, it shall be done for them of my Father which is in heaven.

20 For where two or three are gathered together in my name, there am I in the midst of them.

(473)–(487)–568–815

Il n’est pas possible de croire raisonnablement contre les miracles.

(473)–(487)–569–872

Le pape est premier. Quel autre est connu de tous, quel autre est reconnu de tous, ayant pouvoir d’insinuer dans tout le corps parce qu’il tient la maitresse branche qui s’insinue partout ?

Qu’il était aisé de faire dégénérer cela en tyrannie. C’est pourquoi Jésus-Christ leur a posé ce précepte : « Vos autem non sic. »

How could there be one united church, in a religion that needs four different accounts of the life of its nominal founder? Pascal alludes to the Last Supper, as in Luke 22 (ensuing events with Peter in Gethemene [unnamed as such by Luke] came up above in 461–475–550–744):

24 And there was also a strife among them, which of them should be accounted the greatest.

25 And he said unto them, The kings of the Gentiles exercise lordship over them; and they that exercise authority upon them are called benefactors.

26 But ye shall not be so: but he that is greatest among you, let him be as the younger; and he that is chief, as he that doth serve.

27 For whether is greater, he that sitteth at meat, or he that serveth? is not he that sitteth at meat? but I am among you as he that serveth.

Fragment n° 21 / 37

474–488–570–768

Jésus-Christ figuré par Joseph.

Innocent, bien aimé de son père, envoyé du père pour voir ses frères, est vendu par ses frères 20 deniers. Et par là devenu leur seigneur, leur sauveur et le sauveur des étrangers et le sauveur du monde. Ce qui n’eût point été sans le dessein de le perdre (et), la vente et la réprobation qu’ils en firent.

Dans la prison, Joseph, innocent, entre deux criminels. Jésus-Christ en la croix entre deux larrons. Il prédit le salut à l’un et la mort à l’autre sur les mêmes apparences. Jésus-Christ sauve les élus et damne les réprouvés sur les mêmes crimes. Joseph ne fait que prédire, Jésus-Christ fait. Joseph demande à celui qui sera sauvé qu’il se souvienne de lui quand il sera venu en sa gloire. Et celui que Jésus-Christ sauve lui demande qu’il se souvienne de lui quand il sera en son royaume.

Prefiguration, or typology: the Hebrew Bible has the types of which the Greek Bible has the antitypes. Wikipedia has a section on the type of Joseph. Whoever was the origin of the story in the Synoptic Gospels of the thieves crucified with Jesus, he must have (could have?) known Isaiah 53:

12 Therefore will I divide him a portion with the great, and he shall divide the spoil with the strong; because he hath poured out his soul unto death: and he was numbered with the transgressors; and he bare the sin of many, and made intercession for the transgressors.

This verse then becomes literary foreshadowing, even if verse 28 of Mark 15 was added only later:

25 And it was the third hour, and they crucified him.

26 And the superscription of his accusation was written over, THE KING OF THE JEWS.

27 And with him they crucify two thieves; the one on his right hand, and the other on his left.

28 And the scripture was fulfilled, which saith, And he was numbered with the transgressors.

29 And they that passed by railed on him, wagging their heads, and saying, Ah, thou that destroyest the temple, and buildest it in three days,

30 Save thyself, and come down from the cross.

(474)–(488)–571–775

Il y a

  • hérésie à expliquer toujours, omnes de tous, et

  • hérésie à ne le pas expliquer quelquefois de tous.

  • Bibite ex hoc omnes / les huguenots, hérétiques en l’expliquant de tous.

  • In quo omnes peccaverunt : les huguenots, hérétiques en exceptant les enfants des fidèles.

Il faut donc suivre les Pères et la tradition pour savoir quand, puisqu’il y a hérésie à craindre de part et d’autre.

Matthew 26:

26 And as they were eating, Jesus took bread, and blessed it, and brake it, and gave it to the disciples, and said, Take, eat; this is my body.

27 And he took the cup, and gave thanks, and gave it to them, saying, Drink ye all of it;

28 For this is my blood of the new testament, which is shed for many for the remission of sins.

29 But I say unto you, I will not drink henceforth of this fruit of the vine, until that day when I drink it new with you in my Father’s kingdom.

The English is ambiguous, but “all” means not “all of it,” but “all of you.” The Greek is Πίετε ἐξ αὐτοῦ πάντες.

Romans 5:

10 For if, when we were enemies, we were reconciled to God by the death of his Son, much more, being reconciled, we shall be saved by his life.

11 And not only so, but we also joy in God through our Lord Jesus Christ, by whom we have now received the atonement.

12 Wherefore, as by one man sin entered into the world, and death by sin; and so death passed upon all men, for that all have sinned:

13 (For until the law sin was in the world: but sin is not imputed when there is no law.

14 Nevertheless death reigned from Adam to Moses, even over them that had not sinned after the similitude of Adam’s transgression, who is the figure of him that was to come.

15 But not as the offence, so also is the free gift. For if through the offence of one many be dead, much more the grace of God, and the gift by grace, which is by one man, Jesus Christ, hath abounded unto many.

16 And not as it was by one that sinned, so is the gift: for the judgment was by one to condemnation, but the free gift is of many offences unto justification.

17 For if by one man’s offence death reigned by one; much more they which receive abundance of grace and of the gift of righteousness shall reign in life by one, Jesus Christ.)

Fragment n° 22 / 37

475–489–572–54

Miscellanea.

Façon de parler.

Je […] m’étais voulu appliquer à cela.

Fragment n° 23 / 37

476–490–573–646

La synagogue ne périssait point parce qu’elle était la figure.

Mais parce qu’elle n’était que la figure elle est tombée dans la servitude.

La figure a subsisté jusqu’à la vérité afin que l’Église fût toujours visible

  • ou dans la peinture qui la promettait

  • ou dans l’effet.

The figure of the synagogue came up twice in the last reading, 438–859–852 and 451–906–916. Before that, briefly in the fifth reading: 350–319–699 La synagogue a précédé l’Église, les Juifs les chrétiens. Les prophètes ont prédit les chrétiens. Saint Jean. Jésus-Christ.

Fragment n° 24 / 37

477–491–574–263

« Un miracle, dit-on, affermirait ma créance » , on le dit quand on ne le voit pas.

Les raisons qui, étant vues de loin, paraissent borner notre vue, mais quand on y est arrivé on commence à voir encore au-delà. Rien n’arrête la volubilité de notre esprit. « Il n’y a point, dit-on, de règle qui n’ait quelque exception ni de vérité si générale qui n’ait quelque face par où elle manque. » Il suffit qu’elle ne soit pas absolument universelle pour nous donner sujet d’appliquer l’exception au sujet présent, et de dire, « cela n’est pas toujours vrai, donc il y a des cas où cela n’est pas. » Il ne reste plus qu’à montrer que celui-ci en est et c’est à quoi on est bien maladroit ou bien malheureux si on ne trouve quelque joint.

See 458–473–540–380 above, Toutes les bonnes maximes sont dans le monde ; on ne manque qu’à les appliquer; and the quote from Collingwood on how “the same action may be both right and wrong, according as it is judged by different rules.”

Fragment n° 25 / 37

478–492–575–651

Extravagances des Apocalyptiques et préadamites, millénaristes, etc.

Qui voudra fonder des opinions extravagantes sur l’Écriture en fondera par exemple sur cela.

Il est dit que « cette génération ne passera point jusqu’à ce que tout cela se fasse. » Sur cela je dirai qu’après cette génération il viendra une autre génération et toujours successivement.

Il est parlé dans le II paralipomènes de Salomon et de roi comme si c’étaient deux personnes diverses. Je dirai que c’en étaient deux.

Luke 21:

29 And he spake to them a parable; Behold the fig tree, and all the trees;

30 When they now shoot forth, ye see and know of your own selves that summer is now nigh at hand.

31 So likewise ye, when ye see these things come to pass, know ye that the kingdom of God is nigh at hand.

32 Verily I say unto you, This generation shall not pass away, till all be fulfilled.

33 Heaven and earth shall pass away: but my words shall not pass away.

2 Chronicles 1:

14 And Solomon gathered chariots and horsemen: and he had a thousand and four hundred chariots, and twelve thousand horsemen, which he placed in the chariot cities, and with the king at Jerusalem.

Fragment n° 26 / 37

479–493–576–567

Les deux raisons contraires. Il faut commencer par là sans cela on n’entend rien, et tout est hérétique. Et même à la fin de chaque vérité il faut ajouter qu’on se souvient de la vérité opposée.

The Oui/Non antithesis at the end of the last reading may represent two contrary reasons concerning the same proposition, namely Jésus-Christ rédempteur de tous, which then is also relevant to the question above, 474–488–571–775, of what tous means anyway.

Otherwise, see Contrariétés from the second reading, not to mention the fragments in the first reading examined in “Reason in Pascal.”

Fragment n° 27 / 37

480–494–577–234

S’il ne fallait rien faire que pour le certain on ne devrait rien faire pour la religion, car elle n’est pas certaine. Mais combien de choses fait‑on pour l’incertain. Les voyages sur mer, les batailles. Je dis donc qu’il ne faudrait rien faire du tout, car rien n’est certain et qu’il y a plus de certitude à la religion que non pas que nous voyions le jour de demain.

Car il n’est pas certain que nous voyions demain, mais il est certainement possible que nous ne le voyions pas. On n’en peut pas dire autant de la religion. Il n’est pas certain qu’elle soit. Mais qui osera dire qu’il est certainement possible qu’elle ne soit pas ?

Or quand on travaille pour demain et pour l’incertain on agit avec raison, car on doit travailler pour l’incertain, par la règle des partis qui est démontrée.

——-

Saint Augustin a vu qu’on travaille pour l’incertain sur mer, en bataille, etc. Mais il n’a pas vu la règle des partis qui démontre qu’on le doit. Montaigne a vu qu’on s’offense d’un esprit boiteux et que la coutume peut tout, mais il n’a pas vu la raison de cet effet.

Toutes ces personnes ont vu les effets mais ils n’ont pas vu les causes. Ils sont à l’égard de ceux qui ont découvert les causes comme ceux qui n’ont que les yeux à l’égard de ceux qui ont l’esprit. Car les effets sont comme sensibles et les causes sont visibles seulement à l’esprit. Et quoique ces effets‑là se voient par l’esprit, cet esprit est à l’égard de l’esprit qui voit les causes comme les sens corporels à l’égard de l’esprit.

The only other mention of esprit boiteux is in the second reading, Raisons des effets, 132–98–80:

D’où vient qu’un boiteux ne nous irrite pas et un esprit boiteux nous irrite ? À cause qu’un boiteux reconnaît que nous allons droit et qu’un esprit boiteux dit que c’est nous qui boitons. Sans cela nous en aurions pitié, et non colère.

Épictète demande bien plus fortement : Pourquoi ne nous fâchons‑nous pas si on dit que nous avons mal à la tête, et que nous nous fâchons de ce qu’on dit que nous raisonnons mal ou que nous choisissons mal ?

Fragment n° 28 / 37

481–495–578–26

L’éloquence est une peinture de la pensée, et ainsi ceux qui après avoir peint ajoutent encore font un tableau au lieu d’un portrait.

Fragment n° 29 / 37

482–496–579–53

« Carrosse versé » ou « renversé » selon l’intention.

« Répandre » ou « verser » selon l’intention.

Plaidoyer de M. le Maistre sur le cordelier par force.

La différence est donc nette : renverser marque une violence destructrice qui n’est pas dans verser.

(482)–(496)–580–28

Symétrie,
en ce qu’on voit d’une vue.

Fondée sur ce qu’il n’y a pas de raison de faire autrement.
Et fondée aussi sur la figure de l’homme.
D’où il arrive qu’on ne veut la symétrie qu’en largeur, non en hauteur, ni profondeur.

Fragment n° 30 / 37

483–497–581–12

Scaramouche qui ne pense qu’à une chose.

Le docteur qui parle un quart d’heure après avoir tout dit, tant il est plein de désir de dire.

The Wikipedia article linked to quotes this fragment, with no interpretation (or other discussion of the doctor).

Fragment n° 31 / 37

484–498–582–669

Changer de figure, à cause de notre faiblesse.

Fragment n° 32 / 37

485–499–583–56

« Deviner la part que je prends à votre déplaisir. » M. le Cardinal ne voulait point être deviné.

« J’ai l’esprit plein d’inquiétude »  ; « je suis plein d’inquiétude » vaut mieux.

I have moved vaut mieux outside the guillemets (Misandeau had it inside).

(485)–(499)–584–15

Éloquence qui persuade par douceur, non par empire, en tyran non en roi.

Fragment n° 33 / 37

486–500–585–32

Il y a un certain modèle d’agrément et de beauté qui consiste en un certain rapport entre

  • notre nature faible ou forte telle qu’elle est et
  • la chose qui nous plait.

Tout ce qui est formé sur ce modèle nous agrée, soit maison, chanson, discours, vers, prose, femme, oiseaux, rivières, arbres, chambres, habits, etc.

Tout ce qui n’est point fait sur ce modèle déplaît à ceux qui ont le goût bon.

Et comme il y a un rapport parfait entre une chanson et une maison qui sont faites sur ce bon modèle, parce qu’elles ressemblent à ce modèle unique, quoique chacune selon son genre, il y a de même un rapport parfait entre les choses faites sur les mauvais modèles. Ce n’est pas que le mauvais modèle soit unique, car il y en a une infinité, mais chaque mauvais sonnet par exemple, sur quelque faux modèle qu’il soit fait, ressemble parfaitement à une femme vêtue sur ce modèle.

Rien ne fait mieux entendre combien un faux sonnet est ridicule que d’en considérer la nature et le modèle et de s’imaginer ensuite une femme ou une maison faite sur ce modèle-là.

For modèle d’agrément et de beauté, Trotter has “standard of grace and beauty.”

(486)–(500)–586–33

Beauté poétique.

Comme on dit « beauté poétique » on devrait aussi dire « beauté géométrique » et « beauté médecinale » mais on ne le dit pas et la raison en est qu’on sait bien quel est l’objet de la géométrie et qu’il consiste en preuve, et quel est l’objet de la médecine et qu’il consiste en la guérison ; mais on ne sait pas en quoi consiste l’agrément qui est l’objet de la poésie. On ne sait ce que c’est que ce modèle naturel qu’il faut imiter et à faute de cette connaissance on a inventé de certains termes bizarres : « siècle d’or » , « merveille de nos jours » , « fatals » , etc. Et on appelle ce jargon beauté poétique.

Mais qui s’imaginera une femme sur ce modèle-là, qui consiste à dire de petites choses avec de grands mots, verra une jolie demoiselle toute pleine de miroirs et de chaînes, dont il rira parce qu’on sait mieux en quoi consiste l’agrément d’une femme que l’agrément des vers, mais ceux qui ne s’y connaîtraient pas l’admireraient en cet équipage et il y a bien des villages où on la prendrait pour la reine et c’est pourquoi nous appelons les sonnets faits sur ce modèle-là les « reines de village. »

(486)–(500)–587–34

On ne passe point dans le monde pour se connaître en vers si l’on (n’)a mis l’enseigne de poète, de mathématicien, etc. mais les gens universels ne veulent point d’enseigne et ne mettent guère de différence entre le métier de poète et celui de brodeur.

Les gens universels ne sont appelés ni poètes, ni géomètres, etc. Mais ils sont tout cela et juges de tous ceux-là. On ne les devine point et parleront de ce qu’on parlait quand ils sont entrés. On ne s’aperçoit point en eux d’une qualité plutôt que d’une autre, hors de la nécessité de la mettre en usage, mais alors on s’en souvient. Car il est également de ce caractère qu’on ne dise point d’eux qu’ils parlent bien quand il n’est point question du langage et qu’on dise d’eux qu’ils parlent bien quand il en est question.

  • C’est donc une fausse louange qu’on donne à un homme quand on dit de lui lorsqu’il entre qu’il est fort habile en poésie et
  • c’est une mauvaise marque quand on n’a pas recours à un homme quand il s’agit de juger de quelques vers.

For Les gens universels, Trotter has “People of education,” but this seems inadequate. The Petit Robert gives universel a meaning dated to 1601:

Dont les connaissances, les aptitudes s’appliquent à tous les sujets … « Puisqu’on ne peut être universel en sachant tout ce qui se peut savoir » (Pascal).

The quotation is from our third reading, 228–195–37:

Puisqu’on ne peut être universel en sachant tout ce qui se peut savoir sur tout, il faut savoir peu de tout, car il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d’une chose. Cette universalité est la plus belle. Si on pouvait avoir les deux encore mieux, mais s’il faut choisir il faut choisir celle‑là. Et le monde le sent et le fait, car le monde est un bon juge souvent.

Fragment n° 34 / 37

487–501–588–279

La foi est un don de Dieu. Ne croyez pas que nous disions que c’est un don de raisonnement. Les autres religions ne disent pas cela de leur foi. Elles ne donnaient que le raisonnement pour y arriver qui n’y mène pas néanmoins.

Fragment n° 35 / 37

488–502–589–704

Le diable a troublé le zèle des Juifs avant Jésus-Christ parce qu’il leur eût été salutaire, mais non pas après.

——-

  • Le peuple juif moqué des gentils,

  • le peuple chrétien persécuté.

Fragment n° 36 / 37

489–503–590–656

« Adam forma futuri. » Les six jours pour former (l’)un les six âges pour former l’autre. Les six jours que Moïse représente pour la formation d’Adam ne sont que la peinture des six âges pour former Jésus-Christ et l’église. Si Adam n’eût point péché et que Jésus-Christ ne fût point venu il n’y eût eu qu’une seule alliance, qu’un seul âge des hommes et la création eût été représentée comme faite en un seul temps.

Romans 5, already quoted above for 474–488–571–775:

14 Nevertheless death reigned from Adam to Moses, even over them that had not sinned after the similitude of Adam’s transgression, who is the figure of him that was to come.

Fragment n° 37 / 37

490–504–591–186

Ne si terrerentur et non docerentur improba quasi dominatio videretur. Aug., Ep. 48 ou 49.

Quatrième tome : Contra mendacium, ad Consentium.

« Si l’on usait de la terreur sans pratiquer l’enseignement, cela se présenterait comme une tyrannie ».

(Lettre) Contre le mensonge, à Consentius.

2 Trackbacks

  1. By Pascal, Pensées, S 1–114 « Polytropy on March 31, 2021 at 8:12 am

    […] 452–90 […]

  2. By Pascal, Pensées, S 491–611 « Polytropy on April 8, 2021 at 2:39 pm

    […] sounds like an argument against the last reading, and in […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

<span>%d</span> bloggers like this: